logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

Contraception
- Dix idées reçues sur la contraception
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")
- J’ai arrêté ma contraception il y a quelques semaines et je ne suis toujours pas enceinte. Que se passe-t-il ?
- La légende du DIU et des anti-inflammatoires
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Diane 35 et ses génériques : le principal risque, c’est la grossesse non désirée...
- Comment s’y retrouver, parmi toutes ces pilules ?
- La pilule : Comment la prendre ? Que faire quand on l’oublie ? (version mise à jour)
- Pilule "Jasmine" : à ne pas utiliser n’importe comment !

Prévention
- Pour prendre la pilule, examen gynécologique, examen des seins et prise de sang ne sont pas nécessaires...
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- Contraception : Questions / Réponses 45
- Certains gynécologues français s’efforcent de réhabiliter les DIU
- Les règles : est-il "dangereux" de ne pas en avoir ? (Contraception : Questions/réponses 44)
- Cérazette et allaitement (Contraception : Questions / Réponses 41)
- Pilule et allaitement (Contraception : Questions / Réponses 40)
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Contraception : Questions / Réponses n° 36
- "Les inventeurs de maladies" -manoeuvres et manipulations de l’industrie pharmaceutique

Santé
- Qu’est-ce qu’un patient "responsable" ? Qu’est-ce qu’un soignant respectueux ?
- Humbles réflexions d’un médecin généraliste sur l’IVG
- Santé : la fin du modèle français
- Que "vaut" une IVG ?
- "La santé en questions", une collection pour tous
- Une maladie méconnue : le trouble dysphorique du lundi matin (TDLM)
- L’avenir menaçant de l’industrie pharmaceutique
- Sélection des étudiants en médecine : comparaison entre France et Québec
- "Je viens encore bêtement de faire perdre 800€ à la sécu pour une connerie"
- Qu’est-ce que l’effet placebo ?

Contraception et gynécologie >


Contraception : questions / réponses 15
Article du 6 décembre 2004

Les sujets abordés cette semaine :
- Contraception et libido
- Pilule et Fibromes
- Inconvénients suite à la pose d’un DIU (UT 380 short)
- Contraception masculine
- Comment décaler la période des règles sous Lutéran 10 ?


Pour plus d’informations sur Préservatifs, pilules, DIU, implant et contraception d’urgence, CLIQUER ICI


Lire toutes les questions réponses sur la contraception


Lire les questions réponses précédentes


Poser une question sur la contraception : martin_winckler@yahoo.fr


- Contraception et libido

Pouvez-vous me dire si des études ont été faites sur le lien entre la contraception et la libido ? Pensez- vous que la contraception puisse avoir une influence sur le désir ? C’est une question que je me pose suite à de nombreuses confidences de mes amies.
P.

Certaines femmes sont très sensibles aux hormones - en particulier aux progestatifs - , même en quantité très faible. Quand elles sont enceintes, elles disent avoir moins de désir : les progestatifs secrétés en grande quantité au cours de la grossesse et l’absence de "décharge" d’estrogènes (qui provoque l’ovulation entre deux grossesses) diminuent la libido. Pour être contraceptive, la pilule (qui contient toujours des progestatifs et parfois aussi des oestrogènes) bloque l’ovulation. Et donc, parfois, aussi, diminue la libido. Toutes les méthodes hormonales (qui contiennent toutes des progestatifs) peuvent avoir cet effet, sauf probablement le DIU (stérilet) hormonal Mirena, qui n’a que des effets locaux, sur l’utérus. Les DIU au cuivre, qui sont seulement spermicides, n’ont pas non plus d’effet sur la libido (enfin, si ! ils ont pour effet de... libérer la libido quand la femme n’a plus peur d’être enceinte. Mais c’est un effet indirect, bien sûr...)

Donc, ce que disent vos amies est parfaitement crédible. Surtout si elles vous disent que quand elles prennent la pilule elles se sentent aussi "non-libidinales" que quand elles sont enceintes... Et nombre de femmes disent qu’elles ont plus de désir pendant la semaine d’arrêt de la pilule. Ca veut bien dire quelque chose...
Ce qu’on sait aussi cependant c’est que la libido est influencée par bien d’autres choses que la pilule : et d’abord par la vie qu’on mène, le partenaire qu’on a, etc...

Commentaire additionnel

Certains médecins, devant ce symptôme disent : "C’est psychologique". C’est peut-être vrai, parfois, mais ça n’est pas un argument pour obliger les femmes à prendre la pilule. Un effet secondaire psychologique n’est pas moins respectable qu’un effet secondaire physique. Or, tout le propos de la contraception c’est de libérer la sexualité de la grossesse obligatoire. Et la principale zone érogène, c’est le cerveau !!! Alors, quand une femme vient me dire qu’elle n’a plus de libido sous pilule, et qu’elle en souffre, je pars du principe qu’il s’agit d’un effet secondaire indésirable, qu’il soit psychologique ou pas (s’il est psychologique, il bloque sa principale zone érogène...) Et je lui propose une autre contraception.

Si vous aussi vous avez des troubles de la libido sous pilule (et si ça ne vient pas de votre moins grand désir pour votre partenaire), changez de contraception. Et si on vous objecte que "c’est psychologique", répondez que la sexualité, ça l’est aussi. Certains médecins ont tendance à l’oublier. Ou à penser que les patientes, même si elles prennent la pilule, n’ont pas de sexualité.

- Pilule et Fibromes

Une amie m’a dit qu’une de ses proches âgée d’une trentaine d’années était enceinte et atteinte de trois fibromes, et que c’était assez fréquent chez les femmes de sa génération qui ont prit la pilule jeune ! Qu’en penser ?
C.

J’en pense que c’est inexact. L’apparition de fibromes n’est pas liée à la prise de pilule (quel que soit l’âge où on a commencé), car c’est une anomalie souvent familiale du développement des cellules musculaires de l’utérus.
Mais on a souvent tendance à attribuer à un élément extérieur (ici, la pilule) les choses qui nous arrivent... parce que nous sommes des êtres biologiques, donc imparfaits.

Les pilules très dosées en oestrogènes qui étaient utilisées dans les années 60 à 80 avaient certes tendance à faire grossir les fibromes chez les femmes qui en portaient (l’estrogène "nourrit" le fibrome). Mais aujourd’hui les fibromes sont plutôt moins fréquents GRACE à l’utilisation de la pilule (la quantité d’oestrogènes est plus faible dans les pilules actuellement utilisées et les progestatifs qu’elles contiennent ont tendance à empêcher les fibromes de se développer) ; quand ils apparaissent, les fibromes sont moins volumineux chez les utilisatrices de pilule (c’est démontré statistiquement) que chez les non-utilisatrices.

Aujourd’hui, à une femme porteuse de fibromes volumineux, on prescrirait probablement une contraception par progestatifs seuls : implant, pilule progestative ou DIU hormonal "Mirena". Mais chez une femme de 30 ans, les fibromes sont rarement volumineux et on peut probablement aussi lui prescrire une pilule à "dominante" progestative (c’est à dire contenant un progestatif qui s’oppose fortement aux effets de l’estrogène).
- Inconvénients suite à la pose d’un DIU (UT 380 short)

Ayant des difficultés à ne pas oublier ma pilule depuis presque un an, je suis partie à la recherche d’un médecin acceptant de poser un DIU à une nullipare. En suivant vos conseils j’ai trouvé un médecin généraliste sur ma petite commune (- de 6000 habitants) et me voici "équipée"d’un UT 380 short depuis 15 jours. Comme il y avait un délai de 9 jours entre le jour du rendez-vous et la fin de ma plaquette, j’ai repris ma pilule, mais je me suis arrêtée en cours de route il y a deux jours.
Globalement j’en suis satisfaite. Il y a cependant deux choses qui me tracassent :

- J’ai presque quotidiennement des douleurs au bas ventre comme si j’avais mes règles, mais en moins prononcées.
S.

Ce sont probablement des contractions liées à la présence du DIU : l’utérus a besoin d’un peu de temps pour s’y habituer. D’autre part, ça peut aussi être dû au fait que vous avez continué votre pilule depuis la pose (et la pilule peut "sensibiliser" l’utérus). Si vous avez des douleurs ou des crampes, prenez de l’ibuprofène (200 mg 3 fois par jour, en vente libre en pharmacie) pendant 2 ou 3 jours, ça les calmera complètement. Vous avez aussi le droit de le faire au moment des règles, si elles sont plus douloureuses que sous pilule (c’est souvent le cas). En prenant de l’ibuprofène dès les premières "crampes" et pendant les 2 ou 3 premiers jours des règles, pendant 4 ou 5 mois, vous finirez par atténuer beaucoup ce phénomène. Et c’est sans danger pour l’efficacité du DIU, bien sûr.
- J’ai eu des petits saignements quotidiens, aujourd’hui ils sont bien plus importants.

Oui, parce que vous avez arrêté votre pilule il y a deux jours : le saignement qui s’accentue est dû à l’arrêt des comprimés. Les prochaines règles arriveront d’ici 4 à 5 semaines (en fonction de la durée spontanée de votre cycle quand vous ne prenez pas la pilule)
Je me demande donc si tout cela est normal. Je dois dire que je n’ose pas en parler à mon médecin, car c’était la première fois qu’il posait un stérilet à une femme nullipare.

Oui, mais ça n’était sûrement pas la première fois qu’il posait un DIU, et la technique n’est pas différente. Il n’y a donc pas de raison qu’il l’ait moins bien fait, par exemple. Mais chez les femmes nullipares, dont l’utérus est plus sensible, les contractions intermittentes pendant les semaines qui suivent la pose sont assez fréquentes.


- Contraception masculine

Où en est on aujourd’hui à propos de la contraception masculine ? Existe t’il une pilule masculine efficace et sans effets secondaires ? Est elle commercialisée ?
J.

La contraception masculine la plus efficace actuellement consiste à administrer des progestatifs (hormones féminines) en injections mensuelles + des androgènes (hormones masculines) chaque jour afin d’éviter une féminisation de l’homme traité. Ce qui veut dire que c’est encore très lourd et peu pratique... Il n’existe pas de pilule masculine. Si tel était le cas, vous en entendriez parler très vite.
Existe t’il des méthodes de vasectomie 100% réversibles ?

Non, une vasectomie, par définition, n’est pas réversible. Tout simplement parce qu’après vasectomie, un grand nombre d’hommes fabriquent des anticorps contre leurs propres spermatozoïdes (car ils continuent à en produire, sans pouvoir les évacuer...) Et même quand on répare la section du déférent (du tube qui va du testicule à la prostate), l’homme n’a plus de spermatozoïdes à émettre. Donc, une vasectomie doit être considérée comme une méthode irréversible et définitive.
Où s’adresser ?

Dans un CH ou un CHU où exerce un urologue.
Et quels sont les coûts ?

Ca dépend des services, en fonction du type d’intervention qu’ils proposent. Il faut le demander au service auquel vous vous adressez.


- Comment décaler la période des règles sous pilule Lutéran 10 ?

Une question concernant Lutéran 10 : j’ai 44 ans, je le prends 21 jours puis j’arrête 7 jours et viennent mes règles. Ce mois-ci, je voudrais avancer mes règles ou les reculer. J’explique : j’ai besoin de 15 jours libres, alors vaut-il mieux les avancer et ne prendre Lutéran 10 que 14 jours et devancer l’appel des règles, ou bien au contraire le prendre 35 jours d’affilée et alors en retarder l’appel ? Pouvez-vous surtout me dire si je ne commets pas d’erreur d’un point de vue contraceptif, car je ne veux pas de grossesse.
S.

Le Lutéran 10 est un progestatif, qui est utilisé le plus souvent pour traiter les saignements utérins liés aux fibromes, mais peut aussi être utilisé comme contraception quand il est pris au moins 21 jours par mois.
Je pense plus simple (et plus sûr) de NE PAS arrêter votre Lutéran pendant les 15 jours dont vous avez besoin. Vous n’aurez pas de règles, et vous serez protégée. Il est possible cependant qu’au bout de 25 ou 30 jours d’affilée, vous ayez un "spotting" (des pertes peu abondantes, mais un peu persistantes). Ca n’est pas grave, mais il faut que vous soyiez prévenue, pour que ça ne vous inquiète pas. D’un point de vue général, moins on arrête sa contraception, plus c’est efficace.

Question : si vous êtes sous progestatif (le Lutéran en est un), pourquoi ne pas vous faire poser un DIU (stérilet) progestatif (Mirena), qui aura probablement pour effet de réduire vos règles au strict minimum (certaines patientes n’en ont pas du tout), et qui ne présente pas l’inconvénient des comprimés quotidiens ?

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé