logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

Contraception
- Dix idées reçues sur la contraception
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")
- J’ai arrêté ma contraception il y a quelques semaines et je ne suis toujours pas enceinte. Que se passe-t-il ?
- La légende du DIU et des anti-inflammatoires
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Diane 35 et ses génériques : le principal risque, c’est la grossesse non désirée...
- Comment s’y retrouver, parmi toutes ces pilules ?
- La pilule : Comment la prendre ? Que faire quand on l’oublie ? (version mise à jour)
- Pilule "Jasmine" : à ne pas utiliser n’importe comment !

Contraception et gynécologie > Préservatifs et contraception d’urgence >

Bon à savoir !
Contraception d’urgence : deux méthodes très efficaces
Article du 19 avril 2005

Un rapport sexuel non protégé, ça peut arriver n’importe quand : à l’adolescence en tout début de sexualité, la première fois, ou l’une des premières fois, par manque d’expérience ; mais aussi à l’âge adulte, de manière imprévisible, par absence, erreur ou incident de contraception. La contraception d’urgence permet de se rattraper. Description des deux méthodes efficaces.


Dans quelles circonstances doit-on envisager d’utiliser une contraception d’urgence ?

- rapport sexuel non protégé (sans préservatif) à n’importe quel moment du cycle (car il n’y a pas de moment « sans risque de grossesse »)
- rapport sexuel avec préservatif ayant glissé ou craqué (Lire un article sur l’efficacité contraceptive du préservatif
- rapport sexuel dans la semaine qui précéde ou dans la semaine qui suit un oubli de pilule survenu en début de plaquette : ce sont en effet les oublis pendant les sept premiers jours d’une plaquette qui sont le plus susceptibles d’entraîner une grossesse.

Lire « La pilule, comment la prendre, comment faire en cas d’oubli »

Quelles sont les méthodes de contraception d’urgence ?

- 1° la contraception d’urgence hormonale.

La méthode recommandée est la contraception par progestatif seul (lévonorgestrel vendu sous la marque Norlevo), en vente libre en pharmacie partout en France. Il est recommandé aux femmes et/ou couples qui ont des relations sexuelles avec préservatifs d’acheter une boîte de Norlevo d’avance, et de la ranger avec les préservatifs.

Norlevo peut être délivrée gratuitement aux mineures, de manière anonyme, dans les pharmacies, les centres de planifications publics (hôpital) ou privés (Planning familial) et dans les infirmeries scolaires (collèges et lycées). Note : le refus de délivrance de Norlevo par un pharmacien est illégal.

La contraception d’urgence par progestatif seul (Norlevo) est très efficace, très bien toléréé et sans danger, contrairement à la méthode par estro-progestatifs, qui consistait autrefois à prendre par exemple 4 comprimés de Stédiril et qui est commercialisée aujourd’hui sous le nom de Tétragynon. Alors que Tétragynon peut entraîner des troubles vasculaires sérieux (phlébite) chez certaines femmes prédisposées, Norlevo ne provoque aucun effet secondaire grave ; Norlevo n’a donc aucune contre-indication (autrement dit : toute femme peut la prendre). Elle est cependant inefficace si une grossesse a déjà commencé.

La contraception d’urgence hormonale n’est pas efficace à 100 %. Elle est d’autant plus efficace qu’elle est utilisée au plus tôt après le rapport non protégé. La fraction des grossesses prévenues par progestatif seul (Norlevo) est de 95 % lorsque qu’elle est prise dans les 24 h qui suivent le rapport non protégé, et diminue (58 %) lorsqu’elle est réalisée entre 48 et 72 h après. Son efficacité diminue encore avec le temps, mais elle peut être prise tout de même jusqu’à 5 jours après le rapport sexuel non protégé. Au-delà, il est recommandé d’envisager la pose d’un DIU (« stérilet ») comme contraception d’urgence (voir 2° ci-dessous).

Jusqu’à fin 2004, chaque boîte de Norlevo contenait deux comprimés se prenant de la manière suivante : 1 comprimé dès que possible ; 1 autre comprimé 12 heures après.
Une étude de l’OMS a montré que l’efficacité était la même si la femme prend les deux comprimés en même temps. Aujourd’hui, la boîte de Norlevo ne contient plus deux comprimés, mais un seul (qui contient deux doses). La prise de Norlevo est donc très simple : un comprimé (le seul que contient la boîte) le plus tôt possible après le rapport sexuel non protégé.

Que peut-il se passer après la prise de Norlevo :
- il arrive que certaines femmes aient des saignements (évoquant des règles, mais qui ne sont pas les règles naturelles de la femmes), dans les 5 à 10 jours qui suivent la prise de la contraception d’urgence
- d’autres symptômes sont possibles dans les 2 ou 3 jours suivant la prise, mais ils sont peu fréquents et peu importants : nausées (20 % des cas), vomissements (5 % des cas), fatigue (20 % des cas), maux de ventre (15 à 20 % des cas), maux de tête (15 à 20 % des cas), vertiges (10 à 15 % des cas), gonflement des seins (10 à 15 % des cas) et de spotting (petits saignements vaginaux, dans moins de 5 % des cas).

Après l’utilisation d’une contraception d’urgence par Norlevo, il est recommandé :
- de reprendre sa méthode habituelle (pilule) en utilisant EN PLUS des préservatifs pendant les 7 jours qui suivent la prise de Norlevo

- en l’absence de contraception par pilule, d’utiliser des préservatifs jusqu’à la fin du cycle en cours et de consulter un médecin pour qu’il vous propose une contraception permanente :
- une pilule,
- un DIU (« stérilet »),
- ou un implant contraceptif

- de réaliser un test de grossesse si les règles ne surviennent pas dans les 5 à 7 jours après la date attendue.

- 2° La contraception d’urgence par DIU (dispositif intra-utérin ou « stérilet »)

Après un rapport sexuel non protégé, la pose d’un DIU au cuivre est une méthode extrêmement efficace (moins de 0,2 % de grossesse, soit 2 grossesses pour 1000 utilisatrices, quel que soit le moment du cycle)
Il est possible de poser un DIU jusqu’à 5 jours après la date théorique de l’ovulation (19e jour du cycle habituel). Le DIU au cuivre est donc la méthode la plus efficace, et celle qu’on peut utiliser le plus tard après un rapport non protégé.
Avantage : il sert ensuite de contraception permanente ;
Inconvénient : il doit être posé par un médecin.

Quel DIU se faire poser ?
- une femme n’ayant jamais eu d’enfant doit demander qu’on lui pose, le plus facile à insérer : le DIU au cuivre « UT 380 short » ; (oui, il est parfaitement possible de se faire poser un DIU quand on n’a pas d’enfant : Lire l’article qui l’explique)
- pour une femme ayant déjà été enceinte et accouché, le DIU au cuivre de référence est le « TT 380 » (Lire l’article sur l’efficacité des différents DIU
Attention : le DIU hormonal Mirena ne peut pas être utilisé en contraception d’urgence.

Quels sont les effets secondaires de la pose d’un DIU en urgence ?
S’il est correctement posé par un médecin qui en a l’habitude, ils sont peu nombreux : saignements légers pendant les heures qui suivent la pose ; crampes (similaires aux douleurs des règles) calmées par les anti-inflammatoires (ibuprofène en vente libre en pharmacie, 400 mg, trois ou quatre fois par jour)

Combien de temps peut-on garder un DIU posé en urgence ?
Pratiquement aussi longtemps qu’on veut : le UT 380 peut être gardé au moins 5 ans (et probablement plus) ; aux USA, le TT 380 est agréé pour être laissé en place 12 ans ! ! !

Peut-on le faire enlever n’importe quand ?
Oui.

Un DIU est-il une méthode abortive (qui provoque un "mini-avortement" ?
Non. Je l’explique en détail dans un autre article.


Illustration : Les différents types de DIU au cuivre disponibles en Europe. Ceux qui de par leur efficacité démontrée devraient être utilisés préférentiellement (comme contraception d’urgence ou permanente) sont :
- chez les femmes sans enfant, le UT 380 forme « short » ;
- chez les femmes ayant déjà mené une grossesse à terme : le TT 380 ou le Gynéfix.

Mais ce dernier, disponible et très utilisé en Angleterre et ailleurs en Europe, n’est malheureusement plus distribué en France faute de médecins l’ayant adopté ; les gynécologues hexagonaux s’obstinent en revanche à poser le Nova T 200, le DIU le moins efficace au monde, actuellement !


Si vous avez des questions ou des témoignages sur la contraception d’urgence, écrivez-moi : martin_winckler@yahoo.fr

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé