logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

Contraception
- Dix idées reçues sur la contraception
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")
- J’ai arrêté ma contraception il y a quelques semaines et je ne suis toujours pas enceinte. Que se passe-t-il ?
- La légende du DIU et des anti-inflammatoires
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Diane 35 et ses génériques : le principal risque, c’est la grossesse non désirée...
- Comment s’y retrouver, parmi toutes ces pilules ?
- La pilule : Comment la prendre ? Que faire quand on l’oublie ? (version mise à jour)
- Pilule "Jasmine" : à ne pas utiliser n’importe comment !

Contraception et gynécologie >


Contraception : questions/réponses 08
Article du 17 octobre 2004

Cette semaine, voici les thèmes abordés :
- Efficacité des pilules progestatives
- Influence des méthodes de contraception sur la libido
- Contraception par DIU après césarienne(s)
- Et la méthode des températures, alors ?
- Apport de cuivre dans l’organisme lors du port d’un DIU au cuivre

Poser des questions sur la contraception : martin_winckler@yahoo.fr


Lire les questions-réponses précédentes


- Efficacité des pilules progestatives

Si l’on a jamais ses règles, comment se rendre compte de l’efficacité de la pilule progestative minidosée ? D’autant plus qu’elle présente plus de risques.
M.

D’abord, toutes les femmes ne sont pas en aménorrhée (absence de règles) avec une pilule progestative. Mais si elles le sont, c’est le plus souvent parce que la pilule a bloqué l’ovulation. Autrement dit : c’est quand les femmes sous pilule progestative n’ont plus de règles (et plus de signes évocateurs d’un cycle : pas de douleurs des seins, pas de crampes au moment « théorique » des règles) qu’elles sont le plus protégées. Quand les utilisatrices de pilules progestatives continuent à avoir des règles, la protection s’effectue essentiellement par l’épaississement des sécrétions du col de l’utérus, qui fait "barrière" au passage des spermatozoïdes.

Cette protection-là ne dure que 27 heures, d’où la nécessité de ne jamais oublier sa pilule (sauf si on n’a pas de rapports sexuels depuis plusieurs jours, auquel cas, évidemment, ça n’a pas grande importance).

A mon avis, à votre âge (grande fécondité potentielle), il vaut mieux recourir à une pilule estroprogestative genre Varnoline ou Cilest, les moins chères, qui seront plus efficaces qu’une pilule progestative et présentent moins de risques vasculaire que Diane ou Holgyème. Si vous voulez accroître l’efficacité et éviter un problème en cas d’oubli, il suffit de ne laisser passer que quatre (4) jours entre deux plaquettes, au lieu de sept (7).

Quels sont les effets secondaires de cette pilule, s’il y en a ?
M.

Essentiellement : le « spotting » ; des saignements intermittents, sans gravité, mais qui peuvent être fatigants s’ils sont trop répétés. Eventuellement, une augmentation de l’acné si vous en avez (d’où l’intérêt de prendre une pilule contenant des estrogènes, qui vont contrer l’acné).

A quoi correspondent les hémorragies qui surviennent lors de l’arrêt de la pilule oestroprogestative normodosée,puisque théoriquement l’endomètre (le tissu qui tapisse l’intérieur de l’utérus) ne s’est pas formé : la pilule est censée l’empêcher de se développer ?
M.

C’est vrai, mais il y a quand même un peu de développement de l’endomètre (sous l’effet de l’ ?strogène présent dans la pilule et de ceux que continue à fabriquer la femme) ; et c’est cet endomètre réduit (par les progestatifs) qui se détache lors de l’arrêt de la pilule, car il n’est plus stimulé par les ?strogènes. De fait, la plupart des femmes sous pilule ont moins de règles que sans pilule. Certaines n’ont pas de règles du tout ou très, très peu.

J’aimerais ne pas prendre de kilos et garder une libido normale (elle a baissé depuis un mois, mais peut-être est-ce l’approche de mes concours..). J’ai aussi constaté que la lubrification vaginale se faisait moins bien est-ce lié ?
M.

C’est un effet de l’hormone « spécifique » de Diane : l’acétate de cyprotérone. Raison de plus pour en changer. La baisse de la libido peut être aussi en partie due à ça... et à votre concours !

- Influence des méthodes de contraception sur la libido

Ma gynéco vient de ma prescrire l’anneau contraceptif, car ma pilule (varnoline puis cycleane 20) avait complètement inhibée ma libido. J’ai arrête la pilule quelque mois, et ai pu constater une remontée spectaculaire de ma libido.
Est ce que je risque de retrouver ce même effet secondaire avec l’anneau ?
C.

Il est très possible (mais je ne peux pas vous l’affirmer) que vous ayez le même effet secondaire, car certaines femmes sont très sensibles aux hormones, même en quantité très faible comme c’est le cas de l’anneau. En effet, pour pouvoir agir (en bloquant l’ovulation), les hormones de l’anneau passent dans le sang. Et vont jusqu’au cerveau. Et bloquent l’ovulation. Et peuvent donc aussi donner une baisse de la libido. Alors je serais tenté de vous dire : essayez. Si votre libido est également inhibée par l’anneau, elle le sera probablement par toutes les méthodes hormonales (qui contiennent toutes des progestatifs, l’hormone qui inhibe la libido).

Vous pouvez cependant opter de vous faire poser un DIU (stérilet) au cuivre, qui n’a aucun effet sur la libido. Vous pouvez le faire même si vous n’avez jamais eu d’enfant. La difficulté ne réside pas dans le fait de le poser, mais dans le fait de trouver quelqu’un qui accepte de le faire (80 % des gynécos français sont contre, sans raison scientifique valable). Mais si vous choisissez cette méthode, je peux vous aider à trouver des médecins qui le font couramment dans votre secteur .

- Contraception par DIU après césarienne(s)

Suite à deux grossesses, pendant lesquelles j’ai développé une toxémie gravidique, dont la seconde a obligé les médecins a provoquer une naissance prématurée de ma fille à 28 semaines, le gynécologue me déconseille la pose d’un stérilet du fait que mon utérus a été césarisé deux fois, dont une à 28 semaines de grossesse.
Il m’a prescrit une pilule compatible avec mon problème d’hypertension, "
Cérazette", je la prend depuis 2 mois. Les effets secondaires, ou du moins ce que je pense être des effets secondaires (maux de tête, blues, irritabilité) m’incitent à souhaiter une autre contraception, notamment le stérilet, qu’en pensez-vous ?
F.

Le DIU (stérilet) n’est nullement contre-indiqué après une césarienne, il s’agit d’une idée reçue. J’en ai posé à de nombreuses patientes qui en avaient eu une par le passé. Les césariennes sont solidement recousues, et peuvent supporter une grossesse ultérieure (c’est déjà votre cas). On ne voit pas comment un DIU, qui fait 3 cm et est en plastique, pourrait être dangereux !
Il n’y a donc aucune raison (sinon une peur irrationnelle du gynécologue...) pour qu’on ne puisse pas vous en poser un.

Je dirais même que ce sera préférable compte tenu de votre hypertension car aucun des deux types de DIU (au cuivre ou hormonal) n’aura d’interaction avec votre hypertension ou vos médicaments.

- Et la méthode des températures, alors ?

Vous ne parlez jamais de la méthode naturelle de contraception des naissances : observation de la glaire cervicale + température. C’est une méthode qui pour un couple stable, marié, me semble assez intéressante, elle favoriserait le dialogue, éviterait que la relation amoureuse soit banalisée, et éviterait que l’on soit pleine d’hormones ! Elle favoriserait la conception d’un enfant puisque la femme se connaît bien, sait quand elle va ovuler.
Je trouve que les femmes ne se connaissent pas assez, elles n’ont aucune idée de leur cycle et ce qu’il s’y passe. En savez-vous plus sur cette méthode dont me parle une amie et finalement très "bio" ?
D.

J’en parle en détail dans le ContraceptionS Mode d’emploi. Et je ne considère pas cette méthode comme nulle et non avenue, au contraire ! Comme vous, je pense que c’est une méthode parfaitement acceptable pour les couples qui la choisissent en connaissance de cause. Mais sur le site, je réponds aux surtout aux questions les plus fréquentes, celles des utilisatrices de méthodes hormonales et de DIU. Il m’est difficile de mettre tout le livre en ligne...

- Apport de cuivre dans l’organisme lors du port d’un DIU au cuivre

Après avoir utilisé un diaphragme pendant plusieurs années, je commence à le trouver contraignant et envisage de passer au DIU. Simplement, j’ai tendance à être chroniquement carencée en fer et magnésium (je dois faire "une cure" de supplémentation chaque année), et je me demande quel est l’effet du supplément de cuivre introduit dans l’organisme par le biais du stérilet. N’y a t’il pas un risque d’anémie ferriprive, ou de carence en zinc, manganèse, magnésium et vitamine B6 qui serait induit par un excès de cuivre, étant précisé que je suis sujette au stress ?
V.

A priori, l’apport en cuivre d’un DIU est infime (on n’a pas observé d’intoxication ou d’excès de cuivre chez les utilisatrices depuis qu’on utilise ce type de DIU, c’est à dire au moins 30 ans...) Aucun autre effet sur les oligo-éléments n’a été observé. Une anémie en fer est possible si les règles sont abondantes, mais elle peut être compensée par la prise de fer un mois par an... ou par la prise d’ibuprofène pendant les règles (ça les raccourcit) ou encore par la pose d’un DIU hormonal (qui n’a que des effets contraceptifs locaux et réduit souvent les règles à leur plus simple expression, voire les fait disparaître complètement...). Vous serez plus en sécurité et aurez moins de souci avec un DIU qu’avec un diaphragme : le confort est bien meilleur (ce sont les anciennes utilisatrices de diaphragme qui le disent...)

Lire toutes les questions-réponses sur la contraception


Pour poser des questions sur la contraception :
martin_winckler@yahoo.fr


Merci à Violette Moriarty d’avoir préparé cette page.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé