logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

Absence de Règles
- Témoignage sur Nuvaring (Contraception : Questions/Réponses 105e et dernier)
- Désir de grossesse et gynéco terroriste (Contraception : Questions/Réponses 90)
- Efficacité et sécurité de Microval face à l’acné et aux GEU (Contraception : Questions/Réponses 69)
- Pilule et accident vasculaire cérébral (Contraception : Questions/Réponses 68)
- L’androcur peut-il être utilisé comme seule contraception ? (Contraception : Questions / Réponses 61)

Choisir un DIU
- Refus de contraception : un témoignage de conséquences graves
- Implant ou DIU : que choisir ? (Contraception : Questions/Réponses 81)
- La pilule est-elle dangereuse pour le foetus ? (Contraception : Questions/Réponses 71)
- Quelle pilule peut-on prendre en continu ? (Contraception : Questions/Réponses 66)

DIU et Nulliparité
- DIU et Nullipares : une expérience négative
- Comment traiter des règles abondantes d’un DIU au cuivre ? (Contraception : Questions/Réponses 72)
- La pilule a-t-elle des effets sur le psychisme ? (Contraception : Questions / Réponses 63)

Grossesse Extra-Utérine
- Préservatif féminin et première fois (Contraception : Questions/Réponses 102)
- Millepertuis et Mirena (Contraception : Questions/Réponses 77)
- Que faire quand on est un homme et porteur du HPV ? (Contraception : Questions / Réponses 74)

Interruption Volontaire de Grossesse
- HPV et désir de grossesse (Contraception : Questions/Réponses 94)
- Contraception et endométriose (Contraception : Questions/Réponses 86)
- IVG et attente d’une grossesse (Contraception : Questions/Réponses 85)
- Taille de DIU et taille de l’utérus (Contraception : Questions/Réponses 82)
- IVG : les humiliations que subissent les femmes
- Pourquoi utilise-t-on tant Minesse et Mélodia chez les adolescentes ? (Contraception : Questions/Réponses 79)
- Est-ce que toutes les femmes sont de mauvaise humeur quand elles ont leurs règles ? (Contraception : Questions/Réponses 75)
- Désir de Grossesse après IVG (Contraception : Questions/Réponses 73)
- Pourquoi le DIU Sertalia est-il toujours en vente ? (Contraception : Questions / Réponses 53)
- Quand arrêter la pilule prise en continu pour avoir des règles ? (Contraception : Questions / Réponses 51)

Pathologies et Contraception
- Touche pas à ma grossesse ! (Contraception : Questions/ Réponses 104)
- Qui pose les implants ? (Contraception : Questions/Réponses 97)
- Absence de règles avec Nuvaring (Contraception : Questions/Réponses 92)
- Allaitement et pilule du lendemain (Contraception : Questions/Réponses 91)
- Premiers rapports sexuels sans préservatifs (Contraception : Questions/Réponses 83)
- Le Norlevo est-il dangereux pour une grossesse en cours ? (Contraception : Questions/Réponses 80)
- DIU et Streptocoques B (Contraception : Questions/Réponses 76)
- L’ovulation peut-elle VRAIMENT être déclenchée par un rapport sexuel ? (Contraception : Questions/Réponses 70)
- Quand et comment doit-on se faire examiner les seins ? (Contraception : Questions/Réponses 64)
- Est-il possible de se retrouver enceinte en prenant la pilule ? (Contraception : Questions / Réponses 60)

Relation Patiente/Gynéco
- Ce que la patiente dit, ce que le gynécologue entend...

Varnoline

Contraception et gynécologie >


Après une IVG, quand faut-il commencer sa pilule ? (Contraception : Questions / Réponses 65)
Article du 23 janvier 2006

Pour plus d’informations sur Préservatifs, pilules, DIU, implant et contraception d’urgence, CLIQUER ICI


Lire toutes les questions réponses sur la contraception


Lire les questions/réponses précédentes


Poser une question : martin_winckler@yahoo.fr (en étant indulgent pour le délai de réponse...)


Les sujets abordés cette semaine :
- Après une IVG, quand faut-il commencer sa pilule ?
- DIU et sciatique
- Quand commencer la pilule quand on est en aménorrhée ?
- Nulliparité, DIU et changement de gynéco
- Premières règles
- Pilule en Chine
- DIU après suspicion de grossesse extra-utérine


- Après une IVG, quand faut-il commencer sa pilule ?

Le 15 décembre j’ai subi une IVG dans un planning familial. Mes dernières règles dataient du 18 octobre, donc d’office c’était par aspiration. Le 29 décembre j’ai effectué un examen de contrôle : tout est en ordre, là le médecin m’a dit que je pouvais à nouveau prendre des bains, mettre des tampons, et avoir des rapports sexuels . Il m’a dit d’attendre le premier jour de mes prochaines règles pour reprendre la pilule. Il ne m’a pas parlé de risque d’une nouvelle grossesse en attendant, et donc d’utiliser le préservatif ...

Maintenant, je viens de me rendre compte et avoir la confirmation en lisant sur votre site, qu’au bout de 10 jours après l’ivg, la femme peut à nouveau ovuler, je ne pensais pas que je courais le moindre risque avant le retour des règles et apparemment je n’ai pas posé assez de questions au gynéco et lui ne m’a pas conseillé suffisamment.

Donc j’ai eu un rapport le 29 décembre et le 01 janvier sans précaution, ma question, enfin je suppose que risque il y a, maintenant je me demande dans combien de temps approximativement mes règles devrait revenir et surtout pour ne pas attendre dans le doute, après combien de temps puis-je effectuer un test de grossesse. Même si il est négatif et que les règles viennent plus tard je préfère en faire un quand même, je désire juste connaître au vu des dates que je vous donne, à partir de quand j’ai le droit d’en faire un .
N.

Après une IVG, là où je travaille et dans beaucoup de centres, on prescrit une pilule à commencer le lendemain de l’IVG pour que les femmes soient tranquilles. Je regrette qu’on ne l’ait pas fait dans votre cas.
A priori, vos règles devraient revenir d’ici 2 à 3 semaines. En attendant, utilisez des préservatifs. Vous pouvez faire un test d’ici 10 jours si vous n’avez pas eu de règles, puis le recommencer 10 jours plus tard si vous n’avez toujours rien.

Une autre possibilité est celle-ci : commencez votre pilule tout de suite. Vous serez protégée au bout de 7 jours. Evidemment, vous n’aurez pas de règles avant la fin de la plaquette, mais vous pouvez vous rassurer en faisant un test dans 10 jours puis un autre à la fin de la plaquette. Si vous étiez enceinte, ils ne seraient pas faussés par la prise de la pilule. Mais si - comme c’est probable - vous ne l’êtes pas, vous aurez gagné trois semaines de tranquillité.



- DIU et sciatique

Je souffre d’une sciatique (localisée dans la fesse) depuis longtemps. Mon ostéopathe pense qu’il peut y avoir un lien entre le fait d’avoir un stérilet (au cuivre) et cette douleur (sans cause mécanique apparente).
Qu’en pensez-vous et aurai-je intérêt à changer pour un stérilet hormonal ? (je vous précise mon âge : 47 ans)
P.

Je ne pense pas que votre DIU y soit pour quoi que ce soit, car les nerfs sciatiques et les muscles qu’ils commandent sont vraiment très loin de l’utérus et du DIU... A mon avis, si votre DIU ne vous donne pas de souci particulier spécifique (douleurs dans le bas-ventre similaires à des règles, saignements, douleurs pendant les rapports sexuels), il vaut mieux ne pas y toucher...



- Quand commencer la pilule quand on est en aménorrhée ?

J’ai trente deux ans et une petite fille de 6 ans. J’ai eu mes premières règles à 11 ans, puis ai connu une aménorrhée entre 16 et 18 ans. A 18 ans et après retour des règles ma gynécologue m’a prescrit Adepal. J’ai toujours été depuis lors sous Adepal.

Cela étant, depuis deux ans, je souffre de troubles prémenstruels se traduisant notamment par une lourdeur et une douleur au niveau des ovaires, qui m’ont poussée à demander à ma gynécologue ce que cela pouvait être et comment les soulager.

Ma gynécologue m’a fait faire une échographie pelvienne, qui a permis de constater que je n’avais ni fibrome ni kyste, mais des varicosités pelviennes importantes, qui pouvaient selon elle, expliquer les douleurs.
Elle m’a prescrit de l’
Antadys pour calmer les douleurs et proposé de me mettre sous Varnoline.
En fait, cette pilule ne m’ayant pas convenu, je suis repassée sous Adepal, ceci jusqu’à ma dernière visite chez elle le 7 octobre dernier.

Au cours de cette visite, elle m’a demandé si j’avais toujours mal et m’a alors proposé de me mettre sous Luteran, en m’expliquant qu’il s’agissait d’un médicament et non véritablement d’une pilule, dont l’efficacité en tant que contraceptif avait été découverte dans le cadre de traitement de diabétiques. Elle m’a indiqué de prendre le Luteran, 6 jours après l’arrêt de la plaquette en cours d’Adepal. Ce que j’ai fait.
Dès les premiers jours de prise de ce nouveau traitement, j’ai ressenti de violents maux de tête qui m’ont poussé à lui demander s’il n’était pas envisageable de mettre en œuvre un autre traitement, compte tenu des effets indésirables ressentis.

Elle m’a alors indiqué que oui, et m’a prescrit Cérazette, en me précisant de terminer le traitement de 20 jours au Luteran, et que Cérazette devait être prise dès le premier jour des règles... or je n’ai plus eu de règles depuis le 25 octobre dernier.
Il m’est par conséquent difficile de prendre la moindre contraception puisque tant Adepal que Cérazette exigent d’être pris le premier jour des règles. De nature angoissée, j’ai fait un test de grossesse en pharmacie qui s’est avéré négatif, que j’ai fait confirmer par un test sanguin, qui s’est également révélé négatif.

Mon médecin traitant, que j’ai consulté à ce sujet, m’a indiqué avoir reçu des femmes qui après prise de Luteran pouvaient ne pas avoir leurs règles pendant 6 mois... 6 mois d’abstinence, me parait difficilement envisageable ! Et ce, même si la protection masculine existe, elle est difficilement adaptée à un couple qui comme nous vivons ensemble depuis presque 15 ans maintenant !

Que puis je faire ? Faut il vraiment que j’attende que les règles reviennent pour prendre un contraceptif oral ?
N’existe-t-il pas un autre moyen ?
Ma gynécologue m’a également parlé de la possibilité de mettre en œuvre des patchs mais j’avoue ne pas avoir trop confiance (je vais régulièrement à la piscine, au minimum 3 heures 30 par semaines, et crains en conséquence pour l’efficacité du procédé.
Quant au DIU, je m’interroge sur les risques d’allergie et d’infection, sur votre site vous avez l’air plutôt favorable à ce genre de contraception, pouvez vous m’en dire plus ?
L.

Oh mon dieu mais on vous fait souffrir pour rien !!!
Le Lutéran peut entraîner une aménorrhée comme une grossesse (et pendant 3 ou 4 mois), mais l’angoisse aussi pérennise l’aménorrhée. Or, il n’est absolument pas nécessaire d’attendre vos prochaines règles pour commencer la pilule. Tout ce qu’on a besoin de savoir c’est si vous êtes enceinte ou pas. Faites un test de grossesse aujourd’hui. S’il est négatif, commencez votre pilule dès maintenant. Et dans 7 jours vous serez protégée. Refaites un autre test dans 15 jours, pour vérifier, et vous serez parfaitement tranquille. Le test ne sera pas faussé par la prise de la pilule, mais en attendant vous serez protégée.



- Nulliparité, DIU et changement de gynéco

Petite anecdote avant ma question. J’avais, cet automne, discuté avec des amis étudiants en médecine et infirmières sur la possibilité de se faire poser un DIU en étant nullipare. Ma grand-mère venait de mourir d’un AVC, chose courante chez les femmes de ma famille, et je souffre de temps en temps de migraines (beaucoup plus avant, mais elles se sont calmées et espacées), mes amis m’ont donc parlé des DIU. Je ne pensais pas que l’on pouvait s’en faire poser avant d’avoir eu des enfants (ma mère en a un depuis ma naissance) et fut enthousiasmée par le côté "naturel" du DIU en cuivre qui ne perturbe pas le cycle.

Mes amis me donnent les coordonnées du site de l’ANAES et je consulte les pages sur la contraception. Je tombe par hasard sur votre site et étudie la rubrique contraception en détail. Armée de toutes ces infos que je considère comme éclairées, je vais chez ma gynéco pour ma visite "de routine" annuelle. Elle me fait le frottis traditionnel (alors que j’ai un partenaire unique depuis 5 ans et que je vais la voir tout les ans... enfin, que j’ALLAIS la voir, car là, elle ne me reverra plus), plus pour faire marcher son labo local qu’autre chose, je pense, mais je n’ose rien dire. Après tout, c’est elle le médecin et j’ai l’impression qu’il est très mal venu de remettre en question les pratiques d’un médecin, alors que, par exemple, il est courant de remettre en question celles des enseignants (je suis enseignante...).

Je lui parle de mon désir concernant le DIU. Et là, elle me dit en gros : "Je vous le déconseille formellement. D’une part, vous n’avez pas eu d’enfants et la pose va être très douloureuse (et là je pense à ce que vous écrivez sur les pinces de pozzi) et d’autre part, si vous avez une infection, on est obligé de vous opérer et vous n’aurez jamais d’enfants".

J’encaisse le discours alarmiste, sûre de mes arguments mais n’osant pas les lui envoyer à la figure (du genre "allez donc consulter les recommandations de l’ANAES et de l’OMS") et pensant simplement chercher aussitôt la consultation terminée un nouveau gynéco ou un généraliste habitué à poser des DIU. Mais je n’étais pas au bout de ma sidération. Le Dr Machin, d’un ton paternaliste me dit : "Et alors, A., qu’est-ce qu’il nous reste, si vous ne voulez plus prendre la pilule ?". Moi, "Heu, je sais pas..." "Le préservatif ?" "Oui, mais bon, c’est pas très pratique..." "Et bien alors il faut calculer" "Quoi ????!!!!" Qu’un toubib me propose la méthode Ogino ou autre, là, les bras m’en tombent, même si je suis du genre naturalo-écolo, je sais (de par l’expérience de certaines de mes copines) que ça ne marche pas (enfin, si, ça marche pour avoir des enfants !) !! Et elle ajoute "Eh bien oui, comment vous croyez que j’ai fait, moi ?" Elle a environ 45 ans : la pilule existait bien à son époque !!!

Et puis, elle est gynéco, tous ces trucs là, c’est son fonds de commerce !! Je réponds "Ben, je sais pas...""Et bien j’ai fait attention !" Toujours ce ton paternaliste. Je pense : pourquoi se prendre la tête à "faire attention" quand on peut se prescrire soi-même la pilule ou un DIU ?! Là, je commence à sourire et lui dis : "Oui, mais vous avez combien d’enfants" "Trois" "Tous désirés ?" "Heu, oui, sauf une fois, on a eu chaud". Bientôt elle va me dire qu’elle a dû faire une IVG à cause de ses méthodes !!! Je rêve !!

Bref, tout ça pour dire qu’il y en a assez de ces médecins qui traitent leurs patients 1) comme un corps et pas comme une personne, 2) comme s’ils étaient des attardés mentaux incapables de savoir ce qui est bon pour eux, 3) comme s’ils (les médecins) avaient la science infuse. Qu’ils aillent un peu regarder ce qui se fait ailleurs !! Seulement tout ça, on ne le sait pas quand on passe la porte de leur cabinet pour la première fois. Et puis on a peur de la blouse blanche et on n’ose pas faire valoir ses droits et ses connaissances.

Désolée, je m’emporte, ce message est plus long que prévu. Mais c’est pour vous dire à quel point les informations que vous diffusez sont utiles et rassurantes : elles nous redonnent enfin un emprise sur notre corps.

J’en viens à ma question. J’ai lu ce que vous avez écrit récemment sur la pilule et son fonctionnement. J’ai bien compris le principe de faire croire au corps qu’on est enceinte, de l’endormissement du cycle et des règles artificielles (mon généraliste me l’avait expliqué), mais comment cela se fait-il alors que je ressens tous les mois des signes précurseurs de l’arrivée de mes "règles", comme à l’époque où je ne prenais pas la pilule (j’ai pris Triminulet pendant des années et je prends maintenant Harmonet depuis 2 ans, j’ai 28 ans) : seins douloureux et gonflés, céphalées, voire migraines, légère sensation de rétention d’eau parfois, fatigue ? Et cela environ une semaine avant l’apparition de mes "règles" et donc avant la prise de la dernière pilule de la plaquette.

Est-ce purement psychosomatique ? Est-ce que je veux me faire croire que j’ai encore un cycle ? Ou bien y a-t-il des variations de dosage de la pilule à différents stades du cycle (avec des triphasiques, je veux bien, mais Harmonet est mono) ?
Ces questions n’ont aucun caractère d’urgence, je me les pose depuis un certain temps : simple curiosité !
A.

Merci pour votre témoignage. Quant à la question, elle est importante : si vous sentez des signes précurseurs de vos règles, ce n’est pas "psychosomatique", c’est en raison de la sécrétion d’estrogènes (les vôtres). Chez certaines femmes, même si la pilule endort l’ovulation l’ovaire continue à fabriquer beaucoup d’estrogènes quand même, qui donnent ces symptômes. Pour diminuer ces symptômes, il faudrait vous donner une pilule plus dosée en estrogènes, mais ça n’est pas forcément souhaitable.

Ce phénomène arrive chez les femmes à climat "très estrogénique" (aviez vous des règles très abondantes, avant de prendre la pilule, des symptômes pré-menstruels très marqués ?) qui prennent des pilules peu dosée en estrogènes (Harmonet en contient 20 µg, moins que Triminulet). Du coup, je vous conseille de raccourcir l’espace entre deux plaquettes à 4 jours (plutôt que 7), car un oubli, surtout en début de plaquette, risque de vous faire ovuler. Et bien sûr, changez de gynéco.

Si vos migraines ne sont pas plus fréquentes avec Harmonet qu’avec TriMinulet, et s’il ne s’agit pas de migraines "accompagnées" (précédées par des troubles neurologiques comme des troubles visuels, ou une difficulté à parler, par exemple) vous pouvez continuer tranquillement à la prendre en attendant qu’on vous pose un DIU.

J’imagine que les amis qui vous ont parlé du DIU et de l’ANAES (bénis soient-ils) connaissent un ou des "bons" gynécos... Vous allez certainement en trouver un qui respectera votre choix.

Merci de votre confiance, et continuez à vous faire entendre. Une gynéco de 45 ans qui se comporte ainsi avec une patiente est déjà vieille dans sa tête depuis longtemps. J’ai 51 ans bientôt. En vous lisant, je me sens aussi jeune que vous.



- Premières règles

J’ai eu mes règles une seule fois à 14 ans, aujourd’hui j’ai 16 ans et demi. C’est normal ou pas ? Je n’utilise pas de pilule.
G.

Oui, il arrive que des jeunes femmes aient leurs règles une fois seulement, puis attendent plusieurs années (jusqu’à 17-18 ans, parfois) pour qu’elles reviennent et soient régulières. Ce n’est pas inquiétant. Patientez tranquillement, elles reviendront.



- Pilule en Chine

Je suis actuellement en Chine et n’ayant plus de plaquettes de pilule de France (Varnoline 21cp), je suis allée en acheter à la pharmacie chinoise. Ils m’ont donné la Marvelon, celle que prennent toutes les chinoises et délivrée sans ordonnance. Les dosages sont les mêmes (150,30/ 21cp). Je me demande si je peux changer de l’une à l’autre sans conséquences. Ont-elles les mêmes propriétés sur la peau, le poids etc...?
Dans ce cas, je changerais bien définitivement pour la
Marvelon, qui ne coûte que 2 euros la plaquette ici (et sans ordonnance)...

Autre chose, une question me trotte dans la tête depuis quelques temps. A savoir si une pilule minidosée comme celles ci a la même efficacité sur une girafe d’1m82 comme moi que sur une puce d’1m50...
En fait, j’ai 22 ans, je prends la pilule depuis 3 ans, je n’ai plus fait la moindre prise de sang concernant ça depuis la première fois qu’on me la prescrite et j’ai toujours gardé la
Varnoline, ne ressentant aucun effet indésirable lourd...
Or toutes mes amies ont changé moult fois de pilule, faut il faire des essais et en changer pour voir si une autre conviendrait mieux ?
I.

Pas de problème pour passer de Varnoline à Marvelon puisque il s’agit exactement de la même pilule (vous avez de la veine...) : leurs compositions sont identiques. La dose est suffisante pour la plupart des femmes qui pèsent moins de 80 kilos, ce qui est votre cas, j’imagine. Au-delà, l’efficacité de la pilule est plus aléatoire. Et je vous rassure tout de suite, Il arrive souvent que les utilisatrices de pilule aillent bien, la tolèrent bien et n’aient pas de problème.
Mais bien entendu ce sont celles qui la tolèrent mal qui en parlent le plus...

A votre âge, il n’est pas nécessaire de faire la moindre prise de sang pour prendre la pilule. Il faut juste s’assurer qu’il n’y a pas eu d’antécédents de phlébite ou d’embolie pulmonaire chez les parents ou les soeurs de l’utilisatrice. C’est une des raisons pour lesquelles on vend la pilule en Chine sans ordonnance : la surveillance est minime et les accidents rares (6 fois moins fréquents que les accidents vasculaires de la grossesse...) Il n’y a qu’en France qu’on multiplie les examens pour pas grand-chose.



- DIU après suspicion de grossesse extra-utérine

Je suis née en 1975. Avant d’accoucher de mon fils (né en juillet 2004), j’ai été soignée en juillet 2003 au methotrexate pour une suspicion de GEU (petits saignements hors des règles alors que j’avais arrêté la pilule, prise de sang avec Beta HCG >0 mais faibles, aucune douleur, observation à l’hôpital durant 4 jours sans que rien de majeur ne se passe, administration de methotrexate avec succès). A posteriori, il me semble qu’il s’agissait plutôt d’une fausse couche très précoce...
Je souhaite aujourd’hui me faire poser un DIU. Est-ce possible ? Que me conseillez-vous ? Quel type de DIU ?
E.

D’une part, un DIU n’est pas contre-indiqué en cas d’antécédent de GEU vraie (une femme avec un DIU a moins de risque de faire une GEU qu’une femme sans contraception, puisqu’elle a beaucoup moins de risque d’être enceinte...)

D’autre part... Vous n’êtes pas sûre que vous ayez fait une GEU. Alors... rien ne vous interdit de recourir à un DIU. Ci-joint (en fichier attaché) un document de la fédération internationale de planning familial, en Français, qui rappelle que la GEU fait partie de la catégorie 1 (utilisation sans restriction) de l’OMS pour l’utilisation des DIU. Imprimez-le et faites-le lire à votre gynéco, le cas échéant, s’il est réticent à vous en poser un.

Vous avez déjà eu un enfant, vous avez donc le choix entre un
- TT380 (au cuivre) - cycle naturel, règles tous les mois, durée d’efficacité 10 ans
- Mirena (hormonal) - peu ou pas de règles.
Si vous avez spontanément des règles abondantes et/ou douloureuses, le Mirena sera plus confortable. Sinon, les deux sont possibles. C’est à vous de choisir.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé