logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

DIU et Anti-Inflammatoires
- Désir de Grossesse après IVG (Contraception : Questions/Réponses 73)

Implant Contraceptif
- Témoignage sur Nuvaring (Contraception : Questions/Réponses 105e et dernier)
- Touche pas à ma grossesse ! (Contraception : Questions/ Réponses 104)
- DIU et épilepsie (Contraception : Questions/Réponses 103)
- Un bébé à 44 ans ? (Contraception : Questions/Réponses 101)
- Fibrome et saignements (Contraception : Questions/Réponses 98)
- Qui pose les implants ? (Contraception : Questions/Réponses 97)
- Pour ou contre la vaccination anti-HPV ? (Contraception : Questions/Réponses 96)
- Fertilité et maladie de Crohn (Contraception : Questions/Réponses 95)
- Allaitement et pilule du lendemain (Contraception : Questions/Réponses 91)
- Désir de grossesse et gynéco terroriste (Contraception : Questions/Réponses 90)

Milligynon

Triafémi
- Le Norlevo est-il dangereux pour une grossesse en cours ? (Contraception : Questions/Réponses 80)
- Est-il dangereux de prendre la pilule quand il existe des antécédents familiaux de cancer du sein ? (Contraception : Questions / Réponses 58)

Contraception et gynécologie >


Peut-on abîmer son implant ? (Contraception : Questions/Réponses 100)
Article du 26 février 2007

Les sujets abordés cette semaine :
- Peut-on abîmer son implant ?
- Triafémi et acné
- DIU, tétralogie de Fallo, et après l’accouchement
- Implant contraceptif
- Milligynon et absence de règles
- Enceinte sur DIU ?
- Oubli de pilule et saignements de longue durée
- Faut-il traiter les kystes de l’ovaire quand ils ne font pas parler d’eux ?


- Peut-on abîmer son implant ?

Je me posais des questions relatives à mon implant et son efficacité. En fait, je me demandais si il était possible d’abîmer son implant sans s’en rendre compte.
Je vous explique, j’ai souvent tendance à m’endormir habillée sur mon canapé et y passer la nuit, si mon bras et comprimé entre mon corps et le canapé, et que l’armature du soutien gorge appuie beaucoup sur l’implant, y a-t-il un risque de l’aplatir ou le casser et qu’il devienne inefficace ?

Même chose, je porte souvent lorsque je fais des courses des cintres coincés sous mon bras histoire d’avoir les mains libres, des fois je sens que ça me fait mal au niveau de l’implant puisque je force pour maintenir le cintre en place, est-ce que ça risque de l’abîmer ??
D’où ma question : peut on donc abîmer l’implant et le rendre inefficace si on appuie trop dessus ?
E.

Votre question est très bien venue car il arrive (pas très souvent, mais c’est possible) que, lorsqu’on retire l’implant, il soit plié ou cassé. C’est logique : c’est du plastique, ça peut se fragmenter. Mais dans les trois ou quatre cas que j’ai vus, l’implant n’avait pas perdu son efficacité, et c’est logique : ce n’est pas un réservoir qui pourrait s’ouvrir s’il était cassé, mais une sorte de fil de scoubidou dont le plastique qui le compose est imprégné d’hormone.

Même s’il se plie ou casse, l’hormone en sort et diffuse dans le sang de manière identique.
Quant au fait d’appuyer dessus, comme c’est tout de même assez ferme, il n’est pas anormal que ça fasse un peu mal aux muscles qui sont dessous, comme si vous aviez laissé votre bras posé sur un stylo...



- Triafémi et acné

J’ai 19 ans (20 ans dans un mois). Durant mon adolescence, de 13 à 16 ans, j’ai été suivie par un dermatologue, car j’avais de l’acné ! J’ai pris un traitement (Rubozinc) qui m’a fait disparaître mon acné au début. Au fil des années ça me faisait plus aucun effet, j’ai donc tout arrêté !
Depuis bientôt 4 ans j’ai un copain, et lorsque nous avons eu nos premiers rapports j’ai voulu prendre la pilule. La gynéco a vu que j’avais de l’acné, elle m’a alors demandé si je voulais une pilule qui pouvait avoir un effet sur l’acné (je ne savais même pas que ça existait), j’ai bien sur dit oui !

Ca va faire 3 ans que je prends la pilule Triafémi, que je supporte et qui agit très bien sur mon acné. Cependant, étant étudiante je trouve qu’elle est très chère, 32 euros pour 3 mois ! J’hésite à me faire changer de pilule, étant donné que je la supporte.
Je voudrais avoir votre avis et savoir si il n’y aurait pas une pilule moins chère et qui peut aussi agir sur l’acné. Je me dis que je vais avoir 20 ans et qu’il serait peut être temps d’avoir une pilule "normale".
Mais pensez vous que l’acné puisse revenir à l’arrêt de celle-ci ?
E.

En fait, presque toutes les pilules peuvent avoir un effet bénéfique sur l’acné. Mais Triafémi a une sorte d’ "autorisation administrative" pour se présenter comme telle. Alors oui, vous pourriez essayer de trouver une autre pilule, moins chère que celle-là.

Cilest et Tricilest contiennent les mêmes substances. Demandez à votre pharmacien laquelle est la moins chère. Et comparez les prix avec d’autres pharmacies, car toutes ne prennent pas la même marge. Il est probable que l’une ou l’autre vous conviendraient tout aussi bien et éviteraient que l’acné ne recommence.



- DIU, tétralogie de Fallo, et après l’accouchement

Votre site suit un peu ma vie depuis quelques années déjà... J’ai déjà posté quelques questions, et un nouveau cap vient d’être franchi : aujourd’hui, je suis enceinte de deux petits mois.
J’ai été opérée d’une Tétralogie de Fallo à l’âge de 4 ans. Sans aucune séquelle (à part un léger souffle).
Ayant souffert d’une scoliose, j’espère accoucher sans césarienne, car je redoute que la péridurale marche mal, ou d’un seul coté. Je "milite" donc pour un accouchement naturel, et en vois de toutes les couleurs dans les maternités de ma ville (Clermont-Ferrand) à ce sujet...

Bref, j’en viens à ma question... Je commence déjà à réfléchir à l’après-grossesse. Souhaitant un allaitement long, et en ayant marre de la pilule, j’ai envie de me faire poser un DIU au cuivre.
Est ce que cette option est possible au vu de mon ancienne Tétralogie de Fallo ? Que puis-je répondre à un gynéco qui donnerait cet argument pour me refuser un DIU au cuivre ?
Je pense que n’agissant pas en enflammant, le DIU ne pose aucun problème, non ?
M.

A priori seules les maladies valvulaires contre-indiquent (et encore, pas toujours) un DIU au cuivre. Donc, on ne devrait pas vous refuser votre DIU, d’autant que vous n’avez aucune séquelle de votre malformation. (Si vous en aviez, ce serait la grossesse qui serait contre-indiquée !!!)

Si le gynéco vous le refuse, demandez-lui de se renseigner avant de vous le refuser. S’il persiste, changez de gynéco...



- Implant contraceptif

Je suis très intéressée par le principe de l’implant, mais je me questionne sur l’absence de règles. J’ai 25 ans, je n’ai pas d’enfants mais je compte bien en avoir. Les règles permettent le renouvellement cellulaire, cela ne pose-t-il pas de problème à mon âge ?
Mon gynéco n’a su que me répondre, de plus pour la pose pas de problème cela se fait dans son cabinet, par contre pour le retrait il fait ça systématiquement sous anesthésie générale en clinique car à ses débuts dans ce domaine deux personnes ont fait un malaise dans son cabinet lors du retrait. Une AG, pour une si petite opération me parait discutable, non ?
H.

Oui, une AG est non seulement discutable, mais démesurée. J’ai retiré près de 100 implants, tous sous anesthésie locale. Une AG ne serait justifiée que pour un implant très profond, inaccessible. Et maintenant, quand c’est le cas... on le laisse en place (pour ne pas risquer de faire des dégâts inutiles en l’enlevant).

Quant aux règles, il n’y a que 30 à 50 % des utilisatrices qui n’ont pas de règles. Celles qui n’en ont pas n’ont rien à "renouveler" (la muqueuse de l’endomètre se développe moins, sous l’effet des hormones, d’où la diminution ou l’absence de règles). Il n’y a pas d’inconvénient à ne pas avoir de règles. C’est plutôt un grand confort...



- Milligynon et absence de règles

Je suis marocaine (31 ans). J’ai accouché d’un petit garçon en juin 2006. J’ai eu mon retour de couches après un mois et demi. Pour la contraception j’utilise Milligynon comme me l’a proposé ma gynéco.

J’ai lu dans votre article (Comment s’y retrouver, parmi toutes ces pilules ?) le paragraphe suivant : « lorsque les progestatifs sont pris à faible dose (Microval, Milligynon, mais aussi dans le DIU hormonal Mirena) le plus souvent, seul l’épaississement des sécrétions du col de l’utérus est contraceptif : les femmes continuent à ovuler et elles ont des règles, moins abondantes, mais au même rythme que lorsqu’elles n’utilisent pas de contraception ... »

Ce qui me perturbe c’est que ça fait 7 mois que je prends Milligynon et que je n’ai jamais de règles depuis mon retour de couches ! Est-ce que ça veut dire que je n’ovule pas puisque j’ai plus mes règles ? Est-ce normal ou je dois consulter ?
K.

Comme vous l’avez bien lu, j’ai écrit "le plus souvent". Mais chez un petit nombre de femmes (entre 20 et 30 %) utilisant ces méthodes, l’ovulation est endormie aussi, et elles n’ont pas de règles. Donc, l’absence de règles (si vous n’avez aucun autre symptôme de grossesse, comme un gonflement des seins ou des nausées) sous Milligynon est parfaitement possible et signifie que vous n’ovulez pas. Et que vous êtes aussi bien protégée qu’avec une pilule "combinée" (contenant progestatif + estrogène).



- Enceinte sur DIU ?

J’ai 25 ans et 2 enfants. Apres mon second enfant je prenais la pilule mais à cause de problèmes de santé j’ai du la stopper au plus vite et depuis j’ai choisi le stérilet en cuivre parce que je veux avoir mes règles tous les mois. Tout se passait bien jusqu’a maintenant : j’attends mes règles depuis 5 jours. Bien sûr avec mon mari j’ai eu des rapports sexuels ! Mais ce doit être de ma faute, j’étais enrhumée j’ai pris du Rhinadvil, j’ai regardé la notice hier soir il y a un anti-inflammatoire !!!!!!! Suis je enceinte ?
R.

Si vous êtes enceinte ça n’est pas à cause de l’anti-inflammatoire (l’effet "anti-DIU" des anti-inflammatoires est une légende). En revanche, si vous avez un Nova T, le risque de grossesse est plus élevé qu’avec les autres DIU au cuivre. Ce sera donc... la faute du médecin, car on ne devrait plus poser ces DIU là en France.

Allez sur mon site et cliquez sur la zone "DIU" dans la rubrique "Contraception et gynécologie", vous y trouverez toutes les précisions que vous désirez.
Et si vous avez plus de 10 jours de retard, faites un test de grossesse. Je suis médecin, pas devin. Je ne peux pas vous dire si vous êtes enceinte. Mais le test, lui, peut.



- Oubli de pilule et saignements de longue durée

Le 12 janvier je commence ma plaquette en prenant chaque comprimé le soir. Aux environs du 25, j’oublie de le prendre. Je m’en rends compte le lendemain au réveil, et je le prends directement. Le 28 au soir, je remarque des petits saignements très légers, je ne m’en préoccupe pas, je continue à prendre ma pilule. A partir du 31/01, les pertes de sang se font plus fortes. En me renseignant sur votre site, je n’ai pas arrêté ma plaquette comme cela était prévu le vendredi 02/02. Nous sommes aujourd’hui, le 05/02, et le flux de sang est très rouge, comme un début de règles, et je ressens par moment depuis hier soir des douleurs dans le bas-ventre. Ce qui m’inquiète, c’est le fait que les pertes de sang sont très rouges, mais pas forcément abondantes, et qu’elles durent depuis le 29/01. Or, d’ordinaire, mon cycle est régulier (+/-6 jours de règles).

Le fait que j’ai continué à prendre ma pilule n’aurait-il pas dû calmer les flux de sang ? J’ai l’impression que c’est plutôt l’inverse. Ai-je bien fait de continuer ma plaquette, ou aurais-je dû l’arrêter pendant les 7 jours ?
Dois-je m’inquiéter et aller voir un médecin ?
V.

C’est probablement un spotting (le fait que le sang soit rouge n’a pas de signification en soi). Voici comment le vérifier : arrêtez votre pilule pendant quelques jours (5 suffiront). Les saignements devraient s’arrêter spontanément, soit pendant ces 5 jours, soit quand vous reprendrez la pilule au bout de 5 jours. Si ça persiste, allez voir votre médecin. Mais il est fort possible que ça s’arrête très vite.



- Faut-il traiter les kystes de l’ovaire quand ils ne font pas parler d’eux ?

J’ai 37 ans, j’ai eu deux enfants assez jeune (à 22 et 24 ans) et j’ai eu recours avant, entre-temps et après, à la pilule : Trinordiol puis Minidril, que je supportais bien. Cependant, avec l’âge, la lassitude de prendre des médicaments m’est venue, et parce que j’avais souvent des problèmes de carence en fer, j’ai choisi le Mirena.

Posé en juin, il m’a provoqué quelques inconvénients pendant environ 6 semaines (spotting, nausées, gonflements, même un malaise, avec bouffée de chaleur, enfin, je ne sais pas si on doit le lui attribuer...) mais après ce délai, tout est redevenu normal et j’ai apprécié de ne plus avoir de règles du tout. J’ai aussi eu l’impression de récupérer de vrais cycles, malgré l’absence de règles, je sentais à nouveau des variations au niveau de ma poitrine et de mon humeur plus naturelles. Même plus prononcées que lors de la période où j’avais arrêté toute contraception, après mon divorce.

Malheureusement, lors du contrôle au bout de 6 mois chez ma gynécologue, en décembre, elle a découvert un kyste de 3 cm à l’ovaire droit. C’était le premier que l’on me diagnostiquait de toute ma vie de femme. Certains sont peut-être passés inaperçus, on ne m’a pas souvent fait des échographies en dehors de mes grossesses car je n’avais jamais eu de DIU avant.

Après réflexion et hésitation, mon médecin m’a ordonné 3 mois de Surgestone, donc des oestrogènes. Mais j’accepte mal d’avoir à reprendre des hormones alors que l’une de mes motivations à recourir au DIU était justement de m’en affranchir.
Voilà donc ma question :

Les kystes ovariens sont-ils plus fréquents sous Mirena ?
Doit-on vraiment avoir recours aux oestrogènes immédiatement ?
Y’a-t-il des médicaments moins dosés que la
Surgestone 0,5 ? Parce que là, je n’ai plus de libido, plus de poitrine et ça m’énerve.
H.

En fait, la Surgestone c’est des progestatifs, pas des estrogènes (donc, c’est comme le Mirena, mais en quantités plus grandes). Et je ne vois pas pourquoi on vous "traite" un kyste fonctionnel (c’est à dire qui ne vous gênait pas) qui arrive à toutes les femmes, DIU ou pas.

Si vous vous sentiez bien sous Mirena, il n’y a aucune nécessité à vous donner de la Surgestone pour soigner quelque chose qui n’est pas une maladie et qui va régresser spontanément. Si vous faisiez plusieurs kystes douloureux, on pourrait se poser des questions. Mais là, il me semble que votre gynéco a sauté aux conclusions. Pour tout vous dire, je ne fais pas de visite de contrôle aux femmes portant un DIU. Si elles ne souffrent de rien, elles n’ont pas besoin de moi. Et encore une fois, un kyste qui ne fait pas parler de lui ne nécessite pas de traitement.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé