logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


Juste après dresseuse d’ours - par Jaddo

Voir aussi :

Radio
- "Histoires en l’air" - Fictions, récits, projets (P.O.L)
- Elle a quatre amants... la veinarde !!!
- La télévision française est d’une extrême vulgarité
- J’avais très très très envie de lui...
- J’ai quatre amants
- Les enfants qui cherchent à soigner leurs parents...
- Les Médecins et le Crime
- C’est dur, d’être médecin.
- Françoise Dolto
- "Les Trois Médecins" sur Arte Radio

Séries télévisées
- Les téléfictions sont plus libres, plus engagées, plus subversives que les émissions d’actualité
- Les Séries TV et le Soap Opera
- "Boomtown" : De la vérité comme puzzle
- J’irais pas me faire soigner par Francis Huster
- "Friends " : une encyclopédie exhaustive... et en français
- Violence en « prime time »
- De la formation des soignants aux séries télévisées
- Les Miroirs Obscurs - Grandes séries américaines d’aujourd’hui
- Les miroirs de la vie
- Le rire de Zorro (extrait)
- Les séries TV et le soap opera - Conférence en ligne

Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... > Soignants en formation, soignants en souffrance >


L’école de médecine
Un documentaire en 10 épisodes de Marie Agostini, (Arte, Lun-Ven 20.15 du 14 au 25 mai 2007)
Article du 11 mai 2007

En mars 2005, j’enregistrais sur Arte Radio la chronique suivante


Il y a une demi-heure, j’étais quatre étages au-dessus du studio où j’enregistre cette chronique, et j’allais y parler avec deux producteurs, une réalisatrice et une responsable de programmes documentaires, d’un projet documentaire qui s’appellerait "Devenir Médecin", et qui consisterait à suivre pendant toute une année un certain nombre d’étudiants en médecine à tous les niveaux de la formation médicale.... (Lire la suite plus bas)

Ecouter la chronique sur ArteRadio.com


Finalement, ce projet a vu le jour. Produit par Sylvie Gautier pour Camera Lucida, tourné par Marie Agostini, "avec la collaboration de Martin Winckler", c’est aujourd’hui un feuilleton documentaire intitulé L’école de Médecine. Il a été réalisé à Paris, avec l’aide des enseignants et la collaboration des étudiants de Paris V.

Il a été diffusé sur Arte, à 20.15 du lundi au vendredi, à partir du 14 mai 2007 - dix épisodes de 26 minutes.

C’est un film impressionnant. Il montre, sans commentaire ni complaisance, comment on forme les médecins aujourd’hui dans les CHU français.

Téléchargez le feuilleton sur le site d’ARTE :

Lire une interview de Marie Agostini sur le site Remede.org


(Suite de la chronique d’arteradio.com)

La formation médicale, c’est assez long, ça dure huit-dix ans, et il y a des étapes.

La première étape, c’est quand on passe le concours, qui est un concours extrêmement dur, extrêmement cruel, que beaucoup d’étudiants doivent passer deux fois, parfois pour l’avoir et très souvent pour le rater, malheureusement, et ils passent donc deux années absolument infernales. Ensuite, ils sont inclus à l’intérieur de la formation médicale, et ils commencent à apprendre des choses un petit peu théoriques : qu’est-ce que c’est que l’éthique, qu’est-ce que c’est qu’annoncer des mauvaises nouvelles, qu’est-ce que c’est que de parler avec des patients, qu’est-ce que c’est que d’examiner quelqu’un... Je me souviens que quand j’étais étudiant, j’ai appris à faire l’examen clinique sur mes camarades, qui l’ont eux-mêmes appris sur moi, etc.

Ensuite, ils vont à l’hôpital, c’est-à-dire qu’ils sont des étudiants dans un système très hiérarchisé, au sommet duquel il y a un grand patron, ensuite des agrégés, ensuite des chefs de clinique, ensuite des internes, et eux, ils sont en dessous, et ils sont le dernier rempart entre toute cette hiérarchie et le patient. Et alors soit ils apprennent à tenir la main des patients, parce que ceux qui sont au-dessus d’eux font ça, soit ils apprennent à devenir les bourreaux des patients, parce que ceux qui sont au-dessus d’eux et qui leur donnent l’exemple font ça, et ils leur donnent l’exemple de manière insidieuse, un petit peu perverse, en les culpabilisant, etc.

Ensuite, ils deviennent internes, c’est-à-dire qu’ils deviennent le médecin qui va soigner tel ou tel patient, qui va être responsable de tel ou tel patient, de la prescription, du diagnostic, des examens complémentaires, qui va donner les instructions aux infirmières, et qui va recevoir d’autres instructions du médecin qui est au-dessus de lui.
Et enfin, ils vont s’approcher de l’exercice final, c’est-à-dire que soit ils vont aller faire une spécialité dans des services spécialisés, soit ils vont faire des remplacements pour faire de la médecine générale, et commencer à envisager de devenir des médecins praticiens à la campagne ou en ville.

Et donc, ce projet documentaire, ce serait quelque chose qu’on a conçu avec la productrice et la réalisatrice comme un feuilleton de dix épisodes de 26 minutes, qui seraient diffusés dix soirs de semaine, du lundi au vendredi deux semaines de suite, et qui nous permettraient de suivre tous ces étudiants en superposant et en mettant en parallèle toutes les années, parce que évidemment, c’est pas la même chose d’avoir un étudiant qui est en train de passer le concours et un étudiant qui l’a déjà eu et qui réfléchit à tout le stress, à l’angoisse que c’était de passer le concours l’année d’avant, et puis un autre étudiant qui lui est au contact du malade et qui dit "oh là, tout ça c’est bien loin de moi, j’ai des problèmes autrement plus concrets maintenant, comment j’annonce à quelqu’un qu’il a un cancer, comment je lui dis que je vais lui faire un geste chirurgical un peu compliqué, etc".

Bref, ce feuilleton pourrait être absolument passionnant. Et la femme qu’on a vue à Arte a l’air de trouver ça passionnant. Malheureusement, la grille d’Arte risque de changer d’ici trois mois. Et donc, ce projet passionnant, eh bien... On le fera peut-être pas."


Produit par Sylvie Gautier pour Camera Lucida, tourné par Marie Agostini, L’école de Médecine est un feuilleton documentaire tourné à Paris, avec l’aide des enseignants et la collaboration des étudiants de Paris V.

Il sera diffusé sur Arte, à 20.15 du lundi au vendredi, à partir du 14 mai 2007 - dix épisodes de 26 minutes.

Je vous recommande vivement de le regarder. C’est un film impressionnant. Il vous montrera, sans commentaire ni complaisance, comment on forme les médecins aujourd’hui dans les CHU français.

Martin Winckler

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé