logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


Juste après dresseuse d’ours - par Jaddo

Le blogue de Martin Winckler (Dr Marc Zaffran) - PasseportSanté.net

pla.ce.bo

Pour ceux qui s’intéressent au sujet, voici un excellent site consacré au placebo.


Le médecin et le patient nouveau - Entretien avec MZ pour Passeportsanté.net

Entretien donné à Passeportsanté.net (site québecois de santé) en 2008 autour des relations soignant-soigné.


Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... >


Histoire d’une femme
par Selina Kyle
Article du 30 septembre 2009

Ce matin, je ne suis pas allée travailler. J’avais très mal au ventre. Je crois d’ailleurs que je n’irai pas à mon cours de danse ce soir ; j’ai le sentiment de couver quelque chose, une gastro peut-être.

J’ai préparé le petit déjeuner pour mes enfants ; mon mari les a emmenés à l’école. Maintenant que je suis seule, je vais pouvoir me reposer. Je fais couler un bain pour me détendre. Je me déshabille et jette un oeil dans le miroir : je n’ai décidément rien d’un top model : des petits seins et du gras sur les cuisses malgré ma faible corpulence. Seuls ma taille bien dessinée et mon ventre plat donnent à ma silhouette un peu de charme...

Je glisse dans l’eau et je ferme les yeux... Mais je ne vais pas mieux. C’est même tout le contraire. Je commence à avoir peur de ce qui m’arrive. Et si c’était une appendicite ? Ou une grossesse extra utérine ? J’ai de plus en plus mal au ventre. J’espère que ça va passer, pas envie d’aller à l’hôpital : je vais devoir poireauter des heures et si ce ne sont que des crampes intestinales, je vais passer pour une débile. J’appellerai mon médecin si ça ne se calme pas cet après-midi. J’essaie de me relâcher, me décontracter...

Impossible.

Maintenant, j’en suis sûre, c’est une gastro : j’ai envie d’aller aux toilettes. Ça urge même ! Je sors du bain et m’essuie sommairement. Quelle horreur, je crois que je ne vais pas tenir, je vais me faire dessus !!!

Mais... Mon Dieu, mais qu’est-ce que c’est ?! C’est quoi ce truc qui sort de mon vagin ? Aaaahhhhhhhh, ça fait mal ! Mais qu’est-ce qui m’arrive ? Au secours ! J’ai peur, je pleure...Je m’effondre sur le carrelage froid et j’observe, hagarde.

Quelque chose a glissé entre mes cuisses ; c’est tout chaud. Je suis consternée, stupéfiée, horrifiée : c’est pas possible, on dirait un bébé ! C’est pas POSSIBLE ! Je n’ai pas été enceinte !!!

Oh noooon, c’est trop affreux, il bouge ; je crois même qu’il geint... On l’entend à peine mais je suis presque sûre qu’il vit. Qu’est ce que je vais faire ? C’est pas vrai, c’est pas possible, c’est un cauchemar ! J’ai pas été enceinte ! Je l’aurais su tout de même, j’ai déjà deux enfants ! J’ai bien eu mes règles le mois dernier. Je deviens folle : ça ne peut pas être un bébé !

Tout à coup, ma vue se trouble, mon coeur bat plus fort, j’ai du mal à respirer... Mes gestes deviennent automatiques : je me saisis d’une serviette éponge et je la pose fermement sur ton visage. Je ne peux pas te regarder je ne peux pas t’entendre, tu ne peux pas exister. Personne ne doit savoir. Ça restera entre toi et moi. Je te garderai bien au frais près de moi, pour être sûre de ne pas avoir rêvé.

Je vais me rhabiller, me maquiller, appeler mon mari pour lui dire que je vais mieux. Demain je retournerai travailler. Je ne veux pas aller en prison ; je ne suis pas une criminelle. Il s’est passé un truc pas normal et j’ai pas réagi "normalement".

Je veux continuer à vivre comme avant. Mon lourd secret sera le prix à payer pour ce que j’ai commis. Il faut que je fasse comme si rien ne s’était passé : pas de grossesse, pas de bébé, logique...

Et puis, si j’en parle, on me prendra pour un monstre. Je serai jugée et condamnée, jetée en prison comme une meurtrière dangereuse. On dira que je ne suis pas digne d’être mère ; on me traitera de menteuse ou de folle furieuse. Mon mari sera choqué, mes enfants me détesteront ; peut-être même auront-ils peur de moi...

Pourtant, j’ai rien fait de mal. Enfin, je veux dire, c’était pas de ma faute ! Si j’avais été aux urgences ou si quelqu’un avait été près de moi, on m’aurait expliqué, on m’aurait aidée à comprendre l’incompréhensible, à intégrer ce qui était en train de se passer dans ma vie et dans mon corps de femme... Mais voilà, j’étais seule, toute seule. J’étais ahurie, j’ai fait n’importe quoi, comme pour effacer une erreur. J’ai tué un bébé que je n’attendais pas, même s’il se cachait en moi. Et ça personne ne pourra me le pardonner.

Je sais que j’ai souffert d’un dysfonctionnement : mon corps, ma tête, je sais pas... C’est un peu comme une maladie dont les symptômes étaient inexistants, que j’ai découverte et dont j’ai guéri en accouchant. Mais je sais que personne n’y croira.

En d’autres temps, je suis sûre qu’on m’aurait guillotinée...

**
Avec une pensée pour toutes celles, quel que soit leur profil, qui n’ayant pas vécu de grossesse n’ont pas pu accueillir l’enfant qu’elles portaient.

A ces femmes qui ont enfanté seules, sans pouvoir comprendre, et qui se sont débarrassé du corps qui est sorti du leur.

Ces femmes que la justice a honteusement traitées comme de dangereuses criminelles, tant la société estime impardonnable qu’une mère digne de ce nom ne manifeste pas le fameux "instinct maternel" qui serait censé s’imposer à elles en toutes circonstances...

Selina Kyle

Fondatrice du Groupe Radical des Excitées de la Naissance Naturelle (GRENN)

Visitez le site du GRENN

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé