logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


IMPORTANT : Je ne REPONDS PLUS aux questions sur la contraception, la sexualité, la grossesse, les règles...

Voir aussi :

Contraception
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")
- J’ai arrêté ma contraception il y a quelques semaines et je ne suis toujours pas enceinte. Que se passe-t-il ?
- La légende du DIU et des anti-inflammatoires
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Diane 35 et ses génériques : le principal risque, c’est la grossesse non désirée...
- Comment s’y retrouver, parmi toutes ces pilules ?
- La pilule : Comment la prendre ? Que faire quand on l’oublie ? (version mise à jour)
- Pilule "Jasmine" : à ne pas utiliser n’importe comment !
- Peut-on tomber enceinte en prenant la pilule, sans l’avoir oubliée ?

Courriers et contributions >


DIU chez les nullipares : que font les médecins britanniques ?
un échange de courrier avec une lectrice
Article du 13 août 2004

L’échange de courrier avec Madame B. autour de la pose de DIU ("stérilets") chez les nullipares a suscité ce courrier fort intéressant d’une lectrice "de passage". Je la remercie de m’avoir écrit et de partager son expérience avec nous.

MW


Bonjour

Je me suis retrouvée [par hasard] sur votre site, que j’ai a peine parcouru, mais sur lequel j’ai trouve cet échange avec madame B. sur le sterilet et sa contre-indication pour les "nullipares" (guillemets car ce mot est tres laid).

Je vis en Grande Bretagne, ou le DIU est prescrit sans probleme aux nullipares. Je compte bien m’en faire poser un des que possible (j’ai 25 ans et je suis sous pilule depuis presque 10 ans,et disons que je changerais bien de concept-je n’ai jamais eu d’enfants) et c’est en discutant avec ma franco-francaise de mere que je me suis apercue qu’en france cela ne se faisait pas.

Une de mes amies francaise s’est d’ailleur faire envoyer bouler par son gyneco tres recemment a ce sujet. Je vous remercie premierement de m’avoir permis de realiser qu’il y avait un debat a ce sujet ! C’est un peu difficile de prendre une decision sur ces sujets en tant que francaise en GB : venant d’un pays qui a quand meme un systeme de sante "decent" et une esperance de vie pas trop ridicule et vivant dans un pays ou l’on vous couvre de "dignity-belt" pour vous faire un frottis.

Frottis, mais jamais de toucher des seins, jamais de toucher vaginal etc. La GB prescrirait elle le DIU en desespoir de cause ? (Vous n’etes pas sans ignorer le GROS probleme de grosses adolescente dans ce pays). Je suis quelque peu rassuree de savoir que les scandinave le font aussi (on a les prejuges qu’on peut) ! Enfin voila, toujours est il que je vous remercie de votre "article debat" sur le sujet !
Anna

Bonjour Anna
Merci pour votre contribution qui est très intéressante, et qui me permet de vous éclairer. Si les Britanniques ne font ni examen des seins, ni examen gynécologique, c’est parce que chez une femme de moins de 30 ans qui va bien, ça ne sert à rien, sinon à crééer des angoisses. D’où l’article sur ce thème posté récemment sur mon site...

Quant respect de la pudeur dont les britanniques font preuve en couvrant les femmes d’un drap avant de les examiner, je ne le trouve pas désagréable étant donné la manière souvent plutôt brutale dont les médecins français agressent leurs patientes... sans mieux les examiner pour autant... et parfois sans nécessité.

Non, la GB ne prescrit pas le DIU "en désespoir de cause" mais, comme vous pourrez le lire dans plusieurs documents présentés sur ce site, parce qu’il n’y a aucun problème à le faire chez les femmes sans enfants... et parce qu’effectivement, un DIU en place est plus efficace pour prévenir une grossesse quel que soit l’âge de l’utilisatrice que ne l’est une pilule qu’on oublie, qui est mal supportée et qui, à la longue, se révèle très coûteuse.

Je pose des DIU aux femmes nullipares de tous âges depuis 10 ans, sans inconvénient, et ces femmes en sont très heureuses : cela leur évite grossesses non désirées et/ou IVG, et leur permet de vivre leur vie comme elles l’entendent. Pourquoi les Françaises n’auraient-elles pas les mêmes droits que les Britanniques ? Quand on passe la Manche, on se pose la question. Le problème est qu’en France, peu de praticiens regardent ce qui se passe de l’autre côté de la Manche...

Pour ce qui concerne la différence entre le système français et le système anglais, je crois que malheureusement, les Français entretiennent la confusion suivante : nous avons certes une des meilleures COUVERTURES SOCIALES qui soient (et la plus ancienne) MAIS nos médecins font partie - quoi qu’on en dise dans les facultés - des plus mal formés d’Europe : ainsi, il a fallu attendre que les directives européennes impose des normes en la matière pour que les gouvernements français se préoccupent de la formation des médecins généralistes.

De plus, nos praticiens sont les moins respectueux des patients dans toute l’Europe du Nord... Les Scandinaves, par exemple, sont effarés quand je leur explique que la loi sur les droits des patients, qui autorise les usagers à refuser un traitement, date de 2002 ; ils me disent : "Mais comment peut-on soigner les gens sans leur demander leur autorisation ?" Lorsque j’entends ça, sachant qu’en France l’attitude des médecins est plutôt : " Je décide de votre traitement, et vous n’avez pas besoin de comprendre ", j’ai honte d’être français...

Les Britanniques ont le problème inverse du nôtre : une couverture sociale et un réseau de soin "rationalisés" à outrance par Thatcher et ses successeurs et, de ce fait, de grandes difficultés d’accès aux soins pour les citoyens, MAIS des médecins dont la formation est l’une des plus pointues qui soient - et en particulier très rigoureuse sur le plan scientifique, et très critique à l’égard des industriels du médicament.... Ce qui est loin d’être le cas du corps médical français.

Si nous étions assez intelligents ici pour former nos médecins comme le font les Britanniques, nous aurions, effectivement, le meilleur système de santé au monde.

Merci pour votre lettre, qui permet au débat de s’étoffer encore un peu plus...

Martin W.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé