logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

A la Une
- Pour un annuaire national des praticien.ne.s français.es pratiquant des stérilisations conformément à la loi
- Les DIU ("stérilets") provoquent-ils des GEU (grossesses extra-utérines) ? Mise au point.
- Pilule, cancer, tabac et âge des utilisatrices - quels sont les risques, exactement ?
- Femmes, genre et santé (brouillon de la conférence)
- Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")
- Refus de contraception : un témoignage de conséquences graves
- Le refus de contraception est un acte criminel !
- Une jeune femme peut choisir un DIU comme premier contraceptif !
- Ma cataracte
- La légende du DIU et des anti-inflammatoires

Contraception
- Dix idées reçues sur la contraception
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- J’ai arrêté ma contraception il y a quelques semaines et je ne suis toujours pas enceinte. Que se passe-t-il ?
- Diane 35 et ses génériques : le principal risque, c’est la grossesse non désirée...
- Comment s’y retrouver, parmi toutes ces pilules ?
- La pilule : Comment la prendre ? Que faire quand on l’oublie ? (version mise à jour)
- Pilule "Jasmine" : à ne pas utiliser n’importe comment !
- Peut-on tomber enceinte en prenant la pilule, sans l’avoir oubliée ?
- Pour prendre la pilule, examen gynécologique, examen des seins et prise de sang ne sont pas nécessaires...
- Tout ce que vous vouliez savoir sur les règles... sans jamais avoir osé le demander

Prévention
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- Contraception : Questions / Réponses 45
- Certains gynécologues français s’efforcent de réhabiliter les DIU
- Les règles : est-il "dangereux" de ne pas en avoir ? (Contraception : Questions/réponses 44)
- Cérazette et allaitement (Contraception : Questions / Réponses 41)
- Pilule et allaitement (Contraception : Questions / Réponses 40)
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Contraception : Questions / Réponses n° 36
- "Les inventeurs de maladies" -manoeuvres et manipulations de l’industrie pharmaceutique
- Contraception : Questions / Réponses 37

Santé
- Qu’est-ce qu’un patient "responsable" ? Qu’est-ce qu’un soignant respectueux ?
- Humbles réflexions d’un médecin généraliste sur l’IVG
- Santé : la fin du modèle français
- Que "vaut" une IVG ?
- "La santé en questions", une collection pour tous
- Une maladie méconnue : le trouble dysphorique du lundi matin (TDLM)
- L’avenir menaçant de l’industrie pharmaceutique
- Sélection des étudiants en médecine : comparaison entre France et Québec
- "Je viens encore bêtement de faire perdre 800€ à la sécu pour une connerie"
- Qu’est-ce que l’effet placebo ?

Contraception et gynécologie > DIU ("stérilet") >


Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
Article du 10 décembre 2013

article révisé et complété le 10.12.2013

Les femmes sans enfant peuvent utiliser un DIU (au Cu ou hormonal), quel que soit leur âge. Ce n’est pas une opinion personnelle, c’est une recommandation scientifique internationale. Les médecins français qui refusent un DIU aux femmes qui n’ont pas d’enfant, qu’elles aient 17 ou 37 ans, commettent une faute professionnelle. Je ne devrais pas avoir besoin de republier ce texte, mais je le fais parce qu’on me pose encore des questions à ce sujet. Le voici mis à jour avec des liens récents à l’appui de ce qui devrait être une évidence et une règle de bonne pratique, mais qui est encore un obstacle à l’accès de toutes les contraceptions par les femmes françaises qui le désirent.

La lutte continue.


- Qu’est-ce qu’un stérilet ?
- D’abord, le terme est mal choisi, car un stérilet, ça ne rend pas stérile, c’est seulement contraceptif ; on devrait appeler ça un " dispositif intra-utérin " (ou " DIU ") mais les mauvaises habitudes ont la vie dure. C’est un tout petit objet en plastique souple qui mesure environ 3 cm de long ; il a le plus souvent la forme de la lettre " T " et ses branches sont entourées de cuivre. Ce qui est contraceptif n’est pas la forme du stérilet, mais le cuivre, qui inactive les spermatozoïdes.

- Où s’insère le stérilet ?
- Dans l’utérus féminin, l’organe où se développent les grossesses.
- Combien de temps faut-il pour le mettre en place ?
- Trois secondes.
- Est-ce que ça fait mal quand on le pose ?
- Si le médecin n’est ni brutal ni pressé, s’il prend la peine de décrire préalablement la pose à la patiente et de répondre à toutes ses questions, non, ça ne fait pas mal.
- Est-ce qu’on le sent ensuite ?
- En principe, non. Une de mes collègues médecin dit qu’un DIU, c’est un "bijou pour l’utérus". On ne doit pas plus le sentir qu’une boucle d’oreille. Je ne compte pas les utilisatrices de stérilet qui me disent : " Quel confort ! Je n’ai plus besoin de penser à ma contraception ".
- Est-ce que c’est efficace ?
- Très ! Chez les utilisatrices de stérilet, la fréquence des grossesses accidentelles est inférieure à 1% (moins de 10 grossesses pour 1000 utilisatrices pendant un an), tandis que chez les femmes qui prennent la pilule, elle peut atteindre 8 % (80 grossesses pour 1000 utilisatrices pendant un an) !

- Pourquoi y a-t-il autant de grossesses sous pilule ?
- Pour diverses raisons, parmi lesquelles : 1° une pilule mal adaptée (qui n’endort pas l’ovulation) 2° une pilule inactivée par un autre traitement et surtout 3° parce qu’une femme n’est pas un robot et qu’elle peut oublier sa pilule. (Lire ici : "Que faire quand on oublie sa pilule ?").

Une contraception qu’on doit contrôler en permanence - c’est le cas de la pilule, qu’il faut prendre chaque soir, et du préservatif, qu’il faut enfiler avant chaque rapport sexuel - est toujours moins efficace qu’une contraception permanente, comme un DIU ou un implant contraceptif.

Donc, je résume : un DIU (stérilet), c’est petit, ça ne fait pas mal à insérer, on ne le sent pas une fois en place, c’est très efficace et en plus, c’est confortable, puisqu’on l’oublie. Bref, un mode de contraception idéal pour un très grand nombre de femmes. (Pas toutes, mais beaucoup, beaucoup.)

Alors, pourquoi dit-on qu’une femme qui n’a pas eu d’enfant ne peut pas en porter un ?

Eh bien, voyez-vous, la contraception par stérilet a commencé sa carrière en Amérique et en Angleterre à partir des années 50. Mais, jusqu’à la fin des années 70, on ne connaissait pas grand-chose aux maladies sexuellement transmissibles.

Et lorsque une femme qui portait un stérilet souffrait d’une infection de l’utérus et des trompes, on disait : " Ah, ben ça doit être à cause du stérilet ". Ces infections entraînaient parfois une stérilité. On a donc dit pendant longtemps : " Pas question de poser un stérilet à une femme qui n’a pas encore d’enfant ".

Mais depuis les années 70, les médecins anglais et scandinaves ont étudié la question de près. Et ils ont découvert que la cause essentielle des infections de l’utérus n’était pas du tout le stérilet mais... la multiplicité des partenaires sexuels. Plus y’a de partenaires, plus y’a de microbes qui se baladent, ça tombe sous le sens !

Plusieurs études ont même démontré qu’il n’y a pas plus de femmes stériles parmi les utilisatrices de stérilet que parmi les femmes n’en ayant jamais porté. Depuis plusieurs années, les Anglais ont donc cessé d’interdire le stérilet aux femmes sans enfants.

Depuis les recommandations de l’ANAES (agence nationale d’accréditation en santé) publiés en décembre 2004, en France, la pose de stérilet est officiellement agréée pour les femmes sans enfants. Malheureusement ces informations rassurantes ne semblent pas être parvenues jusqu’à toutes les facultés de médecine hexagonales et beaucoup de médecins continuent à véhiculer cet interdit injustifié.


DIU au cu ou DIU hormonal ?

Il n’y a pas de DIU "préférentiel" pour une femme sans enfant. C’est à elle de choisir. En Angleterre, depuis longtemps, les adolescentes ayant des règles abondantes et douloureuses (ce qui peut être un premier signe d’endométriose) se voient couramment proposer un DIU hormonal, dont il existe aujourd’hui une forme plus petite, adaptée aux femmes nullipares. Mais dans la plupart des cas, il est possible de poser un DIU Mirena à une femme de tout âge qui n’a jamais eu d’enfant (ni été enceinte).

Ce qui compte, c’est ce qu’elle en attend, non ce que le médecin en pense.

Note complémentaire à l’intention des médecins sceptiques (et de leurs patient(e)s : une des études à l’appui de cette chronique (N Engl J Med Vol. 345, pp. 561-567, August 23, 2001) conclut : " The previous use of a copper IUD is not associated with an increased risk of tubal occlusion among nulligravid women, whereas infection with C trachomatis is. "

Autrement dit : " L’utilisation antérieure d’un DIU au cuivre ne s’accompagne pas d’un risque accru d’occlusion tubaire (stérilité après infection des trompes) chez les femmes nullipares (n’ayant jamais eu d’enfant), contrairement à l’infection par Chlamydiae trachomatis (microbe responsable d’un grand nombre de stérilités par occlusion tubaire). "

Par ailleurs, les spécialistes de la contraception de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) affirment que :
- pour toutes les femmes âgées de plus de 20 ans, le DIU est une contraception parfaitement acceptable ;
- pour les femmes de moins de 20 ans, les avantages d’un DIU sont supérieurs à ses inconvénients, et ce, que la femme ait, ou non, déjà eu des enfants.

Depuis 2007 -www.choisirsacontraception.fr, site de l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation sanitaire, patronné par le ministère de la santé français, désigne clairement les DIU comme contraception de "première intention", c’est à dire comme première contraception de n’importe quelle femme, quel que soit son âge et qu’elle ait eu, ou non, des enfants. (Les contre-indications existent, mais elles ne sont liées ni à l’âge, ni à une grossesse antérieure).

Une fiche-patient de la revue Prescrire, qui fait autorité dans le monde médical français, précise également que le DIU est une méthode utilisable chez l’adolescente et la jeune femme sans enfant.

PAR CONSEQUENT, TOUT REFUS DE DIU NON JUSTIFIE PAR UNE CONTRE-INDICATION MEDICALE PRECISE ET LEGITIME EST UNE FAUTE PROFESSIONNELLE !!! (Un gynéco n’a pas à invoquer son "opinion personnelle" sur une méthode scientifiquement agréée pour vous la refuser, d’autant plus que vous êtes vous même informée. Son "opinion" ne justifie pas de vous empêcher à accéder à une méthode que vous choisissez librement.)

- Les lectrices et lecteurs intéressés peuvent se reporter à l’avis du Collège des Obstériciens et gynécologues américains (qui ne sont pas des fous dangereux en matière de risque sanitaire) et disent clairement que l’utilisation du DIU est sûre chez les adolescentes.

- On peut aussi télécharger sur le site de l’IPPF (International Planned Parenthood Federation) qui démolit les "mythes" sur le DIU.

- Si vous voulez vous faire poser un stérilet, lisez ici tout ce qu’il faut savoir pour ça

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé