logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

Contraception
- Dix idées reçues sur la contraception
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")
- J’ai arrêté ma contraception il y a quelques semaines et je ne suis toujours pas enceinte. Que se passe-t-il ?
- La légende du DIU et des anti-inflammatoires
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Diane 35 et ses génériques : le principal risque, c’est la grossesse non désirée...
- Comment s’y retrouver, parmi toutes ces pilules ?
- La pilule : Comment la prendre ? Que faire quand on l’oublie ? (version mise à jour)
- Pilule "Jasmine" : à ne pas utiliser n’importe comment !

Prévention
- Pour prendre la pilule, examen gynécologique, examen des seins et prise de sang ne sont pas nécessaires...
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- Contraception : Questions / Réponses 45
- Certains gynécologues français s’efforcent de réhabiliter les DIU
- Les règles : est-il "dangereux" de ne pas en avoir ? (Contraception : Questions/réponses 44)
- Cérazette et allaitement (Contraception : Questions / Réponses 41)
- Pilule et allaitement (Contraception : Questions / Réponses 40)
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Contraception : Questions / Réponses n° 36
- "Les inventeurs de maladies" -manoeuvres et manipulations de l’industrie pharmaceutique

Contraception et gynécologie >


Contraception : Questions / Réponses 35
Article du 24 avril 2005

Les sujets abordés cette semaine :
- Trinordiol et Daily Gé : pareil ou pas pareil ?
- DIU et hypertension
- Effets secondaires de l’Implanon
- DIU au cuivre ou Mirena ?
- IVG par Mifégyne et tabac



- Trinordiol et Daily Gé : pareil ou pas pareil ?

J’ai 27 ans, je suis depuis 7 ans sous Trinordiol (prescrite par mon généraliste), sans problème particulier. Depuis février je suis passée à Daily Gé. Ce dernier a beau être le générique de Trinordiol, je ressens des effets secondaires très nouveaux :
- gonflement, en particulier du ventre et des seins
- les deux premiers mois de prise, spotting, un peu comme si j’avais totalement changé de pilule !
- quelques boutons. Peu, certes, et je n’ai jamais eu de problèmes d’acné, et tout au plus 2/3 petits boutons avant mes règles...
- Le début et la fin de mes règles traînent en longueur ! Davantage qu’avec
Trinordiol !

Me ferais-je des idées ? Il s’agit bien pourtant du générique, donc, si j’ai bien compris, du même médicament...
Mon autre question concerne un problème d’irritation avec pertes blanches plus abondantes qui m’embête. Je pense pour cela aller voir un gynécologue, mais vous allez rire...A 27 ans (je le rappelle !), je n’en ai jamais vu ! D’où une certaine angoisse, non pas de l’examen à proprement parler, mais de me faire taper sur les doigts...Suis-je une inconsciente ? Une mauvaise patiente ? Ou juste quelqu’un qui ne s’en fait pas assez pour sa santé ?
I.

On voit des effets secondaires avec les génériques des pilules. Les hormones sont les mêmes, mais l’excipient (les substances dans lesquelles elles sont enfermées dans le comprimé) peuvent ne pas l’être, l’absorption peut s’en trouver modifiée, et les effets peuvent être différents. Ce n’est pas un effet de votre imagination (les utilisatrices de génériques de Diane et de Minidril le disent aussi parfois). Quand bien même ce serait ce qu’on appelle un effet "nocebo" (l’inverse d’un effet placebo : un effet négatif qui n’est pas lié au médicament lui-même mais au cerveau de celui qui l’absorbe), ce serait une raison suffisante pour revenir à votre pilule initiale - il suffit que le médecin le précise sur l’ordonnance.

Les pertes blanches peuvent être soit dues à la pilule elle-même (qui augmente les sécrétions du col de l’utérus), soit à une infection locale. Si elles deviennent colorées (brunes, vertes, jaunes) et/ou s’accompagnent d’une irritation ou d’une sensibilité désagréable et inhabituelle pendant les rapports sexuels, ça mérite une consultation. Sinon, vous n’avez pas besoin de médecin, surtout si elles sont épisodiques (à certains moments de la plaquette et pas à d’autres).

Vous n’avez pas besoin d’aller voir un gynécologue pour ça : le/la généraliste qui vous a prescrit votre pilule doit en principe être capable de vous examiner et de vous soigner s’il y a quelque chose. Quand j’étais généraliste de campagne, beaucoup de patientes n’avaient jamais vu de gynéco de leur vie, ce qui ne les empêchait pas d’aller très bien. Quand elles ont commencé à venir me voir, c’est moi qui les ai suivies. Le suivi gynécologique courant (contraception, examen des seins, frottis, et même le suivi de grossesse) peut parfaitement être assuré par un(e) généraliste motivé(e), car ça ne demande pas d’avoir fait polytechnique... mais seulement de se servir de ses oreilles (pour écouter la patiente) de ses yeux (pour la regarder), et de ses mains (pour l’examiner, doucement, avec un spéculum et des gants...)



- DIU et hypertension

J’ai 3 enfants (9,7 et 5 ans) et arrivée à la quarantaine, je commence à avoir des problèmes de tension. J’ai toujours été à 12/6 et après plusieurs mesures à 14/10, mon médecin m’a conseillé d’arrêter la pilule (Cycléane). La prise de la pilule ne m’a jamais causé de problème et je l’ai toujours bien supportée sans effet secondaire. Sous les conseils de mon médecin, j’ai parlé du DIU Mirena à mon gynécologue qui m’a proposé de le poser quelques jours après mes règles.
Malheureusement, le matin du rendez-vous, j’ai oublié de prendre les Spasfon qu’elle m’avait prescrit (à prendre une heure avant l’intervention). L’intervention s’est très mal passée. Après plusieurs minutes de bataille (je ne voyais rien, mais je l’ai senti), et plusieurs réflexions du type "si vous aviez pris les Spasfon ce serait plus facile", elle a conclu par "votre col est trop étroit, il ne passe pas". Dans la foulée, elle m’a proposé un stérilet "classique" qu’elle a posé en 30 secondes et cette fois je n’ai rien ressenti du tout.

Fortement perturbée par cette intervention, et dans le feu de l’action, je n’ai pas eu la présence d’esprit de refuser une solution de rechange précipitée. Il a d’ailleurs fallu que je rappelle le secrétariat plusieurs jours après pour savoir qu’elle m’avait posé un Nova T.
Cette débâcle a maintenant des conséquences sur ma vie de couple, car si mon mari était réticent à la pose d’un stérilet (peur pour ma santé et sentiment qu’un corps étranger s’immisce entre nous), il avait (je le pensais en tout cas) admis une solution qui présente des avantages quant à la réduction en nombre et en durée de mes règles et qu’il voyait comme un confort pour moi.

Malheureusement, il a très mal accepté la débâcle de l’intervention et le fait que j’accepte de me faire poser "une technologie des années 60" sans délai de réflexion préalable. J’ai pu constater que cette solution de stérilet le perturbait énormément, bien plus que ce que j’aurais pu imaginer. Notre couple vit une crise profonde qui pourrait très très mal se finir si je ne me fais pas enlever ce stérilet.

Quelques réflexions me viennent après mes mésaventures.
- Dans tous les témoignages que j’ai lus depuis sur Internet, aucune femme ne parle du problème de pose du
Mirena.
- Quel est le réel sentiment des hommes vis à vis du stérilet et surtout comment perçoivent-ils leur femme après " l’intrusion d’un corps étranger dans un sanctuaire qui n’appartenait qu’au couple et qui avait fait nos enfants " ?
Mesdames avant de prendre la décision de poser un stérilet, assurez-vous clairement de l’adhésion de votre mari à ce projet et ne vous contentez pas des "non dits" qui finissent par s’installer après 20 ans de vie commune.
Croyez mon expérience, le résultat peut-être dévastateur !

En bref pouvez-vous m’aider à trouver une solution qui me permettra de concilier tension et contraception lorsque j’aurai fait enlever le DIU ?
A.

-  L’hypertension et le choix du DIU :

Je comprends qu’on ait proposé de vous faire arrêter votre pilule (effectivement, la tension est une contre-indication), mais je comprends beaucoup moins bien qu’on ait eu du mal à vous poser un Mirena. C’est parfois délicat chez une femme qui n’a pas eu d’enfant (mais pas toujours), mais pour une femme qui a eu trois enfants, la seule explication que je voie c’est... qu’elle n’a pas su le poser correctement (et je ne vois pas pourquoi, alors que le Nova T a EXACTEMENT LA MEME FORME. Le fait que vous ayez pris du Spasfon ou non n’a rien à voir avec ça. A une mère de trois enfants on peut en général poser un DIU... sans qu’elle le sente. (Ou alors, elle a commis une faute d’asepsie - de manipulation - en essayant de poser le Mirena et ne pouvait plus l’utiliser...)

En toute bonne logique... vous devriez changer de gynéco et demander de nouveau la pose d’un Mirena (qui effectivement réduira vos règles). Si vous me dites où vous vivez, je peux peut-être vous donner des adresses pas trop loin de chez vous.

-  Les hommes  :

La plupart des compagnons d’utilisatrices de DIU (et de Mirena en particulier) sont aussi heureux qu’elles... à condition que tous deux se sentent en sécurité et que des explications claires leur aient été données. Si votre mari a peur que vous soyiez enceinte, il ne peut pas être en sécurité (pas plus que vous). Dans mon expérience, les hommes à qui on explique de quoi il s’agit en même temps qu’à leur compagne vivent très bien le DIU. Mais si la gynéco ne vous a pas donné d’informations, il n’en a pas eu non plus.

Si vous pensez que ça peut le rassurer, faites lire à votre mari ce que j’écris sur les DIU sur mon site, et au besoin, transmettez moi ses questions. Je ferai tout mon possible pour lever ses inquiétudes.

-  Les autres options  :

Si vous désirez faire enlever le DIU et passer à autre chose, l’implant contraceptif est parfaitement compatible avec une hypertension (il n’agit pas sur elle et ne vous empêchera pas de vous faire soigner). Si vous avez plus de 35 ans (ce qui est probable, d’après ce que vous me dites), il est très probable, en outre, qu’il réduira vos règles au minimum et aura sur vous les mêmes effets bénéfiques que le Mirena. Une seule réserve : si vous avez pris beaucoup de poids pendant vos grossesses, méfiez vous de ça, surtout pendant les premiers mois, et faites très attention à ce que vous mangez.



- Effets secondaires de l’Implanon

Le docteur D. m’a conseillé d’aller voir le Docteur J., que je connaissais déjà pour avoir été suivie par elle avant la naissance de mes enfants. Je pensais qu’elle n’exerçait plus car elle n’apparaissait plus dans les pages jaunes, en fait elle est désormais rattachée à l’hôpital J.D. C’est quelqu’un qui a une bonne écoute, elle a senti que je n’étais pas encore prête pour le DIU suite à mon expérience précédente et d’après elle, ma petite libido est plus due à la fatigue (ça c’est sûr) et à l’angoisse d’une nouvelle grossesse (ça aussi c’est sûr) qu’aux hormones (ça, c’est ce qu’on va voir).

Bref, elle m’a posé un Implanon. J’ai lu tout ce qui figure sur votre site à ce sujet, mais j’ai également eu le malheur de lire des témoignages sur aufeminin.com, rubrique contraception, qui m’ont plutôt angoissée alors que votre avis était quant à lui très positif.
Pourriez-vous donc m’indiquer si l’
Implanon :


- va me faire prendre du poids (je me suis donné du mal pour en perdre suite à mes deux grossesses et je vivrais vraiment trèèès très mal le fait d’en reprendre maintenant)

L’implant ne fait pas prendre de poids à lui seul (il ne contient pas de calories), mais il reproduit l’état hormonal de la grossesse, il faut donc faire attention à ce que vous mangez, pendant les 6 premiers mois. Une fois ces six mois passés, la quantité d’hormone circulante est beaucoup plus faible, et le risque d’une prise de poids est bien moins grand. Donc, mangez des légumes et des fruits et du poulet sans la peau (beaucoup de poulet : vous avez besoin de protéines, sinon vous ne perdrez pas de poids), mais pas de chocolat...


- peut provoquer des règles abondantes au point d’entraîner une anémie, et très douloureuses par-dessus le marché

En général, non, plutôt, surtout les premiers mois également, un "spotting" - de petits saignements répétés (15% des femmes). Mais 60 % des femmes ont plutôt moins de règles, et 25 % n’en ont pas du tout... Mais ce sont celles qui ont des saignements répétés qui écrivent.


- peut être dangereux pour la santé et/ou pour la fécondité (j’ai lu des horreurs à ce sujet mais je commence à savoir que certaines filles qui participent à ces forums ne sont pas très fiables, pour rester courtoise).

Je ne reverrai le docteur J. que dans deux mois et je suppose que si elle m’a proposé cette méthode c’est qu’elle y est favorable. Mais vous avez toute ma confiance et je vous serai infiniment reconnaissante si vous pouvez répondre à ces interrogations.
C.

Là, la réponse est "non, non et non". L’implant n’est pas plus problématique pour la santé et la fécondité que ne l’est... la grossesse. Hormonalement, vous serez "enceinte (à minima) sans bébé". Donc, sans tous les inconvénients de la grossesse. Et en particulier sans les risques vasculaires (puisque l’implant ne contient pas d’oestrogènes, qui eux sont problématiques). Et je ne connais pas de contraception qui rende stérile - sauf bien sûr la vasectomie et la ligature des trompes, mais ce ne sont pas des contraceptions, ce sont des méthodes de stérilisation. Quand une femme a des problèmes de fertilité après contraception, c’est parce qu’elle en avait avant, mais la contraception l’a masquée (quand on prend une contraception, on ne s’étonne pas de ne pas être enceinte, mais lorsqu’on l’arrête, si on n’est pas enceinte, on accuse la contraception)...



- DIU au cuivre ou Mirena ?

Je voudrais savoir si un stérilet en cuivre est aussi efficace que le stérilet Mirena (hormonal). Pour moi, qui ne tolérais pas la pilule, ne serait-il pas le plus approprié ? Avec Mirena, j’ai pris beaucoup de poids et je trouve que depuis que je le porte, je suis très nerveuse voire agressive. Peut-on prendre des anti-inflammatoires avec un stérilet au cuivre ? Car étant amenée à prendre des anti-inflammatoires dus à une spondylarthrite assez régulièrement, sans m’avoir expliqué la fonction des 2 possiblités de choix, mon gynéco m’a d’emblée prescrit un Mirena, me disant qu’il était mieux si je devais prendre ces médicaments.

Qu’en pensez-vous ? Je me demande vraiment si je n’aurais pas choisi le stérilet en cuivre s’il m’avait expliqué de quel manière chacun fonctionnait. En tout cas, je connais quelqu’un à qui il a prescrit NovaT 200.
T.

A priori, la fréquence des grossesses avec le DIU au cuivre de référence (TT 380) est de 0,5 % (1 grossesse pour 100 femmes et 2 ans d’utilisation) ; avec le Mirena, 0,2 ou 0,3 %. Théoriquement, le Mirena fait mieux. Mais en pratique, il y a très peu de grossesses avec les DIU au cuivre. Il arrive que les femmes portant un Mirena prennent du poids, ou ne le tolèrent pas pour d’autres raisons. Un DIU au cuivre est souvent mieux toléré.

On peut parfaitement prendre des anti-inflammatoires avec un DIU. Cette interdiction est une légende, née en France et qui ne correspond à aucune observation scientifique. Dans les pays anglo-saxons, depuis toujours, lorsque les utilisatrices ont des règles longues avec un DIU au cuivre, on leur donne des anti-inflammatoires pour diminuer la durée des règles. Et ça ne provoque pas de grossesse.
Si vous changez de DIU :
- demandez qu’il vous prescrive un TT380 (s’il proteste, dites que c’est vous qui le portez, pas lui, et faites-lui lire le document de l’IPPF à télécharger sur la page ci-dessous). Et n’acceptez surtout pas un Nova T !!!

http://www.martinwinckler.com/article.php3?id_article=164


- demandez qu’il procède à la substitution au cours de la même consultation. Il n’a aucune raison de vous faire venir une fois pour enlever le Mirena, une autre pour vous remettre le DIU au cuivre.


- la substitution peut se faire n’importe quand au cours du cycle. Donc, peu importe que vous ayez des règles ou non auxquelles vous repérer.



- IVG par Mifégyne et tabac

Nous sommes le 22 avril ; je vais avorter par pilule le lundi 02 mai (Mifégyne) et le mercredi 4 mai (suite du protocole). Je suis une grosse fumeuse (20 cigarettes environ par jour). Le médecin m’a dit d’un ton péremptoire que je devrai arrêter de fumer totalement pendant quatre jours. (du jour avant la Mifégyne jusqu’a celui après la fin de l’avortement), sous peine d’encourir de très graves risques. il ne s’est même pas inquiété de savoir si cela serait dur pour moi, il riait avec son assistant "allez cela vous fera du bien".

Je vous passe les détails. Il m’a fait signer un papier comme quoi il m’avait prévenue des risques encourus, ce papier ne mentionnait pas le tabac. Je me pose donc des questions quant au sérieux de cette indication. Avorter n’est déjà pas une chose facile, surtout que je fais cela seule, sans prévenir famille ni amis ; je pense avoir extrêmement de mal à arrêter de fumer comme ça du jour au lendemain surtout à ce moment là.

Est ce que je cours réellement des risques énormes, diminuer fortement ma consommation ne suffirait il pas ?
P.S. j’ai déjà un petit garçon, j’ai accouché volontairement à domicile et ça me fait donc du bien d’entendre un autre son de cloche parmi les médecins...
L.

Comme vous le lirez sur cette page d’un site suisse,
http://www.svss-uspda.ch/fr/facts/mifegyne.htm
la Mifégyne est "déconseillée aux grandes fumeuses de plus de 35 ans".

Donc, de deux choses l’une :

Si vous avez plus de 35 ans (ou plus de 15 ans de tabac derrière vous), je vous déconseille vivement cette méthode, dont les accidents sont rares, mais plus fréquents dans cette situation précise - alors, inutile de grossir les statistiques. Si danger il y a, c’est du tout ou rien : vos vaisseaux sanguins sont déjà abîmés ou ne le sont pas. Arrêter de fumer brusquement quelques jours n’y changera rien.

Une IVG est toujours pénible moralement. Mais, pour avoir pratiqué des centaines d’IVG par aspiration, je peux vous dire que lorsqu’on a affaire à une équipe bienveillante, ça se passe aussi bien que possible - plus rapidement et de manière moins solitaire qu’avec la Mifégyne. Et souvent, aussi, de manière moins douloureuse.

Si vous avez moins de 30-35 ans et moins de 15 ans de tabac derrière vous, le risque d’un incident est très faible (et le plus souvent, il est dû aux prostaglandines, les autres médicaments donnés aux femmes, et non à la Mifégyne elle-même). Si je m’occupais de vous je vous demanderais d’abord s’il y a des antécédents vasculaires dans votre famille (infarctus ou phlébite chez vos parents ou vous frères et soeurs avant 40 ans). Si vous n’avez rien de tout ça, je pense qu’effectivement, diminuer votre consommation de tabac pendant les jours qui précèdent la prise de Mifégyne et les 4 ou 5 jours qui suivent suffira probablement (et ça sera plus facile si vous commencez à réduire progressivement depuis aujourd’hui, une de moins par jour, par exemple).

Je sais que beaucoup de grands fumeurs ont besoin de quelques cigarettes bien précises, à certains moments de la journée, et peuvent souvent se passer des autres. De plus, il n’est pas souhaitable que vous vous mettiez en sevrage brutal (ça vous fera plus de mal que de bien). En revanche, diminuer l’apport de nicotine quelques jours ne pourra pas vous faire de mal, ne serait-ce que parce que lorsque vous fumez, vous remplissez votre estomac (de liquide gastrique) même si vous êtes à jeun ; or, la Mifégyne et les prostaglandines (et la grossesse) peuvent donner des nausées...

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé