logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche
Contraception et gynécologie >


Suis-je enceinte ou non ?
par Martin Winckler
Article du 20 août 2006

Parmi les très nombreuses questions qui me parviennent, l’une des plus fréquentes est celle-ci : « Est-ce que je suis enceinte ? » Et même parfois « Est-ce que je risque d’être enceinte ? »

Ces questions, bien évidemment, je ne peux pas y répondre. Je suis médecin, pas devin. Mais je peux donner les éléments, les outils qui permettent d’y répondre. Les voici, synthétisés dans cet article. Avec ces éléments vous devriez y voir plus clair.

QUELS SONT LES SYMPTÔMES D’UNE GROSSESSE ?

Il y en a beaucoup et bien sûr la plupart des femmes les connaissent, mais le plus souvent ils n’ont rien de très caractéristique... ni de définitif

1er symptôme : le retard de règles

Ce n’est pas un signe absolu de grossesse !

Un aphorisme médical dit « Tout retard de règles est une grossesse jusqu’à preuve du contraire », et les médecins devraient toujours s’en souvenir (ça éviterait des catastrophes aux femmes), mais il n’en reste pas moins qu’un retard de règles n’est pas toujours signe de grossesse.

En effet :

- Beaucoup de femmes ont un cycle de longueur irrégulière, et leurs règles ne surviennent pas tous les 28 jours mais tous les 25 à 35 jours - avec 3 ou 4 jours de décalage. Pourquoi ? Parce qu’une femme, ça n’est ni un robot, ni une horloge, c’est un être biologique... On peut être en parfaite santé, être tout à fait féconde, et avoir des règles irrégulières toute sa vie, à 3 ou 5 ou 10 jours près.

De plus

- Un retard de règles, même chez une femme « réglée comme du papier à musique » n’est pas forcément un signe de grossesse. Pourquoi ? Parce que les règles surviennent en général 15 jours après une ovulation non fécondée. Seulement, il faut qu’il y ait eu ovulation, et toute femme peut très bien, de temps à autre, avoir un « cycle sans ovulation ». Si l’ovulation ne s’est pas faite, le cerveau et l’ovaire n’ont pas de repère pour savoir quand terminer ce cycle par des règles et quand en commencer un autre. C’est ce qu’on appelait dans le temps les « grossesses nerveuses ». Une femme n’avait pas de règles, elle avait des symptômes évoquant une grossesse (seins qui gonflent, nausées, crampes dans le bas-ventre) mais elle n’était pas enceinte.

Les retards de règles sans grossesse, par cycle « anovulatoire » (sans ovulation) sont surtout fréquents à la puberté et après 45 ans, mais ils peuvent arriver n’importe quand, à n’importe quelle femme.

En dehors de la grossesse et de la ménopause, de nombreuses situations peuvent entraîner un retard ou un arrêt temporaire des règles , par exemple :

- l’arrêt d’une contraception hormonale ; il peut ne pas y avoir de cycle naturel pendant 2 ou 3 mois après arrêt d’une pilule, retrait d’un implant ou d’un DIU hormonal. Après arrêt de la méthode de contraception, l’ovulation peut mettre deux ou trois mois à réapparaître, et donc le cycle à se réinstaller. Une absence de règles six semaines après l’arrêt d’une contraception ne signifie donc pas nécessairement qu’on est déjà enceinte.

- la prise d’une contraception d’urgence (Norlevo) peut retarder les règles car son principe consiste à retarder l’ovulation pour éviter qu’un rapport sexuel non protégé soit fécondant

br> - certaines maladies de la thyroïde, des infections chroniques, un amaigrissement ou une prise de poids très rapides, une émotion forte (un deuil) peuvent « bloquer » le cycle ;

- les traitements pour « faire revenir les règles » et les traitements de la stérilité... ont fâcheusement tendance, avec le stress qu’ils véhiculent, à perturber le cycle

Et enfin :

- Une grossesse peut commencer sans retard ou absence de règles ! En effet, un petit nombre de femmes ont des saignements qui passent pour des règles pendant les premiers mois de leur grossesse. Par ailleurs, les femmes qui sont enceintes sous pilule (en général après oubli en début de plaquette) ont à l’arrêt de leur plaquette des saignements qui sont provoqués par l’arrêt des comprimés... alors même qu’elles sont enceintes.


- Bon alors, comment savoir si je suis enceinte ?
- Faites un test ! ! !


2e symptôme : le gonflement des seins

Le symptôme le plus précoce, souvent, est le gonflement et l’hypersensibilité des seins. C’est un symptôme très caractéristique, mais qui survient aussi en fin de cycle, (juste avant les règles) chez de nombreuses femmes. A quoi est-il dû ? À l’action des estrogènes, qui stimule les glandes des seins et les emplissent d’eau, pour les préparer à une éventuelle grossesse. En fin de cycle, la production d’estrogènes est à son apogée. Lorsque la femme n’est pas enceinte, cette production chute, les règles apparaissent et les seins dégonflent en quelques jours. Lorsque la femme est enceinte, l’embryon fabrique des estrogènes qui continuent à stimuler le sein.

Conclusion : une femme qui a des rapports sexuels non protégés + un retard de règles inhabituel + les seins gonflés ou douloureux a de fortes chances d’être enceinte si retard de règles et gonflement des seins est supérieur à 7 jours. En dessous d’une semaine de retard, il peut s’agir d’un cycle sans ovulation, qui donne les mêmes symptômes.

Chez une femme de plus de 45 ans, un cycle long peut aussi s’accompagner d’une tension des seins, sans qu’il s’agisse d’une grossesse. Mais ça peut aussi être une grossesse, car même après 45 ans, tant qu’on n’est pas ménopausée, on peut être enceinte.


- Bon alors, comment savoir si je suis enceinte ?
- Faites un test ! ! !


3e symptôme : les nausées et vomissements

Là encore, ça n’est pas un signe absolu de grossesse. Certaines femmes n’en ont pas quand elles sont enceintes, ou n’en ont que pour certaines grossesses et pas toutes ! Souvent ce sont des symptômes qui ne surviennent qu’au bout de plusieurs semaines de grossesse, donc leur absence ne signifie pas qu’on n’est pas enceinte. Nausées et vomissements peuvent être dus à beaucoup de causes : gastro-entérite (grippe intestinale), angoisse ou stress, intoxication alimentaire, médicaments, etc.

Mais si ce symptôme s’ajoute à un retard de règles et à un gonflement douloureux des seins, évidemment, c’est à la grossesse qu’il fait penser.


- Bon alors, comment savoir si je suis enceinte ?
- Faites un test ! ! !


Les autres symptômes de grossesse

Certaines femmes disent que lorsqu’elles sont enceintes

- ça les fait grossir
- ça leur ouvre l’appétit ou ça leur coupe l’appétit
- ça leur donne envie de dormir...
- ça leur donne envie d’uriner sans arrêt
- ça leur donne des nausées

Ces symptômes ne sont pas très parlants car ils peuvent survenir dans beaucoup d’autres situations que la grossesse. Et ils ne concernent pas toutes les femmes.

Et de toute manière, tous les symptômes que j’ai énoncés n’ont qu’une valeur indicative. Pour savoir à coup sûr si vous êtes enceinte...

Faites un test !


QUESTIONS SUBSIDIAIRES :

J’ai eu un rapport sexuel non protégé. Est-ce que je vais être enceinte ?

Il n’est pas possible de répondre à cette question. Il y a tellement de facteurs qui peuvent favoriser une grossesse... Mais il existe deux méthodes de contraception d’urgence utilisables dans les cinq (5) jours qui suivent un rapport sexuel non protégé. Ils permettent d’éviter une grossesse dans l’immense majorité des cas. Lire l’article sur la contraception d’urgence

Il n’y a pas d’autre méthode de contraception d’urgence que ces deux-là. Les "médicaments pour faire venir les règles" prescrits par certains médecins ne sont pas des méthodes de contraception d’urgence !!!


Je n’ai pas pris de contraception d’urgence et j’ai peur d’être enceinte...

- Comment savoir à coup sûr si on est enceinte ?
- En faisant un test urinaire de grossesse, en vente dans les pharmacies et les grandes surfaces. Ou en vous faisant prescrire une prise de sang par un médecin. Quoi qu’il arrive, c’est ainsi que vous en serez sûre le plus tôt. Le test de grossesse est positif au bout de quelques jours de retard de règles (4 à 6), c’est à dire avant l’échographie, et avant l’apparition de tout autre symptôme.

- Les tests urinaires sont-ils fiables ?
- Oui, aussi fiables que les prises de sang (et moins coûteux, et ils ne nécessitent pas de consultation médicale), à condition de ne pas être faits trop tôt. Si vous en faites un avant d’avoir un retard de règles, ou le lendemain d’un rapport sexuel non protégé, ils sera négatif, bien sûr. Au bout de 4 à 6 jours de retard de règles, si une grossesse a commencé, le test sera positif.

- Est-ce qu’il peut être négatif alors que je suis enceinte ?
- Oui, s’il est fait trop tôt (moins de 15 jours après un rapport sexuel non protégé). Si vous le refaites quinze jours après le rapport non protégé, ou au bout de 4 à 6 jours de retard de règles, il sera positif en cas de grossesse. S’il ne l’est pas, la probabilité que vous soyiez enceinte est infime. Trois semaines après un rapport sexuel non protégé unique, un test négatif signifie que vous n’êtes pas enceinte.

- Et en attendant d’être fixée, qu’est-ce qu’il faut faire ?
- Si vous ne voulez toujours pas être enceinte, prenez des précautions ! ! ! Le rapport sexuel que vous venez d’avoir n’est peut-être pas fécondant, mais si vous en avez d’autres, le risque augmente ! Donc : reprenez votre pilule, utilisez des préservatifs, pratiquez l’abstinence, mais évitez de vous retrouver enceinte alors que vous ne l’êtes peut-être pas ! ! !


J’ai arrêté ma pilule, j’ai eu des règles quelques jours après, je ne l’ai pas reprise, ça fait maintenant deux mois que je n’ai pas de règles, et pourtant je ne suis pas enceinte. Pourquoi ?

Les règles naturelles succèdent à un cycle ovulatoire pendant lequel la femme a ovulé, mais n’a pas été fécondée.

En revanche, quand elle utilise une contraception hormonale (pilule, implant, DIU hormona), une femme n’a pas de cycle ovulatoire. Les hormones contraceptives suspendent l’ovulation. Pas d’ovulation = pas de grossesse mais aussi = pas de règles.

Beaucoup de pilules se prennent en général trois semaines, avec arrêt la quatrième semaine. Pendant la semaine d’arrêt, l’ovulation est encore endormie, et l’utilisatrice est quand même protégée d’une grossesse. Comme le cycle ovulatoire est suspendu, les saignements qui apparaissent entre deux plaquettes de pilule ne sont pas des règles, ce sont des saignements artificiels provoqués par l’arrêt temporaire des comprimés. Lire cet article Pendant les trois semaines de prise, les hormones stimulent la paroi intérieure de l’utérus et la font épaissir. Quand on arrête les comprimés, la paroi cesse d’être stimulée et se détache, ce sont ces saignements qui apparaissent. Ces saignements n’étant pas des règles, ils sont faussement rassurants. On peut même dire qu’ils n’ont aucune utilité.

Il est parfaitement possible de prendre la pilule sans interruption. D’ailleurs, beaucoup de femmes qui utilisent un implant le gardent pendant 3 ans... et ne saignent pas. Prendre la pilule sans interruption, c’est pareil. Mais la plupart des médecins ne le disent pas et les utilisatrices prennent la pilule 3 semaines et l’arrêtent une semaine, « pour avoir des règles ».... qui n’en sont pas.

- Bon, mais puisqu’on a des saignements lorsqu’on arrête la pilule sept jours, pourquoi les règles ne reviennent-t-elles pas quand on cesse de prendre la pilule définitivement ?

- Les saignements qui apparaissent à la fin d’une plaquette sont consécutifs à l’arrêt des comprimés, comme expliqué ci-dessus. Mais la prise des comprimés a pour fonction d’endormir l’ovulation, et cet endormissement de l’ovulation peut être de longue durée, selon les femmes, et le cycle naturel ne reprendre qu’au bout de 2 mois. On peut donc avoir des saignements juste après la fin d’une plaquette, et ne pas avoir de règles ensuite pendant plusieurs semaines. Ce phénomène ne concerne pas toutes les femmes, mais il inquiète celles qui sont le plus pressées d’être enceinte et celles qui sont le plus angoissées à l’idée de l’être.

Lire l’article sur les règles


Martin Winckler

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé