logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

Contraception
- Dix idées reçues sur la contraception
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")
- J’ai arrêté ma contraception il y a quelques semaines et je ne suis toujours pas enceinte. Que se passe-t-il ?
- La légende du DIU et des anti-inflammatoires
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Diane 35 et ses génériques : le principal risque, c’est la grossesse non désirée...
- Comment s’y retrouver, parmi toutes ces pilules ?
- La pilule : Comment la prendre ? Que faire quand on l’oublie ? (version mise à jour)
- Pilule "Jasmine" : à ne pas utiliser n’importe comment !

Prévention
- Pour prendre la pilule, examen gynécologique, examen des seins et prise de sang ne sont pas nécessaires...
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- Contraception : Questions / Réponses 45
- Certains gynécologues français s’efforcent de réhabiliter les DIU
- Les règles : est-il "dangereux" de ne pas en avoir ? (Contraception : Questions/réponses 44)
- Cérazette et allaitement (Contraception : Questions / Réponses 41)
- Pilule et allaitement (Contraception : Questions / Réponses 40)
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Contraception : Questions / Réponses n° 36
- "Les inventeurs de maladies" -manoeuvres et manipulations de l’industrie pharmaceutique

Contraception et gynécologie >


Contraception : Questions / Réponses 34
Article du 17 avril 2005

Les sujets abordés cette semaine :
- Préservatif - Même pendant les règles ?
- Androcur + Diane 35
- Sertalia juste après une grossesse
- Pas d’Holgyème pour les ados...
- Allaitement, DIU, implant



- Préservatif - Même pendant les règles ?

J’ai cherché parmi vos questions réponses, mais je n’ai pas encore trouvé.
Je voudrais une réponse claire, définitive et que je donnerai à mon mari concernant les rapports sexuels pendant les règles. Cela ne m’a jamais posé de problème, là n’est pas la question pour moi.
Nous utilisons depuis la naissance de notre deuxième enfant commun, et dernier pour notre couple, le préservatif en tant qu’unique contraception. Ras-le-bol de la pilule de ma part. Nous avons 43 ans tous les deux, et il refuse la vasectomie.

Je voudrais donc savoir si mon mari peut réellement, tel qu’il le prétend, se passer de préservatif pendant mes règles. Il tient pour acquis que je ne risque pas de me retrouver enceinte dans ces cas-là.
Qu’en est-il vraiment ? Est-ce une légende ? Pour ma part, j’ai lu et entendu le contraire, mais je ne retrouve ça écrit noir sur blanc nulle part...
N.

La réponse est simple : en général, la période des règles n’est pas très propice à la conception (les règles rendent le vagin et l’utérus inhabitables aux spermatozoïdes) MAIS on a vu des grossesses chez des femmes qui avaient l’habitude de se passer de préservatifs pendant les règles. Donc, quand on veut être tranquille, il faut utiliser des préservatifs TOUT LE TEMPS. Et le fait que vous avez 43 ans n’est nullement une sécurité (la fécondité d’une femme de 43 ans est encore très importante...)

Mais si vous voulez vous passer de préservatifs, pourquoi ne recourez-vous pas à un DIU (au cuivre, ou hormonal), très,très efficace, et qui vous fera faire des économies, 27 Euros pour 10 ans d’efficacité pour un DIU au cuivre (si vous vous faites poser un TT 380 cette année, vous pouvez ne le faire enlever qu’après cinquante ans... une fois la ménopause installée) ; c’est beaucoup moins cher, plus confortable et plus sûr que des préservatifs en permanence.



- Androcur + Diane 35

Je prends Androcur associé à Diane 35 depuis plusieurs années (5-6 ans) à raison de 1/2 comprimés par jour pendant les 8 premiers jours du cycle. Ce traitement m’avait été prescrit à cause de mon acné et de problèmes de cheveux gras.
Maintenant, j’entends beaucoup de choses qui me font très peur en ce qui concerne d’éventuels problèmes de fertilité à l’avenir. Je commence donc à m’angoisser à l’idée que ce traitement puisse rendre les femmes stériles. Pourriez vous s’il vous plait me renseigner ?
Je crois que je vais arrêter ce traitement rapidement mais j’aimerais avoir une réponse sur ce sujet.
H.

Il n’y a aucune raison que ce traitement vous rende stérile, et voici pourquoi : il est destiné à lutter contre les effets des androgènes (hormones mâles) que vous fabriquez (comme toutes les femmes) mais qui ont sur vous des effets négatifs (acné et cheveux gras). Cela étant, les femmes qui ont ce type de problèmes ont souvent, spontanément, avant toute prise de pilule, des cycles irréguliers ou longs. Quand vous allez arrêter votre traitement, votre cycle recommencera comme avant.

Si votre cycle naturel est long - 35 ou 40 jours entre deux périodes de règles, cela signifie que vous ovulez moins souvent qu’une femme qui a des règles tous les 28 jours. Alors, il vous faudra peut-être attendre un peu plus longtemps pour être enceinte quand vous le désirerez (mais ça peut aussi marcher le premier mois !!!). Votre fertilité personnelle est fixée à la naissance, et un traitement contraceptif ou anti-androgénique ne peut pas l’altérer. Les stérilités médicamenteuses surviennent essentiellement lorsque les femmes subissent des traitements agressifs comme une chimiothérapie ou une radiothérapie anticancéreuse. Et vous n’êtes évidemment pas dans ce cas.



- Sertalia juste après une grossesse

J’ai accouché de mon premier bébé le 1 février 2005 (2,840kg) Et mon gynéco m’a posé un Sertalia le 22/03/2005. N’était-ce pas trop tôt pour me le poser et le Sertalia est-il vraiment fiable pour moi, ayant eu déjà un bébé ?
Car quand je lis tous les forums à ce sujet, cela me fait peur car on dit que ce stérilet ne convient qu’aux femmes nullipares et qu’il y a un risque d’expulsion dans le cas où l’on a eu un bébé.

D’ailleurs mon gynéco m’a dit de ne retourner le voir que dans 1 an alors que je vois partout qu’il faut le faire vérifier après le premier cycle et 6 mois après.
Et aussi, faut-il vérifier les fils régulièrement car cela m’angoisse d’avance de ne pas les sentir et d’embêter mon médecin à chaque fois.
Je vous pose toutes ces questions car étant une angoissée de nature, depuis que j’ai mon Sertalia et après avoir lu beaucoup de critiques je n’ose pas avoir de rapports sexuels de peur de retomber enceinte.
K.

Je vais essayer de répondre aussi précisément que possible.
- il n’était pas trop tôt pour vous poser un DIU : on peut le faire 4 semaines après un accouchement.
- le risque d’expulsion avec un Sertalia est plus important surtout chez les femmes qui n’ont pas d’enfant (dont l’utérus est petit).
- Même si ce n’est pas le DIU le plus efficace, il fait partie des plus efficaces (le moins efficace est le Nova T). Les deux DIU de référence sont le TT 380 (au cuivre) et le Mirena (hormonal). Il n’est pas scandaleux de vous avoir posé un Sertalia, surtout si vous avez l’intention d’avoir un autre bébé dans les deux ou trois années qui viennent. Si vous désirez une contraception fiable de plus longue durée (plus de 3 ans), optez pour un des deux DIU de référence. Mais ça peut attendre l’an prochain. Rappelez-vous : vous êtes BEAUCOUP mieux protégée d’une grossesse que si vous n’aviez pas de contraception du tout !!!
- si vous n’avez aucun symptôme, il n’est pas nécessaire de retourner voir votre gynéco dans un mois. Je dis aux femmes à qui je viens de poser un DIU que si elles l’oublient (pas de douleurs, pas de saignement inhabituel) elles peuvent oublier aussi le médecin

- si vous n’avez pas envie de vérifier les fils, ne le faites pas (je ne le conseille pas, personnellement, je dis aux femmes de le faire si elles veulent, mais pas obligatoirement) ; si cela vous rassure, faites le une fois les règles terminées (quand un DIU est expulsé, le plus souvent, c’est pendant les règles)



- Pas d’Holgyème pour les ados...

Ma fille, âgée de 14 ans, prend la pilule depuis un mois. Sa gynécologue lui a prescrit Holgyème.
Mon médecin de famille m’a fait remarquer que l’indication thérapeutique indiquée dans la notice de ce produit est le "traitement de l’acné chez la femme". Il n’y a pas d’indication qu’il s’agit d’un contraceptif oral hormis dans la rubrique ’Mise en garde’ qui précise que "ce médicament inhibe l’ovulation et a donc un effet contraceptif". Or, dans d’autres pilules, l’indication thérapeutique principale est clairement indiquée comme contraceptif oral.
Selon mon médecin le laboratoire qui fabrique ce médicament n’aurait pas obtenu l’autorisation de le diffuser comme un contraceptif.

Ma question est de savoir si Holgyème est efficace comme contraceptif et pourquoi, si officiellement, ce n’est pas un contraceptif, est-il prescrit comme tel ? En effet, mon médecin me faisait remarquer qu’en cas de grossesse il ne serait pas possible de se retourner contre le laboratoire car Holgyème est avant tout un traitement contre l’acné.
Selon vous, une autre (vraie) pilule faiblement dosée est-elle préférable ? Si oui, laquelle ?
M.

En fait, votre médecin a raison : Holgyème, c’est une copie générique de Diane 35 (ses autres génériques : Lumalia, Minerva35, Evepar ) dont vous trouverez les avertissements ci-dessous :

http://martinwinckler.com/article.php3?id_article=35

En fait, l’effet contraceptif de Diane n’a jamais été mesuré... Donc, on ne sait pas si elle est aussi efficace qu’une pilule. Et même si elle a un effet contraceptif, la prescription comme première pilule à une adolescente est abusive et dangereuse.

Si votre fille veut prendre une contraception qui soit aussi active contre l’acné, il vaut mieux qu’elle prenne une pilule "oestrogénique", comme Cilest ou Varnoline, par exemple. Mais je suis sûr que votre généraliste est, sur ce point, au moins aussi compétent (voire plus) que votre gynéco. D’ailleurs, il vous a donné une information que le gynéco ne vous avait pas donnée... Donc, posez-lui la question. Il a sûrement les mêmes (bonnes) sources que moi.



- Allaitement, DIU, implant

Après avoir accouché de mon 1er enfant (j’avais alors 27 ans), j’ai pris Microval . J’allaitais. J’ai allaité 1 an. 1 an de Microval, 1 an sans règle, 1 an sans migraine (je souffre de migraine avec aura sous pilule combinée), et une perte de poids appréciable. Après le sevrage, je pensais continuer cette pilule qui me convenait sous bien des aspects. Mais après 15 mois de Microval, j’ai eu de terribles maux de ventre, et on m’a découvert un kyste de 6 cm sur un ovaire. J’ai du reprendre une pilule combinée, en l’occurence Cycléane 30, pour m’en débarasser, et au bout de quelques cycles, les migraines sont réapparues (malgré le passage à Cycléane 20). Mais mon gynéco n’a jamais voulu incriminer fermement la pilule...

J’ai arrêté la pilule définitivement et j’ai opté pour la méthode Ogino... cela a donné, sans trop de mal ... un 2ème enfant ;-) Au passage, je précise que c’est bien la pilule combinée qui me donnait ces migraines, puisque les migraines ont disparues pendant les 6 mois de méthode Ogino...

A 30 ans, je viens donc d’accoucher. Je m’étais promis de ne plus avaler d’hormones pour les raisons évoquées plus haut et aussi par méfiance vis à vis des effets long termes assez méconnus de ces petites pilules magiques. Entre temps, j’ai lu votre livre, et je me suis décidée pour un DIU.

Mais voilà, lors de la visite chez le gynéco, ce dernier m’a avancé à peu près tous les arguments anti-DIU que vous démontez dans votre livre (attendre que l’utérus ai repris la taille normale, attendre le retour de couche - ce qui peut prendre du temps vu que j’allaite et que je compte allaiter au moins 1 an- risque de grossesse extra-utérine à prendre en compte si je veux un 3ème enfant, baisse de l’efficacité du DIU en cas de prise d’anti-inflammatoires...) ... Il m’a prescrit la Cérazette, au moins jusqu’au 4 mois de l’enfant.

Alors, j’hésite :
1/ Je suis un peu effrayée à l’idée de me faire poser un DIU, par un gynéco qui connaît aussi mal ce dispositif. Va-t-il avoir les compétences pour le poser correctement ...? Vaut-il mieux que j’aille dans un centre de planification le faire poser par un docteur que je ne connais pas...?
D.

Il n’est certainement pas souhaitable de vous faire poser un DIU par un médecin à qui vous ne faites pas confiance. Vous risquez d’être tendue, lui aussi. Il vaut mieux le demander à quelqu’un d’autre. Le risque de GEU n’existe pas chez les femmes qui n’ont pas d’antécédents de GEU ou d’infection des trompes, si vous n’en avez pas, ce gynéco vous dit des bêtises, et c’est bien dommage. Le DIU n’augmente pas le risque de GEU. Au contraire, il diminue la fréquence des GEU puisqu’avec un DIU, une femme... n’est pas enceinte. Et la pose du DIU peut être faite dès 6 semaines après l’accouchement, que vous allaitiez ou non. (D’autant que l’allaitement n’est pas totalement protecteur à lui seul).

2/ Vous expliquez sur votre site que la Cérazette bloque l’ovulation. Y a-t-il alors moins de risque que je fasse un kyste fonctionnel avec cette pilule que sous Microval ? Et en cas de kyste, existe-t-il une autre solution pour s’en débarrasser que de repasser sous pilule combinée ?

Oui, il y a moins de risque, effectivement. Toutes les méthodes qui bloquent l’ovulation diminuent la probabilité d’un kyste fonctionnel. Le DIU, en revanche, n’y change rien. Mais on peut faire 1 kyste fonctionnel et ne jamais en refaire d’autre !!! Et les kystes fonctionnels sont plus fréquents sous Microval et progestatifs à faible dose que sous DIU.

3/ Mon docteur ne m’a pas proposé l’Implanon... Est-il contre-indiqué pendant l’allaitement ?

Il n’est pas contre-indiqué à proprement parler (il contient un progestatif identique à Cérazette) mais le laboratoire n’a pas l’autorisation de mentionner la femme qui allaite sur sa notice. Si un médecin vous le proposait, il le ferait "hors AMM", c’est à dire hors des autorisations légales. Ca ne le rend pas dangereux pour autant.

En l’occurrence, je pense parfaitement légitime d’opter pour un DIU, ne serait-ce qu’à l’essai. Vous pourrez toujours revenir à une autre contraception si le DIU ne vous convient pas.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé