logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

Adépal
- Taille de DIU et taille de l’utérus (Contraception : Questions/Réponses 82)
- Pilule en continu et pertes blanches (Contraception : Questions/Réponses 67)

Age et Contraception
- HPV et désir de grossesse (Contraception : Questions/Réponses 94)
- A quelle vitesse les spermatozoïdes grimpent-ils ? (Contraception : Questions/Réponses 93)
- Désir de grossesse et gynéco terroriste (Contraception : Questions/Réponses 90)
- Désir de Grossesse après IVG (Contraception : Questions/Réponses 73)
- Est-il possible de se retrouver enceinte en prenant la pilule ? (Contraception : Questions / Réponses 60)
- Peut-on continuer à utiliser Jasmine après 45 ans ? (Contraception : Questions / Réponses 54)

Cholestérol et Contraception
- Pilule et migraine (Contraception : Questions / Réponses 62)
- Pilule, cholestérol et préservatifs (Contraception : Questions / Réponses 55)

Hypertension et Contraception
- Pilule et accident vasculaire cérébral (Contraception : Questions/Réponses 68)
- Une grossesse qui survient juste après l’arrêt de la pilule est-elle une grossesse à risque ? (Contraception : Questions / Réponses 59)

Implant Contraceptif
- Témoignage sur Nuvaring (Contraception : Questions/Réponses 105e et dernier)
- Touche pas à ma grossesse ! (Contraception : Questions/ Réponses 104)
- DIU et épilepsie (Contraception : Questions/Réponses 103)
- Peut-on abîmer son implant ? (Contraception : Questions/Réponses 100)
- Fibrome et saignements (Contraception : Questions/Réponses 98)
- Qui pose les implants ? (Contraception : Questions/Réponses 97)
- Pour ou contre la vaccination anti-HPV ? (Contraception : Questions/Réponses 96)
- Fertilité et maladie de Crohn (Contraception : Questions/Réponses 95)
- Allaitement et pilule du lendemain (Contraception : Questions/Réponses 91)
- Grossesse sur DIU (Contraception : Questions/Réponses 89)

Ménopause
- Premiers rapports sexuels sans préservatifs (Contraception : Questions/Réponses 83)

Contraception et gynécologie >


Un bébé à 44 ans ? (Contraception : Questions/Réponses 101)
Article du 26 février 2007

Les sujets abordés cette semaine :
- Un bébé à 44 ans, est-ce possible ?
- Les effets secondaires de la pilule ?
- Efficacité de l’implant
- Mirena et ménopause
- Interactions médicamenteuses... et pamplemousse
- Pilule, hypertension et cholestérol
- Pose d’un DIU
- Adépal à 53 ans ?


- Un bébé à 44 ans, est-ce possible ?

J’ai 44 ans et me suis remariée, mon mari n’a jamais eu d’enfant et aimerait beaucoup en avoir un avec moi. Ma gynécologue me dit qu’à mon age il n’y a rien à faire et que si cela arrive c’est un cadeau du ciel.
Pensez-vous que je puisse avoir un espoir (j’ai déjà une fille) et puis-je faire quelque chose pour favoriser ?
L.

Si vous n’êtes pas encore ménopausée, bien sûr c’est possible. Mais cela risque d’être moins facile qu’à 20 ans, car la fécondité est moins grande à 44 ans. Mais ça reste possible, bien sûr. Aujourd’hui, on voit couramment des grossesses passé 45 ans car les femmes sont en meilleure santé (et ménopausées plus tard) que leurs mères et leurs grands-mères.

Sachez cependant que le risque d’avoir un bébé porteur d’une malformation est en revanche beaucoup plus élevé qu’à 20 ans. Ce risque s’élève avec l’âge de la mère et l’âge du père. Il faudra que vous en teniez compte.

Quant à faire quelque chose pour le favoriser, je ne vous le recommande pas. Les médicaments qui déclenchent l’ovulation sont susceptibles de provoquer des grossesses multiples (2 ou 3 ou 4 embryons). Et à 44 ans, ce sont des grossesses à haut risque, pour les embryons mais aussi pour vous. Mieux vaut laisser la nature agir. Si vous avez des rapports sexuels régulièrement (2 ou 3 fois par semaine, au moins), vous ne devriez pas avoir de difficulté à être enceinte... avec de la patience (plusieurs mois)



- Les effets secondaires de la pilule ?

De P.B.
AFIS - Science et pseudo-sciences
et http://pseudo-sciences.org

Bonjour.
Suite à un courriel (reproduit ci-dessous) reçu à propos d’un article de SPS, est-ce qu’à votre avis la présence de "5 tumeurs hémorragiques au foie" peut être à juste titre "immédiatement" reliée à la prise de pilules ?
Avec mes remerciements, cordiales salutations.
P.B.

L’article en question (il ne parlait pas de la pilule mais du refus des vaccins) paru en janvier-février 1999 dans SPS et présent sur notre site :
http://pseudo-sciences.org/spip.php?article144&var_recherche=enrag%E9s

Message reçu d’une internaute :

Je viens de lire votre article sur "les enragés de l’anti-vaccination". Votre sarcasme et votre incrédulité m’ont d’abord prêté à sourire, et puis, je me suis dit "ils n’ont certainement jamais eu affaire dans leur coeur, leur santé propre ou leur famille, à un cas grave d’effet secondaire d’un médicament, réjouis-toi pour eux mais plains-les d’être aveugles à la réalité de certaines personnes".

Je me trompe ?

Moi aussi, jusqu’en 1997, je faisais une confiance aveugle à la médecine. Jamais malade d’ailleurs, je ne prenais aucun médicament....ah, si, sauf la pilule, mais pour moi, ce n’était pas un médicament, juste la contraception miracle, celle qui nous libère de l’esclavage de la maternité subie.

A 27 ans, je la prends donc depuis 12 ans en continu, sans me soucier le moins du monde d’un effet secondaire, puisque de l’avis de tous, la pilule "n’en a pas"....et pourtant, suite à une échographie du système digestif, on me découvre 5 tumeurs hémorragiques au foie, immédiatement reliées à la prise de pilule. A ma question : "pourquoi n’en parle-t-on jamais puisqu’on connaît parfaitement cet effet secondaire ?", on me répond "parce que c’est trop rare".

Donc, à 28 ans, on m’a ôté 60 % de foie (et la vésicule biliaire rattachée)... opération réalisée très rapidement car il y a un risque majeur d’hémorragie du foie, surtout en cas de grossesse car le bébé aurait pu appuyer et compresser les tumeurs (la biopsie réalisée a posteriori démontrera d’ailleurs que les tumeurs ont toutes saigné dans mon péritoine).

Alors que l’opération n’est pas rare du tout au service de gastro-entérologie de Purpan (Toulouse), on continue d’affirmer tranquillement que la pilule est sans danger (ce qui me révolte par rapport à mon cas, vu la lourdeur de l’affection et de l’opération subie, la dépression qui s’en est suivie, l’étiquette à vie "malade du foie possible" avec toutes les conséquences sur ma vie au quotidien comme l’énorme surtaxe en cas d’achat immobilier voire le rejet par les assurances, et....le conseil avisé de ne surtout pas me faire vacciner contre les hépatites et ne plus jamais prendre d’hormones à vie... par les médecins qui m’ont opérée !) ...quand toutes les femmes et filles qui prennent la pilule feront des échographies du foie, je le croirai.

En attendant, plus jamais je n’accepterais un discours de façade "pour mon bien". Depuis, je creuse, je cherche, pour ne plus jamais subir et me prendre en charge moi-même, car personne ne l’a jamais mieux fait finalement.
Parce qu’on a le droit d’être sceptique mais pas celui d’être aveugle volontairement.
P.

Non, je ne pense pas qu’on puisse attribuer des tumeurs hémorragiques à la pilule, étant donné que les estrogènes de la pilule ont plus tendance à provoquer des caillots que des hémorragies. Malheureusement, en France, les médecins ont tendance à attribuer tous les symptômes à la première raison qui leur vient à l’esprit, au lieu de se documenter sur les effets secondaires.

Les tumeurs hépatiques bénignes (adénomes) se voient chez les femmes jeunes, mais ne sont pas fréquentes. Et elles ne saignent pas. Les tumeurs malignes (cancer) sont encore plus rares à cet âge en l’absence d’une infection par le virus de l’hépatite B, et gravissimes (toujours mortelles ou presque), ce qui ne semble pas le cas de la personne qui écrit.

En tout état de cause, ce qu’on peut supposer, c’est qu’elle présentait des hémangiomes, qui sont des malformations vasculaires (des sortes de varices) du foie (relativement fréquentes) accentuées par la prise d’hormones, lesquelles peuvent entraîner l’augmentation de volume de ces varices, qui finissent parfois par saigner. Le saignement est évidemment contenu à l’intérieur d’une poche fermée, d’où l’aspect de "tumeur hémorragique".

Ce phénomène, peu fréquent, mais connu, n’est pas en soi une complication de la pilule (il n’y a aucun moyen de savoir à l’avance quelles femmes feront ce genre de complication, et comme ça reste un accident peu fréquent, il est probable qu’il ne concerne que des femmes prédisposées). C’est plutôt une découverte à l’occasion de la prise d’hormones. Si tel est le cas, la correspondante aurait pu faire la même chose à l’issue d’une ou de plusieurs grossesses, situation dans laquelle l’organisme (le foie en particulier) est inondé par les hormones sexuelles.

Voici une courte synthèse (en anglais) qui résume ce qu’on sait sur l’influence des estrogènes (l’une des hormones des pilules contraceptives) sur le foie.

http://www.blackwell-synergy.com/doi/abs/10.1196/annals.1386.044?cookieSet=1&journalCode=nyas

Je ne suis pas très tendre avec les médecins, mais dans le cas présent, il n’y a pas eu d’erreur à mon avis en lui prescrivant la pilule. Cet incident était en toute bonne logique, imprévisible, car il est rare. Plus rare que la perspective d’une grossesse non désirée en l’absence de contraception.

L’erreur des médecins, en l’occurrence, a été de ne pas prendre le temps de lui expliquer très précisément de ce qui s’était passé (la littérature sur les oestro-progestatifs est pléthorique, en français comme en anglais). Le silence et les jugements expéditifs ("c’est la faute de la pilule") sont anti-scientifiques, mais ils sont malheureusement fréquents dans la profession, et provoquent bien naturellement frustration, colère et sentiment de trahison chez les personnes que l’on traite ainsi.



- Efficacité de l’implant

Je me suis fait poser un implant le 21 octobre 2006, et j’ai eu des rapports non protégés le 4 novembre. Avant de mettre l’implant, j’avais oublié une ou deux pilules.
Est-ce que je risque d’être enceinte avec ces rapports non protégés à partir du 4 novembre ?? L’implant faisait-il déjà effet ??

Je vous demande ça parce que, sous implant je n’ai pas de règles alors je n’aurais aucun signe de grossesse, et depuis quelques jours j’ai beaucoup de nausées (mais je ne sais pas du tout d’ou ça vient). J’ai fait un test de pharmacie fin décembre qui était négatif. J’ai vu sur un site que si on fait le test trop tard il n’est pas fiable, d’où ma panique !!!

Dois-je faire un test sanguin ? Est-ce que l’implant va poser problème si je fais une prise de sang (faut il la faire sur l’autre bras ?), et est-ce que si je suis enceinte de 2 mois la prise de sang le révèlerait ????
L.

Vu la fiabilité de l’implant, une grossesse me paraît très peu probable surtout si les nausées sont le seul symptôme (si vous n’avez pas les seins qui ont gonflé aussi...) Quand vous avez eu vos premiers rapports non protégés, vous étiez déjà protégée par l’implant (3 à 4 jours après la pose, il est pleinement efficace).

Il y a une épidémie de gastro-entérites qui court en ce moment. Les nausées peuvent venir de ça. Si vous avez vraiment un doute, oui, une prise de sang confirmerait que vous n’êtes pas enceinte, même au bout de 2 mois.

Pour les symptômes, non je n’ai pas l’impression d’avoir les seins qui ont gonflé... je pensais que l’implant mettait plus de temps a bloquer l’ovulation au cas ou celle ci ait débuté suite aux oublis de pilule.
Par rapport aux tests, puis-je me fier quand même au test que j’ai fait fin décembre ? Les test urinaires sont ils fiables au bout de 2 mois après le rapport à risque (sur les notices ils indiquent toujours qu’il ne faut pas le faire trop tôt, mais jamais ils ne parlent d’un délai maximum) ?
Pour la prise de sang, si on la fait dans même bras que l’implant, ça peut poser problème (abimer l’implant ou je ne sais quoi) ou peut importe ? Faut-il informer la personne qui la fait qu’on a un implant ?
L.

Un test urinaire au bout de 2 mois peut être faussement négatif mais la prise de sang sera concluante. Peu importe à quel bras elle est faite, et l’hormone de l’implant n’a pas de raison d’interférer. Il vaut mieux effectivement dire que vous portez un implant, mais en principe, on ne prélève pas de sang dans la zone où il est posé, qui est située loin de la zone de prise de sang habituelle (le pli du bras).



- Mirena et ménopause

J’ai 56 ans, à l’âge de 50 ans le gynécologue, après certains problèmes, m’a conseillé un Mirena. Après 5 ans et un examen de sang, qui me confirme la fin de la ménopause, lorsque le médecin souhaite l’enlever, Mirena s’est incrusté dans le muscle et c’est impossible de l’enlever. Je l’ai toujours bien supporté et je n’ai jamais été gênée par ça.

Le médecin me conseille de le garder sans presser ni paniquer et si par hasard une fois j’ai besoin d’une narcose complète, de l’enlever par la même occasion, mais cela n’est pas urgent du tout .. même après des années si je n’ai pas d’infections ou autres problèmes. Qu’en pensez-vous ?
F.

Si vous êtes ménopausée, il vaut mieux l’enlever. Cela se fait par hystéroscopie, un examen fait sous anesthésie locale (et non générale), par un gynécologue hospitalier qui sait pratiquer les hystéroscopies. Et ça demande... cinq minutes.



- Interactions médicamenteuses... et pamplemousse

J’ai un implant et je me pose beaucoup de questions concernant les interactions médicamenteuses qu’il pourrait y avoir. Il m’arrive de prendre des médicaments comme Nurophen.... et je pense qu’il n’y a aucun risque. Récemment j’ai pris du citrate de bétaine pour ma digestion et du coup j’ai eu un gros doute sur une quelconque interaction.

Pouvez vous me dire quels sont les médicaments qu’il ne faut pas prendre avec un implant et qui le rendent inefficace ????? Lorsqu’ils sont en vente libre j’oublie fréquemment de dire au pharmacien que j’ai un implant.... donc j’aimerai savoir si je n’ai pas fait de bêtises...
Dernière question, j’ai lu sur un forum que le pamplemousse ne fait pas bon ménage avec la pilule... est-ce une "légende urbaine’ ou est-ce vrai ? Si oui qu’en est-il de l’implant ?
C.

Le pamplemousse et la pilule, oui, c’est une légende urbaine.

Bien sûr, Il existe des médicaments qui inactivent les contraceptions hormonales (pilules et implant compris, sauf le DIU hormonal, dont l’effet est local, et que les médicaments n’atteignent pas). Essentiellement, ce sont des traitements d’usage peu fréquent, destinés à traiter la tuberculose (rifampicine) ou l’épilepsie (barbituriques, carbamazépine), ou des antiviraux pour le traitement du VIH. IL n’y en a pas beaucoup. Le millepertuis (plante-médicament) peut lui aussi inactiver l’action des contraceptions hormonales. Mais les médicaments courants sont sans interaction avec les contraceptions orales. L’ananas aussi.



- Pilule, hypertension et cholestérol

J’ai 37 ans, il faut que je perde 7 kilos pour atteindre un poids acceptable. Mon cholestérol total sous pilule était de 2,7g/l. J’ai arrêté la pilule il y a un mois et demi. Je suis sous stérilet.

1- Si mon hypercholestérolémie est induite par la pilule, combien de temps après l’arrêt de la pilule, mes lipides se normaliseront-ils ?

Mon gynécologue me dit que la pilule ne ramène que ce qui va arriver et que je suis prédisposée au cholestérol.
2- Que faut-il faire pour éviter l’hypercholestérolémie dans le futur ?

J’ai fait une éclampsie lors de ma dernière grossesse, ma tension était très élevée. Mon médecin m’avait dit que j’étais aussi prédisposée à l’hypertension à 50 ans.
3- Est-ce que la pilule est contre-indiquée pour quelqu’un qui a déjà fait de l’hypertension ?
4- Que faut-il faire pour éviter l’hypertension à 50 ans ?
A.

1° Votre hypercholestérolémie n’en est probablement pas une. Lisez ceci :
http://www.martinwinckler.com/article.php3?id_article=706
et ceci :
http://www.martinwinckler.com/article.php3?id_article=724

Et à 37 ans, chez une femme le cholestérol n’a strictement aucune importance. Si à 60 ans vous avez fait un infarctus et un accident vasculaire cérébral, ça en aura. Mais pas avant. Et dire que vous êtes "prédisposée" au cholestérol, c’est une affirmation gratuite, pas une notion scientifique, mais une prédiction de devin. Si personne n’a eu un cholestérol très élevé (supérieur à 4 grammes/l) chez vous avant l’âge de 40 ans, vous n’avez pas de prédisposition.

Lorsque le cholestérol s’élève sous pilule, c’est tout simplement parce que votre organisme fabrique un peu plus de cholestérol pour transporter les hormones de la pilule. Or, le cholestérol que vous fabriquez vous est sans danger. Le cholestérol dangereux, c’est celui qu’on absorbe dans les aliments et qui vient des graisses animales.

2° Pour éviter de faire monter le cholestérol, il est préférable de perdre du poids et d’éviter de manger des graisses animales. Donc, huile d’olive et poisson et poulet.

L’éclampsie "prédispose" à l’hypertension, (ce qui veut dire que parmi les femmes ayant fait une éclampsie pendant une grossesse, il y a un peu plus de femmes hypertendues à 50 ans que parmi celles qui n’en ont pas fait). Mais ça ne PREDIT pas une hypertension. Beaucoup de femmes ne font pas d’hypertension après avoir eu une éclampsie. Donc, là encore ce ne serait pas une affirmation de médecin, mais une prédiction de devin que de dire que vous aurez une hypertension à 50 ans.

3° Les pilules contenant un estrogène (l’éthynil-estradiol) peuvent faire monter la tension. Les pilules progestatives, sans estrogènes (Cérazette, Microval, Milligynon), l’implant progestatif, les DIU ne font pas monter la tension.

4° Pour éviter l’hypertension, il est préférable d’avoir un poids normal et de ne pas manger trop salé. Voilà.



- Pose d’un DIU

J’ai 30 ans, une fille de 3 ans.
Je viens de lire votre article sur la contraception, effets secondaires de la pilule et la pose d’un DIU. Cela m’a beaucoup intéressée. J’ai tout de même une question à vous poser à propos de la pose d’un DIU.

J’ai donc une fille de 3 ans tout juste dont j’ai accouché par césarienne. Avant ma sortie de maternité, une sage femme m’a demandé ce que je souhaitais comme contraception. Je voulais un stérilet... j’ai donc attendu 6 mois, pris rendez vous avec ma gynécologue (médecin chef de la maternité où j’ai accouché...) et je lui ai demandé un stérilet lui expliquant tous les effets secondaires que la pilule provoquait sur moi depuis que je la prends, soit depuis mes 17 ans... (prise de poids systématique, changement de silhouette grâce à la cellulite et bien entendu maux de tête et perte progressive totale de libido...et j’ai un mari très demandeur !).

Bref, elle m’a examiné, m’a dit que la cicatrisation se faisait très bien au point qu’on croirait que je n’ai pas eu d’enfant....et blablabla et nous y voilà, elle me demande si je souhaite un deuxième enfant, je répond sans doute mais pas du tout dans l’immédiat...et elle me répond qu’il est hors de question de me poser un stérilet...ce qui risquerait d’abîmer mon utérus, je ne sais plus trop quoi...car j’ai eu une césarienne...

Depuis chaque visite je réitère ma demande et c’est toujours non...elle m’a prescrit une pilule très faible : Jasmine...qui a les mêmes effets que les autres. J’ai fait une "expérience" j’ai arrêté la pilule environ 6 mois. Au bout du premier mois j’avais perdu 3kg environ, ma libido revenait et j’avais l’impression de me sentir mieux dans mon corps, dans ma tête bref....le seul problème sont mes cycles très longs (environs 40 /45 jours).

J’ai repris la pilule, car sans contraception les relations sont plus difficiles à "gérer" avec mon mari. Tous les effets sont revenus à la fin de mon premier cycle pilule... mais Mme le docteur refuse toujours de me poser mon stérilet parce que je n’ai pas eu de deuxième enfant...
Je voulais juste savoir si le fait d’avoir eu une césarienne rendait impossible la pose d’un DIU et si oui pourquoi exactement...je n’en peux plus de la pilule et cela me semble la meilleure solution pour moi...
M.

L’attitude de votre gynéco est indéfendable. On peut parfaitement vous poser un DIU. On pose des DIU à des femmes sans enfant, dont le col n’a pas du tout été dilaté (comme c’est votre cas). Le délai après césarienne est de 6 semaines. Un point, c’est tout. Son opposition au DIU est dogmatique et personnelle, et non scientifique. En tout état de cause, si vous le pouvez, vous êtes en droit de changer de gynéco, puisque celle-ci ne veut pas prendre votre demande en compte et vous oppose des réponses sans validité.



- Adépal à 53 ans ?

Peut-on prendre Adépal à 53 ans ? J’ai des cycles réguliers, pas de tension, je ne fume pas, mammographie et frottis tous les ans...
C.

Si vous veniez me voir en consultation je vous dirais non. Car le risque cardio-vasculaire à votre âge est élevé et une pilule progestative type Cérazette ou Microval est largement suffisante et sans danger. Avec Adépal, le risque d’accident par rapport au risque de grossesse me paraît démesuré.
Quand vous dites que vous avez des cycles réguliers, vous voulez dire "spontanément" (sans contraception) ou sous Adépal ?

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé