logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche
Contraception et gynécologie >


La contraception fait-elle prendre du poids ?
par Martin Winckler
Article du 10 août 2005

Avec l’acné (dont il est souvent question dans les messages qui me sont envoyés), la prise de poids est une préoccupation récurrente chez les utilisatrices de méthodes contraceptives.

Je n’entrerai pas dans les discussions sur la symbolique de la prise de poids, les diktats de la mode, les fantasmes divers et variés dont on accuse ou culpabilise si souvent les femmes qui en parlent. Je sais, par expérience professionnelle et personnelle, que l’image qu’on a de soi n’a rien à voir avec l’image que les autres ont de nous, et que le « bon poids », ça n’est pas le chiffre qu’on nous indique sur une échelle estampillée par un médecin, c’est surtout l’aspect qui correspond, dans notre tête, à l’image que nous voudrions avoir de nous-même.

Concrètement, personne n’aime constater qu’il/elle n’entre plus dans un vêtement, qu’il n’a plus le même aspect dans la glace. Via les « canons » de la mode, mais aussi les discours « médicaux » aliénants qui culpabilisent toute personne "trop grosse" et les pseudo-critères physiques de sex-appeal selon lesquels les hommes préfèreraient les femmes à seins et fesses protubérants mais à ventre plat, les médias entretiennent le public - à commencer par les femmes de tous âges - dans un terrorisme assez révoltant.


Illustration : L’union de l’air et de l’eau, par Pierre-Paul Rubens (1618)


Il faut avoir une excellente image de soi (dans son regard propre et le regard de ses proches) pour y échapper. L’autre jour une femme de 48 ans s’inquiétait devant moi du fait qu’elle avait pris du poids avec sa contraception et n’arrivait pas à le perdre. Je lui expliquai que le type de contraception qu’elle utilise (un DIU hormonal) la maintenait dans un état hormonal proche de celui de la grossesse (c’est pour ça qu’elle est efficace, voir ci-après), et qu’elle n’aurait probablement pas grand-mal à perdre une bonne partie de ses kilos superflus quand on le lui enlèverait.

Immédiatement, elle s’est détendue, et m’a dit qu’elle était rassurée : à partir du moment où elle savait d’où ça venait, elle pouvait attendre. En l’occurrence, la tranquillité que cette femme tire d’une contraception parfaitement efficace (elle n’a PLUS JAMAIS l’inquiétude d’être enceinte), très confortable (elle n’a pas de règles et ça lui convient parfaitement) et extrêmement bien tolérée (elle oublie en permanence qu’elle a un DIU, sauf quand elle consulte un médecin, c’est à dire... tous les 2 ou 3 ans !) est bien supérieure à la gêne occasionnée ses kilos en trop.

Quand cette femme confie en souriant qu’elle est aimée par un compagnon qui la trouve belle quel que soit son gabarit, alors, évidemment, on comprend que ses kilos en trop ne pèsent pas très lourds dans la balance...


Sur le même sujet, lire Pilule, grossesse et prise de poids : une expérience personnelle


Il n’en reste pas moins vrai que beaucoup d’utilisatrices s’inquiètent, à bon droit - c’est leur corps, après tout - du poids qu’elles ont pris, qu’elles pourraient prendre, ou qu’elles redoutent de prendre, avec leur contraception.

Les questions qui me sont adressées sont donc souvent :

- Est-ce que la contraception fait ou non prendre du poids ?
- Est-ce que je prendrai du poids avec telle ou telle contraception ?
- Est-ce que le poids que j’ai pris ces derniers mois est dû à ma contraception ?

C’est à ces questions que je vais répondre simplement. Et vous allez voir, c’est aussi simple à comprendre qu’à expliquer

Pourquoi prend-on du poids ?

D’abord, il faut retenir une réalité très simple : dans les pays développés, où la grande majorité des individus mangent plus qu’à leur faim, une très grande proportion des individus prennent du poids non seulement pour atteindre leur forme et leur stature d’adulte, mais aussi au fil des années.

Un très grand nombre de femmes prennent du poids entre l’âge de la puberté (c’est à dire l’apparition de leurs règles) et l’âge de 22-25 ans.

Pourquoi ? Parce que leur corps se prépare (il est génétiquement programmé pour ça) à une éventuelle grossesse.

Comment savoir, quand on a 15 ans, si on va prendre du poids dans les 10 années à venir ? En regardant les femmes (mère, soeurs) dont on est génétiquement proche, et en les interrogeant. Si elles se sont arrondies à la même période de leur vie, il est très probable (mais pas obligatoire quand même) que ça vous arrive aussi.

Il faut également retenir que le vieillissement s’accompagne aussi, chez un très grand nombre d’individus (hommes et femmes) d’une prise de poids. Et que les grossesses successives sont elles aussi à l’origine de kilos qui, pour une part, ne sont pas reperdus ensuite. Ce n’est pas une fatalité, c’est juste une réalité liée au temps qui passe, comme l’apparition de cheveux blancs ou le vieillissement de la peau et des organes.

Enfin, la première cause de prise de poids, quel que soit l’âge, c’est l’ALIMENTATION ! ! !
Donc, examinez d’abord ce que vous mangez avant d’incriminer la contraception...

Bon, mais est-ce que la contraception fait, en elle-même, prendre du poids ?

La pilule et les contraceptions hormonales ne contiennent pas de calories, mais la réponse est cependant : oui, elles peuvent faire prendre du poids, mais pas toujours et surtout à certaines femmes, pas à d’autres.

Et ceci pour une raison très simple : toutes les méthodes hormonales (à l’exception notable du DIU hormonal Mirena, dont je parle plus loin) agissent de la même manière : l’hormone progestative qui circule dans le sang après avoir été absorbée en comprimés (toutes les pilules en contiennent) ou libérée par un implant sous-cutané se répand dans tout l’organisme.

Une petite glande du cerveau, l’hypophyse a pour fonction de déclencher, une fois par mois, la fabrication d’un ovule - la cellule féminine de la reproduction. Lorsque l’hypophyse perçoit la présence de l’hormone progestative, elle se comporte comme si la femme était enceinte. Or, pendant une grossesse, il n’y a pas d’ovulation, afin que la femme ne soit pas enceinte simultanément de plusieurs foetus d’ages différents.

Autrement dit : pour bloquer l’ovulation et empêcher une grossesse (sans ovule, les spermatozoïdes du partenaire masculin n’ont rien à féconder), la contraception hormonale fait croire au cerveau de la femme qu’elle est déjà enceinte.

Or, l’organisme d’une femme en « état de grossesse artificiel » se comporte comme si la grossesse était réelle. La plupart des femmes enceintes prennent du poids. Ce poids, c’est celui de la grossesse elle-même (le placenta, le foetus, le liquide amniotique), qui sera évidemment perdu à l’accouchement, mais aussi des graisses sous la peau (en particulier les hanches et l’abdomen) qui servent de réserve destinées à l’alimentation du bébé en gestation puis à l’allaitement.

Evidemment, des variantes individuelles interviennent. Beaucoup de femmes retrouvent leur poids initial après une grossesse. D’autres gardent entre 2 et 5 kilos. D’autres, beaucoup plus.

De même, beaucoup d’utilisatrices de pilules ou d’implant ne prennent pas de poids : on estime que la prise de poids concerne 1 femme sur 5. Autrement dit : 80 % ne prennent pas de poids avec leur contraception, ce qui est tout de même beaucoup.

Les études comparant la prise de poids entre 15 et 25 ans chez les utilisatrices de pilule ou d’implant montrent qu’elle n’est pas plus fréquente ni importante que chez les femmes qui n’utilisent pas de contraception hormonale. La prise de poids est donc un phénomène qui n’est pas lié à la contraception elle-même, mais à la prise de cette contraception par des femmes qui auraient pris du poids de toute manière, mais probablement plus lentement en l’absence de contraception.

Ma mère et mes soeurs ont toutes pris beaucoup de poids au cours de leurs grossesse ou en prenant la pilule. Est-ce que je prendrai du poids moi aussi ?

Peut-être. Mais rien n’est obligatoire. Tout dépend de l’âge auquel vous commencez. Si vous avez moins de 25 ans et prenez une pilule combinée Voir « Comment s’y retrouver parmi toutes ces pilules, vous avez 8 chances sur 10 de ne pas prendre plus que les 2 ou 3 kilos que vous auriez pris de toute manière. En général, une prise de poids induite par une contraception apparaît dès les premiers mois d’utilisation : 3 kilos en 3 mois, c’est plus problématique - et plus probablement induit par la contraception - que 3 kilos en 3 ans (qui seraient probablement arrivés là de toute manière, grâce à quelques cures de chocolat ou de gâteaux secs devant la télé).

Conséquence pratique : si vous voulez être fixée, essayez pendant trois mois. Si vous prenez du poids très vite, vous pouvez aussi très vite changer de contraception et perdre les kilos en trop. Car les graisses qui s’accumulent sous la peau sont d’autant plus difficiles à perdre qu’elles sont là depuis longtemps. Si votre poids bouge peu pendant les 3 à 6 premiers mois, il est très improbable qu’il bouge beaucoup ensuite.

Si je suis susceptible de prendre du poids, est-ce que certaines méthodes me feront prendre plus de poids que d’autres ?

Oui, probablement.
Dans l’ordre d’influence décroissante (il s’agit d’une appréciation personnelle, non d’une certitude scientifique, mais c’est ce que je dis aux femmes qui me consultent, et si des lecteurs de cet article ont une autre expérience, je les invite à la partager avec nous).

Prise de poids ++++ : les progestatifs seuls à fortes doses pris par la bouche (Lutéran, Lutényl, etc.) ou en injectables (Dépo-Provera) qui sont prescrits non seulement pour être contraceptifs, mais parfois aussi comme thérapeutique dans certaines maladies (endométriose, par exemple).

Prise de poids +++ L’implant, s’il est posé à une femme qui a déjà pris beaucoup de poids pendant une grossesse, ou en a déjà pris beaucoup sous pilule. Je le déconseille fortement dans ces situations-là. Je suis frappé par le fait, en revanche, que les femmes qui ont toujours été minces, voire en-dessous de leur poids théorique, ne prennent pas un gramme avec un implant. Pour elles, je trouve que c’est bon à savoir.

Prise de poids ++ Les pilules progestatives faiblement dosées (Microval, Cérazette)

Prise de poids + ou - (très inconstante) : Le DIU hormonal Mirena. Là, c’est tout l’un ou tout l’autre. Malgré la présence de progestatifs dans ce DIU, de très nombreuses utilisatrices ne prennent pas un gramme, car son action se limite à l’utérus, et l’hormone ne diffuse pas dans le reste de l’organisme. Chez un petit nombre d’utilisatrices, l’hormone diffuse, et peut entraîner une prise de poids. Là aussi, c’est quelque chose qui se voit dès les premiers mois d’utilisation.

Y a-t-il des méthodes qui ne font pas prendre de poids du tout ?

Oui, bien sûr : les préservatifs et surtout la plus efficace, comme il est facile de le comprendre à présent, le DIU au cuivre n’ont aucune raison de faire prendre du poids. Pour en savoir plus sur les DIU, cliquez ici. Il ne contient pas d’hormones (donc n’a pas d’effet sur le cycle, sur les règles, sur l’acné, sur le poids), et son mode d’action est exclusivement spermicide : le cuivre inactive les spermatozoïdes. Et les directives de la Haute autorité de santé sont claires, TOUTE femme peut parfaitement en utiliser un à partir de l’âge de 18 ans (âge de la majorité, rappelons-le) [1], qu’elle ait eu on non des enfants auparavant.

J’ai pris du poids avec ma pilule. Puis-je le perdre sans arrêter de la prendre ?

Peut-être. Très probablement si vous avez pris moins de 5 kilos, en augmentant votre activité physique et en restreignant les calories dans votre alimentation (sucres, graisses) - mais continuez à manger des protéines - yaourts, fromages frais, poulet sans la peau, poisson - sinon, vous ne perdrez pas un gramme.. Si vous en avez pris plus de 5 kilos, ça sera sûrement plus difficile.

J’aimerais recourir à l’implant. Comment savoir si je prendrai du poids avec ou non ?

Demandez à votre médecin de vous prescrire pendant trois mois une pilule progestative : Cérazette. Elle contient la même hormone que l’implant. Si votre poids ne bouge pas du tout, il y a de bonnes chances pour qu’il en aille de même avec un implant. Ce n’est pas garanti, mais c’est une bonne indication.

J’ai pris du poids avec la pilule que m’a prescrite mon médecin. En ira-t-il de même avec toutes les autres pilules ?

Ce n’est pas du tout obligatoire. Encore une fois, assurez-vous que la pilule y est bien pour quelque chose. Ensuite, le dosage et la nature de la pilule peuvent être en cause. Les pilules contenant les progestatifs les moins puissants (désogestrel, gestodène, norgestimate) semblent faire prendre moins de poids que les pilules plus anciennes (Minidril, Adépal, Trinordiol, Miniphase) contenant du lévonorgestrel et de la noréthistérone. Malheureusement, ces dernières sont remboursées, pas les autres...

Voilà. Je sais que cet article ne répond pas à toutes les questions sur le sujet, mais j’espère qu’il répond aux plus urgentes. Toutes les réactions, les témoignages, les expériences sont évidemment les bienvenues...

Martin Winckler


[1Et j’ajouterai : à partir du moment où 1° elle a des rapports sexuels et veut éviter une grossesse et ou 2° elle choisit cette contraception en connaissance de cause. Dans ces conditions, j’ai posé des DIU à plusieurs jeunes femmes âgées de moins de 18 ans, sans complication ni problème pour elles...

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé