logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

Contraception
- Dix idées reçues sur la contraception
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")
- J’ai arrêté ma contraception il y a quelques semaines et je ne suis toujours pas enceinte. Que se passe-t-il ?
- La légende du DIU et des anti-inflammatoires
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Diane 35 et ses génériques : le principal risque, c’est la grossesse non désirée...
- Comment s’y retrouver, parmi toutes ces pilules ?
- La pilule : Comment la prendre ? Que faire quand on l’oublie ? (version mise à jour)
- Pilule "Jasmine" : à ne pas utiliser n’importe comment !

Prévention
- Pour prendre la pilule, examen gynécologique, examen des seins et prise de sang ne sont pas nécessaires...
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- Contraception : Questions / Réponses 45
- Certains gynécologues français s’efforcent de réhabiliter les DIU
- Les règles : est-il "dangereux" de ne pas en avoir ? (Contraception : Questions/réponses 44)
- Cérazette et allaitement (Contraception : Questions / Réponses 41)
- Pilule et allaitement (Contraception : Questions / Réponses 40)
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Contraception : Questions / Réponses n° 36
- "Les inventeurs de maladies" -manoeuvres et manipulations de l’industrie pharmaceutique

Contraception et gynécologie >


Contraception : questions/réponses 07
Article du 11 octobre 2004

Vous êtes nombreuses à m’écrire pour me poser des questions sur la contraception. J’essaie de répondre au plus grand nombre possible de messages. Désormais, une fois par semaine, plusieurs de ces échanges seront postés sur le site afin que tous les visiteurs du site puissent les partager et, à leur tour, réagir par leurs questions ou leurs contributions.


Pour poser des questions sur la contraception :
martin_winckler@yahoo.fr


Lire les questions-réponses précédentes


Cette semaine, voici les thèmes abordés :

- Peut-on prendre la pilule en continu pendant deux mois (Trinordiol)
- Le DIU ("stérilet") est-il abortif ?
- Pose d’un implant sans accord parental.
- - Risque de grossesse sous Nova T - Comment vérifier qu’un DIU est toujours en place ?


Peut-on prendre la pilule en continu pendant deux mois (Trinordiol)

J’ai 32 ans et je prends la pilule (trinordiol) depuis 10 ans environ et ce, sans aucun problème ou oubli. J’ai commencé une nouvelle plaquette il y a deux semaines et j’aurais exceptionnellement aimé ne pas avoir mes règles à la fin de celle-ci.
Je me suis donc précipitée sur l’un de vos articles stipulant que l’on pouvait prendre une pilule en continu mais pourriez-vous m’expliquer (en langage profane !) pourquoi les triphasiques sont moins adaptées à cela et sur quelle durée s’étalent les spotting occasionnés par cette prise ? D’autre part, après une prise de 2 plaquettes consécutives, puis-je m’arrêter 7 jours pour une reprise "normale " de ma contraception sans risque de grossesse ?

Mon gynécologue étant en congés, je me suis tournée vers mon MG qui m’a sermonnée et culpabilisée à propos de cette demande (la 1ère en 10 ans !) et n’a pas su m’expliquer en quoi la prise en continu sur 2 mois serait si néfaste...
A.

Quand on prend une pilule "monophasique" (dont les comprimés sont tous identiques), ne pas arrêter ne pose aucun problème. Quand on prend une pilule bi ou triphasique (avec deux ou trois dosages différents, ce qui est le cas de Trinordiol), on peut aussi ne pas arrêter, mais la variation de dose entre les derniers comprimés d’une plaquette et les premiers de la plaquette suivante peut s’accompagner d’un "spotting" (saignement peu important, mais parfois long et gênant). Ce ne sont pas des règles, mais saignoter plusieurs jours d’affilée, ça peut être très enquiquinant.

En ce qui vous concerne, le plus simple consiste à enchaîner la seconde plaquette en omettant de prendre les cinq premiers comprimés. Autrement dit : quand vous aurez fini le dernier comprimé (jaune) de Trinordiol, passez le lendemain au sixième comprimé (blanc) de la plaquette suivante, sans prendre les comprimés brique. En faisant ça, vous ne devriez pas, en principe, avoir de saignements. Ce n’est pas tout à fait prendre deux mois de pilule à la suite (seulement 21 + 15 comprimés), mais ça devrait vous permettre de ne pas avoir des règles à la date qui vous soucie.

Il n’y a aucun inconvénient (en dehors du spotting possible) ni aucun danger pour la santé à enchaîner plusieurs plaquettes successives . Les Américains viennent de commercialiser une pilule qui se prend 3 mois d’affilée... Vous devriez conseiller à votre médecin la lecture de Contraceptions Mode d’Emploi ; ou, s’il manque de temps pour aller l’acheter, la visite de mon site à la page où figure l’article : http://www.martinwinckler.com/article.php3?id_article=69 ou la page suivante du site Gyneweb : un site de gynécologues (qui ne sont pas tous des adeptes de mon livre, loin s’en faut, mais qui ont les mêmes sources...) : http://www.gyneweb.fr/sources/contraception/pilule_op-prat.htm

Bien sûr, après cette prise continue, vous pouvez arrêter sans problème. En fait, vous pouvez toujours arrêter votre pilule sans problème, à condition de ne pas l’arrêter plus de 7 jours (c’est le délai de reprise de l’ovulation)... si vous ne voulez pas être enceinte.

Le DIU ("stérilet") est-il abortif ?

Vous semblez être plus que favorable au stérilet, selon vous on a vraiment l’impression que c’est le moyen idéal de contraception. Cependant, vous n’expliquez pas son fonctionnement, s’il ne bloque pas l’ovulation -comme le fait la pilule et autres implants-, il y a donc fécondation, donc avortement précoce ?
Est-ce que je me trompe ?
D.

Oui, vous vous trompez. Le DIU au cuivre est spermicide : le cuivre tue les spermatozoïdes AVANT la fécondation. Le DIU hormonal épaissit les sécrétions du col (l’entrée de l’utérus) et empêche le passage des spermatozoïdes ; chez certaines femmes, il bloque aussi l’ovulation. Donc, les DIU ne sont pas abortifs. Cela aussi, c’est démontré par une expérience simple : les anglais ont fait des prélèvements juste après (le lendemain) d’un rapport sexuel non protégé dans l’utérus de femmes porteuses de DIU et de femmes n’en portant pas. Chez les non-utilisatrices de DIU, ils trouvent des spermatozoïdes ; chez les utilisatrices de DIU, ils n’en trouvent pas : ils ont été détruits ou n’ont pas passé le col. CQFD.

L’idée du DIU "abortif" remonte aux théories initiales du DIU, datant d’avant les années 60 : on supposait qu’il s’agissait d’une méthode abortive. Si elle l’était, il n’y aurait pas de grossesse sur DIU ! Or, il y en a, d’autant plus que le DIU est pauvre en cuivre. Le Nova T, qui est encore malheureusement souvent posé, ne contient que 200 mm2 de cuivre (contre 380 mm² pour les DIU plus récents) et le nombre de grossesse atteint 6 % (contre 0,5 % pour les autres). Il existe même des DIU sans armature (un fil entouré de cuivre) très efficaces... parce que c’est le cuivre, et non la présence du DIU qui est contraceptive. D’ailleurs, les DIU qui ne contenaient pas de cuivre, et qui étaient très volumineux, étaient bien moins efficaces (alors que si le procédé était abortif, ils auraient dû l’être autant...)

Téléchargez un document de consensus international sur les DIU

- Pose d’un implant sans accord parental.

Je suis enseignante en SVT dans un collège de Créteil et une de mes élèves (15 ans) voudrait savoir si elle peut se faire poser un implant sans l’accord de ses parents.(Elle aura l’année prochaine son propre compte de sécurité sociale étant donné qu’elle intégrera un CFA)
F.

La réponse est oui : la délivrance d’une contraception n’est pas liée à l’accord parental (pas plus que la pilule ou l’IVG...). Si elle veut se le faire poser gratuitement, il suffit qu’elle s’adresse à un centre de planification public (dans l’hôpital le plus proche) ou à une antenne locale du Planning Familial. A priori, il ne devrait pas y avoir de problème... Si les médecins qui y exercent ne sont pas trop frileux. Mais de toute manière, légalement, rien ne peut s’y opposer.

- Risque de grossesse sous Nova T
- Comment vérifier qu’un DIU est toujours en place ?

Je me suis fait poser un stérilet, le Nova T, il y a tout juste 4 mois. Le mois suivant l’installation, j’ai eu un retard de 10 jours. Par la suite, c’était trois jours, pas beaucoup plus, mais ce mois-ci je suis rendue à 11 jours de retard. Je voulais savoir quels sont les risques de grossesse avec ce stérilet.
J’ai lu sur Internet que ce n’était pas un très bon stérilet.

Est-ce qu’il y a une façon de savoir si le stérilet s’est décroché ? Est-ce que le stérilet peut être décroché si les fils sont toujours là ?
J’ai deux filles de 19 mois et 6 mois, alors je ne suis pas prête à avoir un autre enfant. Donc je voudrais savoir. Si Nova T n’est pas fiable, je préfère me le faire retirer.
V.

Avec un DIU (stérilet) au cuivre, les règles viennent... comme elles le feraient sans aucune contraception. Si vous preniez la pilule auparavant, elles étaient forcément régulières et rythmées par la pilule. Mais avec un DIU, elles peuvent venir avec quelques jours d’avance ou de retard.

Le Nova T est actuellement le moins recommandé des DIU : son efficacité est moins bonne que celle des autres (même s’il ne bouge pas). Si vous ne voulez pas d’autres grossesses, faites-le changer . Le DIU de référence (le plus efficace, d’après les enquêtes faites dans le monde entier) s’appelle (en France) le TT 380 (laboratoires CCD).

Comment savoir si un DIU s’est déplacé ? En vérifiant si le fil est bien présent, sur le col de l’utérus. Il faut vous savonner les mains, puis poser un pied sur une chaise, glisser l’index et le majeur ensemble dans le vagin, vers l’arrière (et non vers le haut), et vous sentirez au fond du vagin, avec le majeur (qui est le doigt le plus long) quelque chose de ferme, comme le bout du nez. Si vous sentez les fils rouler dessus (c’est du nylon), votre DIU est toujours en place. Si vous ne les sentez pas, consultez votre médecin. Il vous examinera et, dans le doute, vous fera, le cas échéant, passer une échographie pour vérifier que le DIU est toujours en place. Et si vous avez un retard de règles de plus de 15 jours, faites un test de grossesse.


Lire les questions-réponses suivantes


Lire toutes les questions-réponses sur la contraception


Pour poser des questions sur la contraception :
martin_winckler@yahoo.fr

(Merci à Violette Moriarty d’avoir préparé cette page)

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé