source - http://www.martinwinckler.com/article.php3?id_article=250 -



Lire et vivre
L’adoption : sortir des clichés...
par Morgane

31 mai 2004

Morgane a lu Au risque de l’adoption, une vie à construire ensemble, Cécile Delannoy, Ed. La Découverte et elle nous a envoyé ce texte, pour le présenter. C’est un beau livre, qui permet de sortir des clichés concernant des relations familiales qui ne sont pas si différentes des autres.
MW




L’adoption ? Chacun a son avis là-dessus, qu’il soit concerné de près, de loin, ou pas du tout :

-Tu as été adoptée ?Ah, c’est formidable ! Tes parents t’on sauvé la vie, en quelque sorte. C’est merveilleux !
- Oh, non, tu sais, adopter, c’est pas pareil que d’avoir un vrai bébé, à soi, et de fonder une vraie famille. Et puis, physiquement, il ne te ressemble pas, tu ne l’as pas porté dans ton ventre...Non, franchement, c’est pas mon truc !
- Nous avons décidé d’adopter car nous avions de l’amour à donner, nous voulions aimer un enfant, le voir grandir, le rendre heureux, et nous n’y arrivions pas autrement .

Dans son livre, Cécile Delannoy nous donne enfin la parole, à nous, les enfants adoptés ! Nous qui n’avons pas choisi d’être abandonnés puis adoptés, nous qui surmontons plus ou moins facilement le vide (trou béant) de nos origines, qui vivons avec le poids de la dette, reconnaissance éternelle due à nos parents, et qui, par dessus tout, et plus que tous les autres enfants, sommes là pour faire leur bonheur.

Bien sûr (et heureusement !), l’adoption n’est pas un tableau tout noir et les familles biologiques sont également confrontées à des difficultés. Mais l’adoption n’est pas non plus un tableau tout rose, et Cécile bouscule " une pudeur bien-pensante qui protège l’adoption ". " On idéalise l’enfance, on idéalise l’amour, on a besoin de croire que l’amour peut tout, qu’un enfant en manque de parents ne peut que s’attacher à ceux qui l’accueillent. Et une fois attaché à ses parents adoptifs, quels problèmes pourraient surgir ? L’adoption, dans l’imaginaire collectif, est une variante moderne du conte de fées : ils adoptèrent, ils furent heureux, ils aimèrent beaucoup l’enfant " (p16).

Cécile a le mérite d’avoir voulu en savoir plus et de nous avoir laissé nous exprimer pour dire des choses qu’implicitement nous n’avions pas le droit de penser avant (et encore moins de dire).

A l’aide du témoignage de soixante et onze familles adoptives (parents et enfants) et avec la participation de nombreux professionnels (pédiatres, psychothérapeutes, analystes, enseignants...) Cécile retrace et analyse " la succession des situations qui jalonnent la vie adoptive " (J. Lévine, préface p10) telles que la décision d’adopter, l’arrivée des enfants dans leur famille, l’équilibre fragile entre l’histoire passée (des enfants et des parents !) et celle à construire ensemble, l’école, l’adolescence et, durant toute la vie, le regard des autres sur cette famille " pas ordinaire ".
Enfin, de l’acceptation de l’abandon à l’arrivée de frères et soeurs, de la première rencontre au retour dans le pays d’origine, Cécile libère la parole des enfants adoptés. Elle lui donne une légitimité en reconnaissant, en tant qu’auteur, mais également en tant que mère adoptive, que tout n’est pas aussi simple que ce que l’on peut penser.

Morgane

P.S.

Lire une autre présentation sur Au risque de l’adoption, une vie à construire ensemble




Source - http://www.martinwinckler.com/article.php3?id_article=250 -