logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


L’éthique dans les séries télé : une émission radio hebdomadaire en ligne sur Radio Créum
Radio et télévision > Odyssée >


A qui fait-on des greffes de moelle ?
Odyssée - 25 Juin 2003
Article du 31 décembre 2006

D’abord, une précision importante. La langue française utilise malheureusement le mot « moelle » pour désigner deux organes très différents.

La moelle épinière, tissu constitué de neurones, prolonge le cerveau et court, comme son nom l’indique, sous « l’épine dorsale », dans le canal constitué par les vertèbres.

La moelle osseuse, que l’on nomme aussi moelle hématopoïétique - ce qui signifie qu’elle sert à l’hématopoïèse, la fabrication des cellules du sang (globules rouges, globules blancs et plaquettes) - se trouve, comme son nom l’indique, à l’intérieur des os. C’est la même que celle des os à moelle du pot-au-feu, sauf que dans le pot-au-feu, c’est de la moelle de bovin...

On ne greffe jamais de la moelle épinière, pas plus qu’on ne greffe un cerveau. En revanche, on peut greffer de la moëlle osseuse.

Quand un malade a-t-il besoin de moelle osseuse ?
Lorsque sa propre moelle osseuse ne fabrique plus de cellules sanguines. C’est le cas des personnes souffrant de certaines formes de leucémies : au cours de celles-ci, la moelle osseuse fabrique des cellules sanguines de manière anarchique - trop de cellules d’une catégorie et pas assez des autres.

Pour soigner les leucémies, on est amené à pratiquer un traitement - une chimiothérapie le plus souvent - qui détruit toutes les cellules, malades ou non, contenues dans la moelle. Les malades traités sont mis, temporairement, dans des « chambres stériles » pour leur éviter d’être agressés par des microbes qui pourraient les tuer, puisqu’ils n’ont plus de globules blancs pour se défendre.

Une fois la chimiothérapie terminée, on leur transfuse des cellules saines prélevées dans la moelle d’une autre personne. Ces cellules de moelle venues d’un donneur vont spontanément se fixer à l’intérieur des os. Dans le meilleur des cas, elles y reconstituent une moelle osseuse saine ; au bout de quelques semaines, le patient se remet à fabriquer normalement des cellules sanguines et il peut sortir de sa chambre stérile.

D’où viennent les cellules de moelle que l’on greffe aux malades ?
Obligatoirement d’une personne HLA-compatible.

Qu’est-ce que c’est que ça, HLA ?
C’est un terme anglais signifiant Antigène Leucocytaire Humain. Les antigènes leucocytaires sont des protéines présentes à la surface des cellules d’un individu selon une combinaison spécifique à chaque personne. Cette mosaïque de protéines permet au système immunitaire de l’individu de faire la différence entre ce qui fait partie de lui (ses propres tissus) et ce qui lui est étranger (un microbe, par exemple, ou un greffon venu d’un donneur).

Pour éviter que le receveur rejette les cellules de moelle qu’on lui a transfusées, on choisit un donneur dont le « profil HLA » ressemble au sien. Le plus souvent (3 fois sur 4 environ sur l’ensemble de ce type de greffe) il s’agit d’un parent proche, mais il arrive que ses frère et sœur aient un système HLA trop différent pour lui donner des cellules de leur moelle. On doit alors recourir à des donneurs étrangers.

C’est là que la solidarité intervient. Ces donneurs, pour les identifier, il faut qu’ils se soient préalablement inscrits sur le registre national des greffes de moelle.
On peut devenir donneur volontaire de moelle si on a entre 18 et 50 ans et on peut être prélevé jusqu’à l’âge de 60 ans. Le prélèvement de moelle, effectué sur les os du bassin et parfois du sternum, se fait pendant une hospitalisation de 48 heures, sous anesthésie générale.
Contrairement au don de sang ou de plaquettes, que l’on fait quand on veut, le donneur de moelle volontaire n’est pas sûr d’être un jour sollicité pour un don ; c’est un don imprévisible, qu’il fera peut-être un jour pour une personne bien précise, mais sans savoir de qui il s’agit, afin de respecter la règle d’anonymat qui vaut pour tous les dons.

La particularité de ce don, c’est que le donneur peut être contacté du jour au lendemain, n’importe quand, pour être prélevé, le jour où un patient porteur d’un profil HLA proche du sien aura besoin d’une greffe.

Si vous désirez devenir donneur de moelle, il suffit de contacter le centre de transfusion sanguine le plus proche qui vous indiquera la marche à suivre.

Vous pouvez aussi vous déclarer comme donneur potentiel en écrivant à
FRANCE GREFFE DE MOELLE
Hôpital Saint-Louis
B.P. 10
75462 PARIS CEDEX 10.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé