logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


L’éthique dans les séries télé : une émission radio hebdomadaire en ligne sur Radio Créum

Les séries TV et le soap opéra

Conférence donnée à l’université de tous les savoirs le 17/04/2004.


Radio et télévision > Séries télé >


Quand la fiction française dissuade les ados d’avorter
par Mathieu (sur le site des Chiennes de Garde)
Article du 23 août 2005

Cet article a été mis en ligne le 19 août 2005 sur le site des "Chiennes de garde". Je l’ai trouvé très juste, et très révélateur de la pudibonderie et de la censure larvée dans les fictions françaises actuelles.
EN voici le début, suivi d’un lien vers la page originelle.
Martin W.

(Photo : Johanna (Dounia Coesens), la jeune lycéenne enceinte de Plus belle la vie)

Saga de l’année, saga de l’été, pas les mêmes scores mais une caractéristique commune : dans ces fictions télé quand une ado est enceinte, l’idée qu’elle pourrait avorter est violemment combattue.

Ces fictions vous les connaissez de nom, au minimum. France 3 diffuse quotidiennement "plus belle la vie" depuis septembre 2004, et TF1 a battu ses records d’audience en juin-juillet avec "Dolmen". Les 2 fictions n’ont rien de commun hormis ce qui nous intéresse ici : comment les grossesses adolescentes y sont présentées.

Environ 1 femme sur 2 aura une ou plusieurs IVG au cours de sa vie fertile. Quoi de plus banal qu’un acte qui touche la moitié des femmes et qui est légal depuis aujourd’hui plus de 30 ans. Les médias français font les gros yeux quand George Bush nomme un nouveau juge à la Cour Suprème susceptible de battre en brèche l’autorisation d’avorter aux Etats-Unis.

Mais en France d’autres dangers pèsent sur la mise en oeuvre de ce droit durement acquis. La dramatisation de l’avortement et sa diabolisation, sous couvert de natalisme, sont bien ancrés. Aux Chiennes de Garde on n’a rien contre la grossesse, on n’est ni pour ni contre tout ce que nous voulons c’est qu’elle soit choisie. En revanche quand des fictions dissuadent les adolescentes d’avorter, il y a de quoi se poser des questions.

Dans "plus belle la vie", les péripéties du quartier sont plus trash les unes que les autres, tentatives de meurtre, enfants cachés, escroqueries... L’une des familles principales est composée d’un couple de quarantenaires (ça se dit ?) avec notamment une fille de 15 ans inscrite en sport-études patinage. La fille devient enceinte de son amoureux de 17 ans, lycéen tout comme elle, ce qu’ils n’avaient visiblement pas programmé.

Les 2 hésitent, les parents s’en mêlent à peine et ne veulent pas influencer (alors que pour d’autres aspects de la vie de ces enfants ils ne s’en privent pas). A l’approche de la fin du délai légal de 14 semaines, la fille a un coup de blues car elle réalise que c’est sa dernière chance de continuer sa vraie passion, le patin à glace où les carrières sont aussi précoces que les retraites. Et finalement, elle le garde.

Dans "Dolmen", 3 familles s’entre-déchirent et cultivent des haines recuites sur une île hypothétique. Façon Roméo et Juliette, le fils d’une famille et la fille d’une famille rivale s’aiment en secret. Ils ont 17 ans et ne sont pas très organisés côtés contraception, avec pour conséquence un début de grossesse. Pas une seconde la fille n’a peur ni ne songe à autre chose qu’à le garder (l’ensemble de la série ne brille ni par son réalisme ni par sa psychologie, mais ce n’est pas une raison). Ca la regarde, même si moi ça me fait un peu peur de voir ce type de scènes.

Plus gênant et même énervant, la réaction des parents des ados. Le père de la fille (papier, crayon, schéma, sinon vous pourrez pas tout suivre, enfin bon ce que j’en dis...) est scandalisé par une seule chose : vu la haine entre les 2 familles, une telle union est inadmissible. La mère du garçon, de son côté, vient d’apprendre un lourd secret , son père est le patriarche de la famille adverse. D’où sa réponse si charitable à son fils : "vous ne pouvez pas avoir cet enfant, machine est ta cousine".

On ne peut pas dire que l’argument manque de pertinence, mais visiblement c’est le seul obstacle qu’elle y voit. Bref, des 2 côtés seule compte l’histoire collective des 2 familles, et que des gamins de 17 ans envisagent d’avoir un enfant n’est pas une question qui, en soi, soulève des questions. A la limite, vu l’absence de réaction sur ce point, cela va de soi qu’il n’y a pas de souci.

Donc avis à tous les jeunes qui ne sont pas cousins ou demi frère/soeur : faites des gosses le plus tôt possible, tout va bien se passer. Vouloir des enfants, les avoir puis les élever, c’est chouette, je vais pas renier ma famille nombreuse pour prétendre le contraire. Seulement l’option avoir le bébé/ne pas mener la grossesse à terme, est une option légitime et qui n’a rien de scandaleux. Elle mérite au moins d’être posée.(...)

Lire la suite sur le site des Chiennes de Garde

Commentaire de MW :

J’ajouterai ceci : une série comme "Plus belle la vie", quotidienne et, dit France 3, très regardée, serait un lieu idéal pour faire de la pédagogie en matière de prévention des grossesses. Car, à mon humble avis, une IVG est toujours un pis-aller. Ces adolescents de télé, sur lesquels les parents ne veulent pas faire pression, est-ce qu’on leur a parlé de préservatifs, de pilule du lendemain - bref : de contraception ?

Je parie que non...

POurtant, ça aurait pu faire de très bonnes scènes. On en voit régulièrement dans les séries anglaises ou américaines... Mais en France, faut pas parler de ça.

Martin W.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé