logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


L’éthique dans les séries télé : une émission radio hebdomadaire en ligne sur Radio Créum

Voir aussi :

Odyssée
- Quel homme du XVIIIème siècle fut inventeur, homme d’état, diplomate, imprimeur et homme de presse, philosophe, météorologiste et humoriste ?
- Comment étudie-t-on le fonctionnement du cerveau ?
- A quoi sert de faire une chronique un lundi de Pâques ?
- Combien y a-t-il de versions des dix commandements ?
- Le papier va-t-il disparaître ?
- Qu’est-ce qu’une projection psychologique ?
- Monstre du loch Ness et poissons des profondeurs post-Tsunami
- Quelle difference y a-t-il entre le Nô et le Kabuki ?
- D’ou viennent les fantômes ?
- Pourquoi est-ce que ça s’appelle l’amérique ?
- LES CHRONIQUES DE FRANCE INTER DONT ON NE PARLERA JAMAIS SUR FRANCE INTER....

Politique et citoyenneté
- L’usage de la parole - politique du « Winckler’s Webzine »
- Si cet enfant avait été entendu, la face du monde aurait été changée !
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- L’avenir menaçant de l’industrie pharmaceutique
- Sélection des étudiants en médecine : comparaison entre France et Québec
- Quand l’éducation nationale fabrique des handicapés…
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Réflexion sur l’euthanasie en France : de Jacques Ricot au Comité national d’Ethique
- Violence en « prime time »
- Les hommes et les femmes : des sites et des réflexions

Séries télévisées
- Les téléfictions sont plus libres, plus engagées, plus subversives que les émissions d’actualité
- Les Séries TV et le Soap Opera
- L’école de médecine
- "Boomtown" : De la vérité comme puzzle
- J’irais pas me faire soigner par Francis Huster
- La télévision française est d’une extrême vulgarité
- "Friends " : une encyclopédie exhaustive... et en français
- De la formation des soignants aux séries télévisées
- Les Miroirs Obscurs - Grandes séries américaines d’aujourd’hui
- Les miroirs de la vie
- Les séries TV et le soap opera - Conférence en ligne

Radio et télévision > Odyssée >


Comment reconnaît-on la violence et la pornographie ?
29 octobre 2002
Article du 23 septembre 2004

Au début de l’été 2002, le ministre de la culture et de la communication [1] a confié à Blandine Kriegel, professeur de philosophie politique, la présidence d’une une commission dont la mission était d’étudier : « l’impact de la violence et de la pornographie à la télévision sur le public et les jeunes ». On est content d’apprendre que les jeunes, c’est pas du public et que le public, c’est pas jeune

En août 2002 Mme Kriegel déclarait à peu près au Monde : Le problème est assez simple, c’est celui du conflit d’intérêt entre, d’un côté, les chaînes et de l’autre, les associations de familles qui dénoncent les spectacles violents et pornographiques à la télévision.

Mais qui fait donc partie de la commission Kriegel ? Rien moins que trente-huit experts, dont quatre médecins (un pédiatre, un pédopsychiatre, un psychanalyste et - on se demande pourquoi - une gynécologue), six journalistes de la presse écrite (dont deux du Figaro), cinq hauts fonctionnaires ou assimilés, trois journalistes de l’audiovisuel, trois magistrats, trois avocats, trois éditeurs, et une comédienne sans autre compétence que celle d’interpréter Julie Lescaut (et je dis compétence sans trop séparer les syllabes, parce que je suis poli).

En revanche, la commission Kriegel comprend un (et un seul), auteur d’oeuvres audiovisuelles - en l’occurrence Maurice Frydland, réalisateur, honnête homme et président du groupe de professionnels 25 Images - aucun représentant des associations de téléspectateurs et aucun « jeune » ! C’est bizarre. La violence et la pornographie télévisuelles seraient donc beaucoup trop éprouvantes pour que les professionnels qui produisent les images, les familles courroucées et les jeunes victimes soient les bienvenus dans cette commission.

Qu’est-ce qu’elle fait donc, cette commission ? C’est très mystérieux mais sa première réunion a démarré par le visionnage d’un montage de scènes violentes enregistrées à la télévision pendant une semaine-type, et choisies par une sociologue des médias. Qu’y avait-il dans cette cassette qui puisse faire frémir d’horreur les membres de la commission ? On ne sait pas. Mais c’était tellement violent qu’ils en sont restés sans voix. C’est étrange. Il paraît qu’ils ont mal supporté les extraits d’Highlander, vous savez, la série de M6. Pourtant - je la regarde régulièrement - il n’y a pourtant pas de quoi en perdre la tête.

Qui auditionne-t-elle, cette commission ? Eh bien, surtout des gens comme elle : des médecins, des magistrats, des directeurs de chaînes et bien sûr le président du CSA, Dominique Baudis, qui ne rate jamais l’occasion de dire qu’il veut interdire les films pornos, chaque fois qu’il entre ou qu’il sort de quelque part - du CSA, des commissions, des cocktails... C’est singulier.
L’association de téléspectateurs Les pieds dans le PAF a obtenu à grand-peine d’être auditionnée par la commission mais vraiment en insistant beaucoup.

Moi aussi, j’aimerais bien être auditionné : j’ai des choses à lui dire, à la commission. Par exemple, je pourrais lui dire qu’hier soir (28 octobre 2002), tous les quart d’heure sur LCI, j’ai vu des cadavres de Tchétchènes déchiquetés et des corps de victimes des gaz - ça s’appelle des informations.
Sur TV5, j’ai vu un type tromper sa femme avec sa voisine, et j’ai vu les deux amants se suicider ensemble en pleine partie de jambes en l’air - ça s’appelle La femme d’à côté, de François Truffaut.
Sur Eurosport, j’ai vu deux types se taper sur la gueule, et ils saignaient. Ça s’appelle un match de boxe.
Et sur toutes les chaînes ou presque, j’ai vu des femmes se foutre à poil et des hommes les reluquer. Ça s’appelle de la pub.

Alors, j’aimerais bien leur demander à tous ces messieurs-dames de jeter un coup d’œil au petit écran et de me dire où, exactement, en toute sincérité, ils voient de la violence et de la pornographie à la télévision ? Mais peine perdue : les membres de la commission Kriegel sont si choqués qu’ils s’interdisent de regarder la télévision. Vous comprenez, ça pourrait les faire réfléchir. Et ça, ce serait vraiment beaucoup trop violent  !

Pour information, voici la composition de la commission Kriegel :
- Jean Bauberot, Président de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes
- Muriel Beyer Directrice Littéraire aux Editions Plon
- Jacques Billard,Professeur de philosophie à Paris I
- Sophie Body-Gendrot, Professeur en Sciences politiques
- Jean-François Burgelin, Procureur général près de la Cour de Cassation
- Danièle Burguburu, Conseiller d’Etat
- Monique Canto-Sperber, Directrice de Recherches au CNRS
- Hervé Chabalier, Président Directeur Général de l’Agence CAPA
- Arlette Chabot, Journaliste à France Télévisions
- Alain Chastagnol, Directeur aux Editions Hachette
- Christine Clerc, Journaliste au Figaro
- Julien Cohen-Solal, Pédiatre
- Noël Copin Président de Reporters sans Frontières, Journaliste
- Marielle David, Pédopsychiatre
- Jean-Baptiste De Foucault, Commissariat général au Plan
- Anne De Kervasdoué, Gynécologue
- Marie-Christine De Percin, Avocate
- Véziane De Vézins, Journaliste au Figaro
- Sylvie Delassus, Directrice aux Editions Robert Laffont
- Carole Desbarats, Directrice de la FEMIS
- Chantal Didier, Journaliste à l’Est Républicain
- Hélène Fatou, Membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel
- Divina Frau-Meigs, Professeur de Sociologie à l’Université d’Orléans
- Maurice Frydland, Président du Groupe 25 images
- Véronique Genest, Comédienne
- Ariel Goldmann, Avocat
- Jean-Claude Guillebau, Journaliste au Nouvel Observateur
- Jacky Guindet, Documentaliste à la Documentation Française
- Jean-Yves Monfort, Président de la 1ère Chambre d’instruction - Cour d’appel de Versailles
- Olivier Mongin, Directeur de la Revue Esprit
- Marie-Hélène Mouneyrat, Secrétaire générale du Comité consultatif national d’éthique
- Dominique Ottavi, Professeur de psychologie (Paris VIII)
- Jean-François Rabilloud, Journaliste à L C I
- Martine Ract-Madoux, Présidente de la 9ème chambre correctionnelle - Cour d’appel de Versailles
- Sébastien Roché, Directeur de Recherches au CNRS
- Jacques Sédat, Psychanalyste
- Pierre-Luc Seguillon, Journaliste à L C I
- Daniel Soulez-Lariviere, Avocat

Lire aussi : http://www.lemonde.fr/article/0,598...

Commander le premier volume d’Odyssée, une aventure radiophonique


[1C’était à l’époque Jean-Jacques Aillagon.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé