logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


L’éthique dans les séries télé : une émission radio hebdomadaire en ligne sur Radio Créum
Radio et télévision > Télévision : la censure dans tous ses états >


France 2 : la censure et l’hypocrisie sur le service public.... Et une réponse de F2 qui enfonce le clou !!!
A propos de ce qu’il faut montrer ou non aux moins de 16 ans...
Article du 27 septembre 2003

Il n’y a pas que le traitement de l’information qui pose problème. Il y a aussi la censure sélective sur les images et les récits selon une logique du "politiquement correct" qui a tout d’une vision totalitaire de l’information. Un exemple récent, observable par tout le monde :

D’après "Libération" France 2 reconnaît avoir coupé, dans un épisode de la série "Urgences", le 21 septembre dernier à 21.45, les répliques finales d’un dialogue entre le Dr Corday et une jeune fille de 14 ans qui disait prendre de la drogue et subir des relations sexuelles sous son emprise.

Motif de cette censure ? " Déconseillé aux moins de 16 ans à cette heure-là " répond la chaîne.

Le samedi suivant (27 septembre) sur la même chaîne dans " Nestor Burma ", à 17.45, on pouvait voir une femme se tirer une balle dans la tête, sans aucune ellipse - une image beaucoup plus violente (elle m’a fait sursauter) que n’importe quel dialogue. Ce "Nestor Burma" n’était accompagné d’aucune signalétique.

Peut-on m’expliquer ce paradoxe ? Un dialogue destiné à avertir sur une situation à risque pour une adolescente (la prise de drogue) est supprimé à 20.45, mais un plan de suicide d’une extrême violence est laissé sans problème à 17.45 ?

Et s’il n’y avait que cela : dix minutes plus tard, toujours sur France 2 "Face à l’image" reconstitue ce qui est arrivé à une femme aspirée par une bouche d’égout, avant de revenir sur le "quasi-accident" de train d’il y a quelques jours, puis sur la mort de Vincent Humbert et sur plusieurs affaires d’euthanasie au fil d’une émission aussi racoleuse que les pires productions de TF1.

Pendant cette émission de France 2 diffusée un samedi après-midi, où sont les avertissements sur la violence des histoires et des images ? Est-ce que l’euthanasie est un sujet non-violent et approprié au public d’une fin de samedi après-midi ? En quoi sujet pareil est-il moins violent que deux répliques d’un épisode d’ " Urgences " ?

La réalité est que France 2 pratique sélectivement une censure inepte sur les productions étrangères, en oubliant singulièrement et hypocritement de regarder ce qu’il y a de violent dans les programmes qu’elle diffuse à l’heure où des gamins de dix ans (les miens, en particulier) pourraient très bien tomber dessus !

Est-ce que France 2 prend VRAIMENT les téléspectateurs pour des cons ?

J’aimerais avoir une réponse. Je sais que je n’en aurai pas. Mais ça ne m’empêchera pas de continuer à la poser. Et je pense qu’un nombre croissant de citoyens sont en droit de la poser. Et le feront.

Martin Winckler


Une réponse de France 2 :
Olivier Finck, téléspectateur et correspondant du Winckler’s Webzine a écrit à France 2 pour demander à la chaîne de s’expliquer.
Voici sa question et la réponse...

|Titre émission:URGENCES
|Date/Heure de diffusion:21/09/2003
Vous avez censuré une scène de la série Urgences à 21h45, alors que vous diffusez les images d’une femme se tirant une balle dans la tête dans Nestor Burma, quelques jours après, en plein après-midi.
Est-ce que vous trouvez cela logique ? Pourriez-vous m’expliquer votre position à ce sujet ?

Bonjour,
Vous souhaitez obtenir des informations sur la diffusion de la série Urgences du 21 septembre 2003.

Je vous remercie d’avoir pris le temps d’écrire pour témoigner de votre intérêt pour cette fiction.

France 2 a programmé comme chaque dimanche depuis le 7 septembre, deux épisodes inédits de cette série. Lors du visionnage du deuxième épisode, le comité pour la signalétique a classifié cet épisode " interdit aux moins de 16 ans ".

En effet, dans une scène, une jeune fille de 14 ans revendiquait de prendre la drogue des violeurs, afin d’améliorer ses performances sexuelles avec de multiples partenaires.

La réglementation française ne permettant pas la diffusion de programmes interdits aux moins de 16 ans à une heure de grande écoute (avant 22h30), France 2 a donc fait le choix de pratiquer une coupe de moins de 40 secondes afin de pouvoir maintenir la diffusion de l’épisode et satisfaire les fidèles de la série.

Je vous remercie de l’intérêt que vous portez aux programmes de la chaîne. N’hésitez pas à faire part de vos suggestions et observations. Celles-ci sont utiles pour permettre à France 2 de proposer des émissions qui répondent à vos attentes.

Bien cordialement,

Dominique Margotin
Chef du Service Communication Téléspectateurs


Note : il faut préciser que le "comité pour la signalétique" dont il est question dans ce message est un comité interne à France 2. La classification des deux lignes de dialogue d’ "Urgences" comme étant interdites aux moins de 16 ans et du suicide vu sur "Nestor Burma" comme étant "tout public" est donc le reflet exact de la conception interne de France 2 sur ce qui peut ou non être montré aux téléspectateurs...
Martin W.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé