logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

Contraception
- Dix idées reçues sur la contraception
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")
- J’ai arrêté ma contraception il y a quelques semaines et je ne suis toujours pas enceinte. Que se passe-t-il ?
- La légende du DIU et des anti-inflammatoires
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Diane 35 et ses génériques : le principal risque, c’est la grossesse non désirée...
- Comment s’y retrouver, parmi toutes ces pilules ?
- La pilule : Comment la prendre ? Que faire quand on l’oublie ? (version mise à jour)
- Pilule "Jasmine" : à ne pas utiliser n’importe comment !

Contraception et gynécologie >


Une consultation ne devrait pas être une agression !!! (Contraception : Questions / Réponses 42)
Article du 19 juin 2005

Les sujets abordés cette semaine :
- Une consultation ne devrait pas être une agression !
- Contraception et épilepsie
- "Oubli d’arrêt" de Lutényl
- DIU : short ou standard ?
- Quelle contraception pour éviter les maux de tête ?



- Une consultation ne devrait pas être une agression !

Je suis complètement désespérée. L’autre jour je suis allée chez un gynécologue et cela s’est plutôt mal passé.

Mon problème était le suivant : Je cherchais une contraception adaptée à ma situation (certaines pilules sont trop chères et me font baisser ma libido : climat oestrogénique, et d’autres comme Adepal me la laissent mais me font gonfler le ventre et me donnent des nausées mais cela ne fait que 1 mois que je la prends).
Je voulais donc que ce spécialiste me conseille et je tenais même à envisager un implant. (mais il me l’a refusé)
Voici ce qu’a fait ce médecin pour "m’aider" :

1. Un examen gynécologique (toucher, frottis qui m’a fait saigner 2 jours), j’en avais déjà fait un 1 an auparavant mais il n’a cherché à savoir.

2. Il m’a dit que le problème venait de moi : Pour lui, je n’accepte pas quelconque moyen de contraception car j’aurais "un désir de grossesse inconscient" (j’ai 19 ans), Il m’a dit que j’avais un risque de tomber enceinte élevé parce que je suis du genre à ne pas avoir de mec pendant 2 mois et à arrêter ma pilule et oublier de la reprendre (ça fait 3 ans que je suis avec mon ami et je prends ma pilule sans oubli)

3. Donc il voulait bien me donner Trinordiol mais j’avais lu que cette pilule triphasique n’était pas bien tolérée alors je lui ai demandé Minidril.

4. Je n’ai pas eu le temps d’en savoir plus sur les effets négatifs qu’entraînent certaines pilules chez moi car il m’a expédiée en 5 minutes chrono. J’ai payé 55€ pour 5 minutes.

5. Est ce normal qu’un gynéco que je n’ai jamais vu me tutoie et me dise "t’es mignonne" pour me dire au revoir ?

Je suis donc encore moins avancée que je ne l’étais avant.
Je suis sous
Adépal depuis 1 mois, mon ventre a gonflé et j’ai eu quelques nausées et montées de chaleur, ma libido est revenue.
Dans une semaine je dois faire un choix :
- soit continuer
Adepal et espérer que ces effets s’atténuent (j’étais sous pilule à climat oestrogénique de puis 3 ans)
- soit essayer
Minidril qui est un petit peu moins dosée et mono phasique.

Quel choix dois je faire Docteur, vous êtes encore la seule personne qui puisse m’orienter.(vous m’avez déjà parlé du DIU au cuivre mais cela ne m intéresse pas)
L.

Je suis désolé de ce qui vous est arrivé. Et en colère contre ce type, qui devrait être interdit d’exercice pour ce qu’il vous a fait subir, qui équivaut ni plus ni moins à une agression.

D’abord, il n’a pas à vous faire de la psychanalyse sauvage en "interprétant" votre comportement. Et non, il n’est pas normal qu’on tutoie une patiente en lui disant "T’es mignonne". Je trouve ça déplacé, tout comme le fait qu’il vous ait imposé un examen gynécologique (qui n’a rien d’obligatoire en l’absence de symptômes).
Je pense, comme vous, que vous devriez essayer de passer au Minidril, il est très possible que vous la tolériez mieux que l’Adepal.



- Contraception et épilepsie

Je voulais savoir si vous pouviez me donner des renseignements sur les types de contraception envisageables pour des personnes épileptiques ?
M.

L’épilepsie pose deux problèmes pratiques : d’un côté, beaucoup de jeunes femmes épileptiques font moins de crises quand on met leur cycle au repos grâce à la pilule (donc, par exemple, en leur prescrivant la pilule en continu). Mais certains médicaments anti-épileptiques "inducteurs enzymatiques" (contenant du phénobarbital, de la phénytoïne, de la primidone, de la carbamazépine, du topiramate, du vigabatrin) accélèrent l’élimination des hormones contraceptives.

Il faut donc que le médecin leur prescrive des pilules plus dosées qu’à une femme qui ne prend pas ce type de traitement. Si une femme épileptique veut prendre la pilule et utilise un antiépileptique qui ne fait pas partie des "inducteurs enzymatiques", elle peut prendre n’importe quelle pilule ou se faire poser un implant ; si elle prend un inducteur enzymatique, l’implant est déconseillé (il risque d’être inefficace), mais une solution est qu’elle prenne du Stédiril (la pilule actuelle la plus dosée) en permanence (sans arrêt du tout).

Si elle n’a pas de règles du tout (ni saignements intermittents), ça veut dire que la dose de Stédiril suffit à bloquer son ovulation malgré le traitement. (Donc, pendant quelques semaines, il vaut mieux utiliser aussi des préservatifs). Si elle présente des saignements malgré la prise ininterrompue, alors il est plus prudent qu’elle se fasse poser un DIU au cuivre (UT 380 short, si elle n’a jamais eu d’enfant), dont l’effet ne sera pas modifié du tout par la prise des anti-épileptiques.



- "Oubli d’arrêt" de Lutényl

Toutes les précédentes pilules m’ayant occasionné des douleurs dans les seins, je suis sous Lutényl depuis deux ans (20 comprimés, arrêt de 7 jours). J’ai par inattention (il faut dire que la présentation du Lutényl favorise de type d’erreur) continué quatre jours de trop les prises, cela fait maintenant 24 jours que je "mange" tous les soirs mon comprimé. Dois je arrêter pendant 7 jours ou faut il que j’arrête plus longtemps afin de réguler les effets du surdosage ? Si beaucoup d’informations sont disponibles sur les oublis, je n’ai rien trouvé sur les oublis d’arrêt...
E.

Il n’y a pas de danger particulier (donc pas de surdosage, à proprement parler) à prendre 4 jours de Lutényl en plus. Certaines patientes (qui souffrent d’endométriose, en particulier) en prennent parfois en continu (365 jours par an, ou presque). Si le Lutényl vous a été prescrit à titre de contraception, je vous conseille de ne pas l’arrêter plus de 7 jours, puisqu’au bout de 7 jours sans contraception, votre ovulation peut se produire.



- DIU : short ou standard ?

Après avoir longuement cherché un gynéco qui accepte de me poser un DIU, étant nullipare, je trouve enfin au CHU de ma ville, un médecin qui, après lui avoir brièvement raconté mes malheureuses expériences sous hormones, accepterait de me le poser, bien qu’il n’ait jamais fait ça sur une femme sans enfants. Je suis donc ravie, et j’attends le 6 juillet avec impatience (date de la pose)

Cependant : Je suis étonnée qu’il m’ait juste envoyé une ordonnance comme ça, par téléphone, sans m’avoir jamais consultée, ni même vue. Heureusement, j’ai eu le bonheur de constater qu’il avait opté pour un UT380, celui qui d’après mes recherches semble être l’un des plus fiable et performant !

Mais ! Il ne précise pas "short" sur l’ordonnance ! Pensez vous qu’il veuille me poser un DIU normal, sachant que je n’ai pas eu d’enfants ?! Pensez vous que je doive tout de même demander un "short" à la pharmacie, certainement + adapté pour mon cas ? Enfin, que faire, si au cours de la consultation, il s’avère que mon utérus est assez grand pour une femme nullipare, et qu’un UT380 ’normal’ aurait été + adapté ? Pensez vous que la pose d’un "normal" sur une femme sans enfants ne risque pas d’augmenter le risque d’expulsions ou tout autre chose ?

C’est pour ça que je trouve ça vraiment étonnant qu’il me prescrive un DIU par téléphone, sans savoir au bout du compte si il est réellement adapté !
UT380 ? UT380 short ? Que faire ?! Je vais tenter de le joindre dès lundi, mais souhaiterais avoir un avis extérieur ...
I.

Personnellement, je pose spontanément des UT 380 "short" parce que la longueur du DIU n’a pas d’importance dans son efficacité - c’est la surface de cuivre qui en a et elle est la même sur les "short" et les "standard". Le plus souvent, on peut aussi poser un "standard", ça n’est donc pas une erreur de vous l’avoir prescrit. Appelez-le et demandez lui la permission de rajouter "short" sur l’ordonnance. Pour lui ça ne fera pas de différence (ils se posent de la même manière). Pour vous, ça sera plus rassurant (plus le DIU est petit, moins le risque d’expulsion est grand).



- Quelle contraception pour éviter les maux de tête ?

Je me suis rendu compte pendant ma grossesse que je n’avais plus de maux de tête (ou si peu). Après ma grossesse j’ai donc opté pour un anneau, mais le résultat est le même.
Je pense donc au stérilet. Que me conseillez-vous ?
E.

En fait, tout dépend de la manière dont les maux de tête surviennent. S’agit-il de migraines vraies (mal de tête d’un côté, troubles visuels, nausées, envie de se coucher dans le noir) ? En souffrez-vous depuis longtemps ?

Si ce sont des migraines vraies, et si elles surviennent au moment des règles ou juste avant, la méthode la plus efficace consiste à utiliser une contraception qui met l’ovaire au repos et endort le cycle : pilule en continu, implant contraceptif ou, parfois, DIU Mirena. Ou alors vous pouvez essayer de porter votre anneau en permanence. Vous n’aurez pas de règles, et pas de maux de tête non plus.

Si les maux de tête surviennent pendant le cycle (bien avant les règles), alors les oestrogènes sont peut-être responsables, et tout ce qui en contient (pilule combinée, patch, anneau) les provoquera et il faut les éviter ; en revanche, l’implant, le DIU Mirena, les DIU au cuivre et les pilules progestatives (Microval, Cérazette) n’auront pas d’effet aggravant sur vos migraines et constituent des contraceptions possibles.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé