logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


Juste après dresseuse d’ours - par Jaddo

Voir aussi :

Politique et citoyenneté
- L’usage de la parole - politique du « Winckler’s Webzine »
- Si cet enfant avait été entendu, la face du monde aurait été changée !
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- L’avenir menaçant de l’industrie pharmaceutique
- Sélection des étudiants en médecine : comparaison entre France et Québec
- Quand l’éducation nationale fabrique des handicapés…
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Réflexion sur l’euthanasie en France : de Jacques Ricot au Comité national d’Ethique
- Violence en « prime time »
- Les hommes et les femmes : des sites et des réflexions

Prévention
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")
- La légende du DIU et des anti-inflammatoires
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Comment s’y retrouver, parmi toutes ces pilules ?
- La pilule : Comment la prendre ? Que faire quand on l’oublie ? (version mise à jour)
- Pour prendre la pilule, examen gynécologique, examen des seins et prise de sang ne sont pas nécessaires...
- Contraception : Questions / Réponses 45
- Certains gynécologues français s’efforcent de réhabiliter les DIU
- Les règles : est-il "dangereux" de ne pas en avoir ? (Contraception : Questions/réponses 44)

Santé
- Qu’est-ce qu’un patient "responsable" ? Qu’est-ce qu’un soignant respectueux ?
- Humbles réflexions d’un médecin généraliste sur l’IVG
- Santé : la fin du modèle français
- Que "vaut" une IVG ?
- "La santé en questions", une collection pour tous
- Une maladie méconnue : le trouble dysphorique du lundi matin (TDLM)
- "Je viens encore bêtement de faire perdre 800€ à la sécu pour une connerie"
- Qu’est-ce que l’effet placebo ?
- J’irais pas me faire soigner par Francis Huster
- L’aide au suicide, un geste humain parfois nécessaire ?

Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... > La médecine, les patients, les soignants >


L’IVG à l’adolescence
par Philippe Faucher
Article du 14 novembre 2004

Philippe Faucher est gynécologue-obstétricien à l’hôpital Bichat à Paris.
Il nous a envoyé ce texte sur l’IVG chez l’adolescente, déjà mis en ligne sur d’autres sites, mais qui mérite d’être partagé avec - et de faire réagir - le plus grand nombre.

Je le remercie de sa contribution.
_MW

Si la grossesse aux âges jeunes n’est pas un phénomène inédit en soi, les récentes évolutions sociales et culturelles ont contribué à le rendre statistiquement marginal et à le faire émerger comme un problème social nouveau. Bien que le phénomène des grossesses survenant chez les adolescentes soit peu développé en France, il mobilise cependant beaucoup les pouvoirs publics et les professionnels.

Contrairement aux données disponibles sur cette question, la survenue d’une grossesse à l’adolescence est souvent présentée comme un fait préoccupant, notamment parce que la majorité de ces grossesses se terminent par une interruption volontaire de grossesse (IVG). L’augmentation du nombre des IVG chez les mineures est souvent relevée ; les données épidémiologiques sont donc précisées en premier lieu.

La nécessité d’une autorisation parentale pour avorter rendait parfois les démarches difficiles ; la modification récente de la loi sur l’IVG conduit à rapporter les changements concernant la situation des mineures. Bien souvent la survenue d’une IVG est interprétée comme un « échec de la prévention » en stigmatisant l’incapacité de gérer un « devoir contraceptif » particulièrement pesant à l’adolescence...

Les choses ne sont malheureusement pas si simples et un tour
d’horizon des facteurs psychologiques et sociaux impliqués dans la
survenue d’une IVG à cette période de la vie s’impose. Enfin les
éventuelles particularités techniques de l’avortement chez les
jeunes filles sont discutées.

A. ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES

Le nombre d’IVG pratiquées sur des mineures est assez délicat
à évaluer en 2003, les systèmes d’information actuels ne comportant
pas cette information et la DREES ne disposant pas de
chiffres fiables.

Par ailleurs cette dernière analyse des bulletins
statistiques remplis théoriquement lors de chaque IVG date de
1997 (2). Toutefois, une extrapolation des données laisse penser
qu’il y aurait environ 10 000 grossesses non désirées par an chez
les mineures, qui donneraient lieu à 6 700 IVG dont 5 à 10 %
sans consentement parental.

Chez les adolescentes, l’évolution entre 1980 et 1997 du
nombre d’avortements provoqués n’a pas suivi la baisse spectaculaire
du nombre des naissances vivantes (Tableau I). Le nombre de
naissances vivantes issues de mères mineures au moment de
l’accouchement est ainsi passé de 10 614 en 1980 à 4 170 en 1997.

(Pour lire l’intégralité du texte, cliquez sur l’icône "pdf" ci-dessous)

Ph. Faucher

.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé