logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


L’éthique dans les séries télé : une émission radio hebdomadaire en ligne sur Radio Créum

Voir aussi :

Odyssée
- Quel homme du XVIIIème siècle fut inventeur, homme d’état, diplomate, imprimeur et homme de presse, philosophe, météorologiste et humoriste ?
- Comment étudie-t-on le fonctionnement du cerveau ?
- A quoi sert de faire une chronique un lundi de Pâques ?
- Combien y a-t-il de versions des dix commandements ?
- Le papier va-t-il disparaître ?
- Qu’est-ce qu’une projection psychologique ?
- Monstre du loch Ness et poissons des profondeurs post-Tsunami
- Quelle difference y a-t-il entre le Nô et le Kabuki ?
- D’ou viennent les fantômes ?
- Pourquoi est-ce que ça s’appelle l’amérique ?
- LES CHRONIQUES DE FRANCE INTER DONT ON NE PARLERA JAMAIS SUR FRANCE INTER....

Radio et télévision > Odyssée >


Qu’est-ce que le rire ?
"Odyssée", 20 décembre 2002
Article du 8 novembre 2004

Nous savons peu de choses sur le fonctionnement du rire dans le cerveau, mais nous pouvons dire qu’il a des points communs avec le baillement, dont j’ai parlé précédemment : le rire est involontaire (il est difficile de rire vraiment sur commande), il est contagieux (souvenez-vous de ces boîtes à rire qu’on fabriquait dans les années 70 et qui se déclenchaient parfois n’importe où en provoquant une hilarité générale) et ce n’est pas un phénomène lié au langage, puisque le bébé humain rit bien avant de savoir parler, rien que si on lui fait « coucou ? ah, le voilà ! » en se cachant derrière une serviette.

On peut évidemment provoquer des rires artificiels, d’abord par le protoxyde d’azote, qu’on appelle gaz hilarant. On peut aussi provoquer le rire en stimulant le cerveau par une électrode, mais c’est nettement moins drôle... En réalité, le rire n’a pas été étudié par beaucoup de scientifiques. Mais il y en a un, tout de même, qui s’est penché sur le sujet de manière méthodique. Il se nomme Robert Provine et a consacré sa vie à ça. Et franchement, c’est pas triste. Il a enregistré des rires pour en étudier les sons et a démontré par exemple qu’un rire ça peut être hahahaha ou hohohoho, mais que ça n’est jamais hahohahohaho.

Il a découvert aussi que si on espace artificiellement les ha les uns des autres sur l’enregistrement pour les passer au ralenti : ha ha ha ha, l’auditeur reconnaît qu’il s’agit d’un rire, et, comme c’est contagieux, ça peut aussi le faire rire. Pareil si on passe l’enregistrement du rire à l’envers. L’éthologie - c’est à dire l’étude du comportement animal - nous apprend que des phénomènes de plaisir assimilables à une forme primitive de rire existe chez des mammifères inférieurs, très éloignés de l’homme. Des gloussements, des secousses et des tortillements de plaisir peuvent être provoqués chez le rat, en particulier. Comment ? Tout simplement en les chatouillant.

Evidemment, c’est chez le chimpanzé qu’on a le plus étudié le phénomène. Car ce singe rit à peu près dans les mêmes circonstances que l’être humain. Alors, Robert Provine s’est associé à une zoologiste pour étudier le rire des primates en chatouillant des chimpanzés. Les chimpanzés rient surtout au cours des contacts physiques (la lutte, les chatouilles) ou des poursuites. C’est celui qui est pourchassé qui rit le plus (d’ailleurs, si vous courez à petits pas derrière vos petits de trois à six ans en disant « J’vais t’attraper, j’vais t’attraper », vous verrez, ça marche aussi).

Robert Provine a bien sûr étudié des groupes humains (dans des fêtes, des restaurants, des lieux publics, etc.) pour rechercher ce qui les faisait rire. Il en a tiré quelques observations préliminaires intéressantes : la plus bizarre est que - statistiquement - les femmes rient plus que les hommes, mais que - toujours statistiquement - les hommes font plus rire que les femmes.

Contrairement à ce qu’on pense, le rire n’est pas toujours, et de loin, une réaction à un mot d’esprit ; il peut être déclenché par des choses tragiques, des phrases anodines ou des attitudes équivoques.

Personnellement, je n’ai jamais compris ce qui faisait rire ma mère dans la situation suivante : pendant longtemps, à mon anniversaire, elle m’a offert des chemises. Elle m’offrait toujours deux chemises - par exemple une bleue et une verte. Le lendemain, immanquablement quand elle me voyait arborer l’une des deux, elle me disait : « Pourquoi la verte, mon fils ? La bleue ne te plaît pas ? » En voyant ma tête, elle éclatait de rire.


Les publications de Robert Provine


IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé