logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


L’éthique dans les séries télé : une émission radio hebdomadaire en ligne sur Radio Créum

Voir aussi :

Sciences Humaines
- J’irais pas me faire soigner par Francis Huster
- Quand l’éducation nationale fabrique des handicapés…
- Réflexion sur l’euthanasie en France : de Jacques Ricot au Comité national d’Ethique
- L’aide au suicide, un geste humain parfois nécessaire ?
- Le cerveau, le sexe et les ambiguïtés - réflexions sur l’identité sexuelle
- Le sexe du cerveau
- Quel homme du XVIIIème siècle fut inventeur, homme d’état, diplomate, imprimeur et homme de presse, philosophe, météorologiste et humoriste ?
- Des bourreaux ou des soignants - quels médecins voulons-nous ?
- Annonce d’une mauvaise nouvelle : où en sont les médecins français ?
- L’enseignant en médecine, initiateur et témoin

Radio et télévision > Odyssée >


Le prochain tremblement de terre, c’est pour quand ?
"Odyssée", France Inter, 16 Avril 2003
Article du 13 mars 2005

J’ai déjà parlé des ouragans et des tornades, mais parmi les phénomènes naturels, le tremblement de terre est probablement le plus impressionnant. Astérix et ses Gaulois n’avaient peur que d’une chose : que le ciel leur tombe sur la tête, eh bien, quand la terre tremble, c’est exactement ce qui peut arriver.

Qu’est-ce qu’un tremblement de terre ?

D’abord, il faut vous imaginer que la surface de la Terre est formée d’une douzaine de plaques rigides extrêmement épaisses, posées les unes à côté des les autres, comme des dalles sur une sphère. Mais l’intérieur de la terre est vivant, il est fait de magma visqueux, qui bouillonne, qui rote, qui pète, qui émet des gaz et du magma en fusion, comme les éruptions volcaniques en sont la preuve. Par conséquent, les plaques bougent, elles s’éloignent les unes des autres et forment d’immenses fossés d’effondrement, au fond des océans ou sur les continents, dans l’Est-africain.

Dans d’autres zones, les plaques entrent en collision - c’est le cas autour du Pacifique, dans l’Himalaya, en Iran et sur la côte nord de la méditerranée - ce qui explique la fréquence des séismes en Turquie, mais aussi sur la côte d’Azur...
D’autres plaques, encore, glissent horizontalement les unes contre les autres - c’est le cas de la fameuse faille de San Andreas en Californie, sur laquelle est construite la ville de Los Angeles.

On mesure les séismes avec ce qu’on appelle l’échelle de Richter, qui est fondée sur l’enregistrement des vibrations par des appareils qu’on appelle des sismographes, et permet d’évaluer l’intensité d’un séisme (on parle alors de magnitude) à distance, et surtout de manière comparative d’un séisme à l’autre.

Cette échelle là va de 1 à 9 ou 10. En dessous de 3,5, les vibrations ne sont pas perçues par l’homme. A partir de 5,5, le séisme entraîne des dégats matériels légers. Au delà de 6, il peut détruire les constructions dans un rayon de 100 km. A partir de 7, c’est un tremblement de terre majeur.

Les sismographes sont des appareils très sensibles, qui peuvent enregistrer des séismes minimes, mais malheureusement, on ne sait pas prédire encore quand les tremblements de terre auront lieu. Pourquoi ? Parce qu’en réalité, comme la terre bouge en permanence, des tremblements de terre, il y en a tout le temps. On estime que chaque année la terre tremble près de 500 000 fois de manière perceptible par mes sismographes. Sur ces 500 000 séismes, 100 000 sont perçus par l’homme et une centaine seulement provoquent des dommages matériels ou la perte de vies humaines. En Californie, par exemple, on enregistre 10 000 séismes par an !

La gravité des tremblements de terre n’est pas seulement fonction de leur magnitude. Elle dépend aussi de deux facteurs importants : le premier est la densité de population dans la région, le second la nature des constructions. En 1964, en Alaska, un séisme de plus de 9 sur l’échelle de Richter n’a fait que 135 morts, dont 120 dus au Tsunami, le raz-de-marée provoqué par le séisme.
En revanche, en 1999, à Izmir en Turquie, un séisme de magnitude plus faible, de 7,6 a fait 17 000 morts, 50 000 blessés et un-demi million de sans abris. Quant à la France, le dernier séisme important date du 22 février 2003, à 21.41, il faisait 5,4 sur l’échelle de Richter, son épicentre était proche de Baccarat, près d’Epinal, et la secousse, qui n’a duré que quelques secondes, a été ressentie jusqu’à Paris...

Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille la lecture du numéro d’avril 2003 de Science et Vie Junior, qui consacre un long article aux séismes et en particulier à la Californie. Là-bas, le risque d’un séisme majeur d’ici à 2023 est estimé à 70 % !

Science et Vie Junior, n°163, avril 2003

A lire aussi :
http://www.la-terre.net/seisme.php3
http://quake.usgs.gov/
http://earthquake.usgs.gov/4kids/facts.html
http://www.pgc.nrcan.gc.ca/fseismo/ftable.htm

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé