logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

Contraception
- Dix idées reçues sur la contraception
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")
- J’ai arrêté ma contraception il y a quelques semaines et je ne suis toujours pas enceinte. Que se passe-t-il ?
- La légende du DIU et des anti-inflammatoires
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Diane 35 et ses génériques : le principal risque, c’est la grossesse non désirée...
- Comment s’y retrouver, parmi toutes ces pilules ?
- La pilule : Comment la prendre ? Que faire quand on l’oublie ? (version mise à jour)
- Pilule "Jasmine" : à ne pas utiliser n’importe comment !

Contraception et gynécologie >


Contraception : Questions / Réponses 18
Article du 26 décembre 2004

Les sujets abordés cette semaine :
- Pilule du lendemain
- DIU et anti-inflammatoires
- Contraception à 49 ans
- Absence de règles sous pilule (Cérazette)
- Douleurs après la pose d’un DIU (Mirena)


- Pilule du lendemain

Est il possible d’utiliser la pilule du lendemain sans prendre la pilule et d’être bien protégée contre une grossesse non désirée ???
O.

Je ne suis pas sûr que je comprends bien la question.
Si la question est :

"Puis-je prendre la pilule du lendemain, en cas de besoin, même si je ne prends pas la pilule ?" alors, oui, bien sûr. Elle est utilisée souvent après un premier rapport sexuel (non protégé) et aussi par des femmes qui ont eu des accidents de préservatif (le préservatif qui craque, qui glisse, qu’on a oublié de mettre, ou qu’on a choisi de ne pas mettre dans le feu de l’action et du désir parce qu’on pensait qu’on ne risquait rien et puis c’est plus agréable de pas en mettre mais le lendemain matin on est prise d’angoisse en se disant qu’on a peut-être pas bien fait...)

Ah, à propos : les préservatifs ne sont une contraception efficace que s’ils sont utilisés pour TOUS les rapports sexuels QUEL QUE SOIT LE MOMENT DU CYCLE : il n’y a pas de moment "sans danger", car une femme peut ovuler n’importe quand, sans prévenir...

Si vous voulez dire :

"Peut-on en prenant SEULEMENT la pilule du lendemain être protégée contre une grossesse" ?
La réponse est non. A moins que vous n’ayez qu’un ou deux rapports sexuels non protégés par mois et que vous preniez la pilule juste après. C’est probablement très efficace (pas à 100 %, cependant) mais est-ce très confortable ?

Théoriquement, il est possible de prendre la pilule du lendemain plusieurs fois dans le mois, mais ça veut dire qu’on a eu plusieurs rapports non protégés et plus le nombre et la fréquence des rapports sexuels augmente, moins l’efficacité de la pilule du lendemain est assurée (les spermatozoïdes passent "entre" les prises...)

On me demande aussi s’il est "dangereux" de prendre la pilule du lendemain (celle qui ne contient qu’un progestatif, autrement dit "Norlevo") plusieurs fois dans le mois. Non, ce n’est pas dangereux (l’hormone que contient le Norlevo n’est pas toxique), mais ça peut entraîner des "fausses règles" intempestives répétées (ce qui vous empêche de savoir où vous en êtes), et encore une fois, est-ce vraiment aussi confortable que d’avoir une contraception efficace permanente ? Non, bien sûr.

Exemple : Je ne prends pas la pilule ! Puis je avoir un rapport sexuel protégé, et, le lendemain prendre la pilule du lendemain pour être sûre de ne pas avoir de grossesse non désirée ? Ou cela n’est pas nécessaire ?
O.

Oui, bien sûr, vous pouvez. Et si ce n’est pas nécessaire, quand on est inquiète d’être enceinte, deux précautions valent mieux qu’une. J’imagine que vous utilisez des préservatifs pour éviter une MST. Mais, encore une fois, si vous avez des rapports sexuels réguliers (au moins une fois par semaine) il vaut mieux avoir AUSSI une contraception permanente - pilule, implant, DIU ("stérilet") - pour éviter une grossesse tout en recourant aux préservatifs. En effet, il vaut mieux envisager séparément la prévention d’une grossesse de la prévention des MST. Les préservatifs protègent très bien contre les MST, mais pas bien contre une grossesse.

Et le jour venu, avec une personne avec qui vous serez en confiance vous n’aurez plus envie (ou besoin) d’utiliser des préservatifs. Si vous avez déjà une contraception permanente, vous serez plus tranquille.


- DIU et anti-inflammatoires

Hier j’ai rencontré mon médecin pour avoir un avis sur la pose d’un DIU au cuivre- j’ai depuis 2 ans Mirena et ai un peu d’acné et une pilosité trop importante à mon goût-
A cette occasion, elle m’a précisé que les anti-inflammatoires avaient un effet négatif sur la contraception - en clair j’ai plus de probabilité de faire échouer la contraception lorsque je prends l’anti-inflammatoire donc de me trouver enceinte -. Elle n’était pas certaine d’elle mais c’est ce qu’elle avait appris à la fac !
Me confirmez vous ses propos ?
I.
PS : Dans une question/réponse j’ai lu que vous proposiez aux femmes d’essayer les 2 types de stérilets - cuivre ou hormonal - afin de choisir celui qui convient le mieux. Mais au prix du stérilet (122 euros
Mirena) j’ai personnellement quelques scrupules à changer même au bout de 2 ans !

Eh non, l’échec de DIU dû aux anti-inflammatoires n’est pas autre chose qu’une légende, née en France il y a 30 ans, mais qui n’a aucun fondement scientifique. (Malheureusement on continue à le dire ici, alors que cette légende est inconnue dans le reste du monde...) Aucun médicament ne compromet l’action des DIU (qu’ils soient hormonaux ou au cuivre). Donc, vous pouvez passer au DIU au cuivre quand vous voulez. Si l’acné et la pilosité sont apparues après la pose du Mirena, c’est effectivement dû à l’hormone qu’il contient, et c’est un motif suffisant pour changer.

Même à 122 euros pièce, ça vaut la peine d’avoir une contraception confortable (ça coûte de toute manière moins cher que de prendre la pilule : 35 euros par trimestre, pour certaines...) Un DIU au cuivre en coûte 27 et vous pouvez le garder 10 ans s’il s’agit d’un TT380 (le DIU au cuivre le plus efficace, je vous le recommande donc...)
- Contraception à 49 ans

J’ai 49 ans et je suis actuellement sous Cycléane 20 ; Je suppose que ma ménopause approche mais comment le savoir tout en restant sous une contraception efficace ?
Il m’est impossible de me baser sur l’age de ménopause de ma mère, celle-ci ayant subi une ablation de l’utérus et des ovaires à 40 ans...
F.

Si j’étais vous, je ne serais pas trop pressée d’arrêter ma pilule. J’imagine que vous ne fumez pas et n’avez pas de contre-indication, ce qui explique qu’on vous l’ait prescrite jusqu’ici. Et on a bien fait. Cela étant, il n’est pas impossible que vous ne soyiez pas ménopausée avant... 52 ou 55 ans. C’est de plus en plus fréquent, car les femmes sont en meilleure santé aujourd’hui qu’à la génération précédente.

A partir de 45-50 ans, la contraception la plus efficace et la plus confortable, c’est le DIU (stérilet). Le DIU hormonal "Mirena" a l’avantage de faire diminuer beaucoup les règles, il a un effet thérapeutique sur l’utérus, et d’autre part, il ne masque pas les éventuels symptômes de ménopause (je dis éventuels, car ces symptômes sont très variables d’une femme à une autre). Comme il est déconseillé de continuer la pilule au-delà de 50 ans, je vous conseille d’envisager de vous faire poser un Mirena.

En Angleterre, lorsque les femmes sous Mirena ont des symptômes de ménopause, on leur prescrit seulement des oestrogènes à faible dose en plus, pour diminuer ces symptômes. Une fois la ménopause est "installée" (les symptômes disparaissent), on retire le DIU. Cela permet de passer cette phase tranquillement sans risque ni crainte de grossesse, toujours possible tant qu’une femme a des cycles, même irréguliers...
- Absence de règles sous pilule (Cérazette)

Je suis sous Cérazette depuis mai 2004 (très bien supportée) car j’allaite (j’ai accouché en mars, et je souhaite un deuxième bébé pour 2006). J’ai eu quelques pertes fin mai (:reprise du travail) et depuis plus rien... Est-ce normal ???
Pour me rassurer j’ai fais un test de grossesse en juillet (négatif). Mais ça me tracasse...

Je compte allaiter encore quelques mois, jusqu’au 12 mois de mon fils, donc reprendre par la suite une pilule oestro-progestative, auparavant j’étais sous Jasmine, mais j’ai vu dans un article que vous la déconseillez, que prendre ? (je ne souhaite pas de DIU, ma mère ayant eu des problèmes avec : fibromes puis hystérectomie totale, cela m’a été déconseillé).
A.

Oui, ça peut arriver ! L’arrêt des règles sous Cérazette est plutôt un bon signe : il signifie que vous n’ovulez pas du tout et que votre contraception est optimale (beaucoup de femmes continuent à avoir leurs règles ce qui signifie que l’effet de Cérazette est surtout local - sur le col de l’utérus). Donc, rassurez-vous. De plus, l’allaitement + un progestatif = sécurité à 100%.

Un bon moyen de vous rassurer : quand vous étiez enceinte, vous aviez d’autres symptômes que l’arrêt des règles (une tension des seins qui ne serait pas soulagée par plusieurs tétées successives, par exemple). S’ils ne sont pas présents, ne vous faites pas de souci.

Pour la suite : vous avez plus d’options que vous ne le pensez :
- la pilule, bien sûr (Minidril, Adépal, Miniphase sont très efficaces, bien connues et... remboursées)
mais aussi, moins contraignant et plus efficace :
- l’implant progestatif (il contient la même chose que Cérazette) ; seul "inconvénient" : vous n’aurez pas de règles. Mais la sécurité est absolue pendant 3 ans.
- le DIU : les fibromes ne sont pas liés à la présence d’un DIU mais au développement spontané des tissus fibreux dans l’utérus sous l’effet des hormones ; les femmes en avaient beaucoup plus souvent, il y a 20-30 ans quand elles ne... prenaient pas la pilule, car celle-ci diminue leur fréquence (on voit moins de fibromes aujourd’hui) ; de plus, chez les porteuses de petits fibromes - et ce n’est jamais le cas avant 30 ou 35 ans, donc vous n’êtes pas concernée, un des DIU, le Mirena (DIU hormonal) est posé pour empêcher le développement des fibromes (la progestérone qu’il contient est préventive).

Donc réfléchissez à l’éventualité de vous faire poser un DIU au cuivre (sans hormones) ou hormonal : ça pourrait être la contraception qu’il vous faut, tout simplement parce qu’on sait mieux aujourd’hui à qui cela convient ou non, et aussi parce que... vous n’êtes pas votre mère.
- Douleurs après la pose d’un DIU (Mirena)

J’ai 30 ans et 2 enfants. Je me suis fait poser le stérilet Mirena le 2décembre 04 et je l’ai fait retirer le 14 décembre car j’avais des maux de ventre insupportables. Deux jours après le retrait du stérilet j’ai eu mes règles. Je ne comprends pas puisque mes dernières remontaient au 29.11 alors que d’habitude j’ai des cycles de 30-35 jours. Est ce dû au stérilet ?
Y.

Je suis désolé de ce qui vous arrive, car les maux de ventre après pose d’un DIU sont peu fréquents... sauf quand le DIU est mal posé (c’est à dire pas au fond de l’utérus, où il a largement la place, mais dans le canal cervical - l’orifice entre le vagin et l’utérus). Il est très possible que ce soit ce qui s’est passé, car si vous avez eu déjà 2 enfants, il n’y a aucune raison que votre utérus soit trop petit pour accueillir un DIU Mirena (chez les femmes qui n’ont pas eu des enfants, on pose des DIU de plus petite taille).

Vous me dites qu’on vous a posé le DIU le 2.12 alors que les règles avaient commencé le 29.11. C’était peut-être un peu tôt pour vous le poser (pendant les règles, ça n’est pas idéal).

Bien ou mal posé (quand il est mal posé, ça fait mal tout de suite, et on continue à avoir mal ; alors que quand il est en place, la patiente ne sent (plus) rien quand elle sort du cabinet médical), on aurait dû de toute manière vous donner des anti-inflammatoires pour calmer les douleurs. L’a-t-on fait ? Aviez-vous de la fièvre (ou des frissons) en même temps que les douleurs ? Ont-elles cessé dès qu’on vous a retiré le DIU ?

Le fait que vous ayez eu des règles juste après est probablement dû au retrait du DIU, et si comme c’est probable ces règles ne durent pas très longtemps (3-4 jours), il ne faut pas vous en inquiéter.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé