logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


L’éthique dans les séries télé : une émission radio hebdomadaire en ligne sur Radio Créum

Voir aussi :

Littérature
- Soutenons les libraires
- Les Cahiers Marcoeur - Un roman complet inédit en 54 épisodes
- "Spectacle Permanent"
- Les médecins de ma vie
- Station debout
- Que s’est-il passé le 18 Septembre 1931 ? (Histoire de Tchang Tchong-Jen)
- Combien y a-t-il de versions des dix commandements ?
- Qui a peur de réformer l’orthographe ?
- Les Médecins et le Crime
- Film catastrophe

Odyssée
- Comment étudie-t-on le fonctionnement du cerveau ?
- A quoi sert de faire une chronique un lundi de Pâques ?
- Le papier va-t-il disparaître ?
- Qu’est-ce qu’une projection psychologique ?
- Monstre du loch Ness et poissons des profondeurs post-Tsunami
- Quelle difference y a-t-il entre le Nô et le Kabuki ?
- D’ou viennent les fantômes ?
- Pourquoi est-ce que ça s’appelle l’amérique ?
- Qu’est-ce que le rire ?
- Aujourd’hui quelle est la langue des sciences ?
- LES CHRONIQUES DE FRANCE INTER DONT ON NE PARLERA JAMAIS SUR FRANCE INTER....

Politique et citoyenneté
- L’usage de la parole - politique du « Winckler’s Webzine »
- Si cet enfant avait été entendu, la face du monde aurait été changée !
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- L’avenir menaçant de l’industrie pharmaceutique
- Sélection des étudiants en médecine : comparaison entre France et Québec
- Quand l’éducation nationale fabrique des handicapés…
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Réflexion sur l’euthanasie en France : de Jacques Ricot au Comité national d’Ethique
- Violence en « prime time »
- Les hommes et les femmes : des sites et des réflexions

Sciences Humaines
- J’irais pas me faire soigner par Francis Huster
- L’aide au suicide, un geste humain parfois nécessaire ?
- Le cerveau, le sexe et les ambiguïtés - réflexions sur l’identité sexuelle
- Le sexe du cerveau
- Des bourreaux ou des soignants - quels médecins voulons-nous ?
- Annonce d’une mauvaise nouvelle : où en sont les médecins français ?
- L’enseignant en médecine, initiateur et témoin
- Pour apprendre une langue, ne faut-il pas aussi apprendre à connaître ceux qui la parlent ?
- Comment annoncer une mauvaise nouvelle (2)
- Le prochain tremblement de terre, c’est pour quand ?

Radio et télévision > Odyssée >


Quel homme du XVIIIème siècle fut inventeur, homme d’état, diplomate, imprimeur et homme de presse, philosophe, météorologiste et humoriste ?
"Odyssée", France Inter, le 8 Mai 2003
Article du 20 avril 2005

L’autre jour, j’ai terminé ma chronique en disant qu’à part la mort et les impôts, il n’y avait rien de sûr en ce bas monde. Et j’ai attribué ce bon mot à Woody Allen. Eh bien, on ne prête qu’aux riches, car le mot n’est pas de Woody Allen, ce brigand, mais de Benjamin Franklin.

Si je prononce ce nom, certains auditeurs se souviendront certainement de la silhouette ronde et bonhomme du personnage incarné par un Orson Welles méconnaissable dans le Si Versailles m’était conté de Sacha Guitry. Mais qui était exactement Benjamin Franklin ? Eh bien, c’est probablement l’un des personnages historiques les plus respectés d’Amérique.

Né à Boston, en 1706, il fut d’abord, à douze ans, apprenti dans l’imprimerie de son frère, James. À 17 ans, il part seul en Pennsylvanie, puis, après un bref séjour en Angleterre, ouvre sa propre imprimerie à Philadelphie. En 1729, il acquiert la Pennsylvania Gazette, dont il fera l’un des périodiques les plus lus de l’Amérique coloniale. Il y introduit des dessins humoristiques, fait illustrer les articles et publie des lettres de lecteurs, ce qui à l’époque était très novateur.

En 1736, il crée la première compagnie de pompiers d’Amérique. Après avoir publié plusieurs revues, et organisé le service des postes de Pennsylvanie, il vend son imprimerie et se consacre à sa carrière de savant et d’inventeur. C’est en 1752 qu’il fait avec un cerf-volant les fameuses expérimentations sur la foudre qui vont le conduire à inventer le paratonnerre.

En 1775, il devient membre du Congrès et en 1776, co-signe la déclaration d’indépendance. Il part pour la France avec laquelle il signe un traité d’alliance. Puis, dans la foulée, il part négocier la paix entre les jeunes États-Unis et la Grande-Bretagne. En 1787, année où il co-signe la Constitution des Etats-Unis, il devient président d’un mouvement de Pennsylvanie militant pour l’abolition de l’esclavage ! Il meurt en 1790, à l’âge de 84 ans, après une vie bien remplie.

Au XVIIIe siècle, en Amérique comme en France, l’homme de science était celui qui s’intéressait à tout. Et on peut dire de Benjamin Franklin qu’il était curieux de tout, car il étudia les tornades en les poursuivant à cheval et fut l’un des premiers à mesurer la température de l’eau de l’Océan pendant ses voyages et à établir des cartes du Gulf Stream, ce grand courant tiède qui parcourt l’Atlantique.

Inventeur inspiré, on lui doit - outre le paratonnerre - les verres à double foyer et le poële en métal, qu’il mit au point pour remplacer les feux de cheminée et chauffer les maisons de manière plus économique et plus sûre. Comme il avait de la suite dans les idées, il inventa aussi la première assurance-incendie.

Chargé d’organiser la distribution du courrier, il parcourut et mesura les routes de Pennsylvanie pour étudier les itinéraires les plus pratiques. C’était évidemment un grand lecteur. Arrivé à un âge avancé, comme il ne parvenait plus à atteindre les livres placés sur les étagères du haut, il mit au point une sorte de longue pince à sucre qui lui permettait de les saisir sans mal...

Franklin était aussi un homme de plume et d’humour. Il écrivait en particulier : « Si j’avais le choix, je ne verrais aucune objection à recommencer ma vie depuis le début. Mais je demanderais à bénéficier du même privilège que les auteurs, qui corrigent dans la deuxième édition de leur ouvrage les erreurs de la première. »

On lui doit aussi cette phrase définitive sur la postérité : « Si vous ne voulez pas qu’on vous oublie le jour où vous serez mort et pourri, écrivez des choses qui valent la peine d’être lues, ou faites des choses qui valent la peine d’être écrites. » Il n’est pas exagéré de dire qu’il a brillamment réussi l’un et l’autre.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé