logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


En souvenir d’André

"Chevaliers des touches" - un blog pour écrivants

Un blog où l’on parle cuisine de l’écriture. Papiers, ciseaux, stylos, claviers. MW

Vous y trouverez : des textes de MW sur son métier d’écrivain, des propositions d’exercices d’écriture et les textes et commentaires des participants au blog.


Martin Winckler - P.O.L Editeur

Les ouvrages de Martin Winckler chez P.O.L : La Vacation, La Maladie de Sachs, Légendes, Plumes d’Ange, Les Trois Médecins, Histoires en l’air, Le Chœur des femmes, En souvenir d’André


Voir aussi :

Politique et citoyenneté
- L’usage de la parole - politique du « Winckler’s Webzine »
- Si cet enfant avait été entendu, la face du monde aurait été changée !
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- L’avenir menaçant de l’industrie pharmaceutique
- Sélection des étudiants en médecine : comparaison entre France et Québec
- Quand l’éducation nationale fabrique des handicapés…
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Réflexion sur l’euthanasie en France : de Jacques Ricot au Comité national d’Ethique
- Violence en « prime time »
- Les hommes et les femmes : des sites et des réflexions

Edito >

Edito
Les cent mille doigts du Winckler’s Webzine
par Martin Winckler
Article du 31 mai 2004

A Fanny et Vincent

Entre sa mise en ligne, fin août 2003, et le mardi 1er juin 2004 le Winckler’s Webzine a reçu... cent mille (100 000) visites [1] ! Au cours des neuf mois écoulés, cent mille doigts ont cliqué sur un lien qui les a conduits vers ce site ou l’un de ses articles.
À mes yeux de webmestre novice, ce chiffre est d’autant plus impressionnant que l’histoire de ce site est celle d’un site artisanal comme bien d’autres. L’été dernier, apprenant que France Inter avait brutalement interrompu ma chronique, Odyssée, Vincent Berville, internaute et informaticien chevronné, m’a demandé si je ne voulais pas la poursuivre en ligne.
Je lui ai répondu que c’était une bonne idée, mais que je n’avais pas le temps, malheureusement, de me pencher sur la conception d’un site. Quinze jours plus tard, il m’envoyait un mèl ainsi rédigé : " Votre site est prêt ! " et un lien vers cette page.

Moi qui, adolescent, avais toujours voulu publier un petit journal, j’étais vachement heureux. J’ai reçu cette nouvelle comme un cadeau - et c’en était un de poids ! Chaque jour, depuis, je me réjouis : car mon " petit journal " grandit sans discontinuer. Grâce à toutes celles et tous ceux qui s’y arrêtent et réagissent et contribuent à sa vie.

Utilisateur de l’internet depuis une dizaine d’années, je me suis toujours senti gratifié de vivre à une époque où le partage de l’information et des expériences peuvent enfin se faire sans passer sous les fourches caudines des médias.

C’est grâce à l’internet que j’ai pris contact, en 1995, avec Debbie White, une institutrice américaine que je n’ai jamais vue, mais qui depuis enregistre pour moi, par amitié, trois séries télévisées que je peux ainsi visionner plusieurs mois avant leur diffusion en France...

C’est grâce à l’internet que je peux, depuis plusieurs années, gagner ma vie en écrivant sans être parisien et sans bouger de chez moi.

C’est grâce à l’internet que j’ai recueilli la documentation internationale qui m’a permis d’écrire Contraceptions mode d’emploi. C’est aussi grâce à l’internet que je peux répondre aux questions que me posent les internautes à ce sujet et les partager avec tous ceux qui fréquentent ce site.

C’est grâce à l’internet que mes trois minutes d’Odyssée quotidienne ont pu se prolonger, tous les jours, hors antenne mais en ligne avec des dizaines d’interlocuteurs. C’est d’ailleurs aussi grâce à l’internet que la suppression d’Odyssée n’est pas passée inaperçue... et a fait parler d’elle jusque dans les émissions de France Inter...

C’est grâce à l’internet que j’ai pu écrire et publier en ligne deux livres qui sont pour moi d’une importance majeure - Légendes et Plumes d’Ange... et à la composition desquels les lecteurs internautes ont amplement participé. C’est aussi grâce à l’internet que je peux partager Les Cahiers Marcoeur, roman inédit que je croyais enfoui à jamais, annoncer des livres en chantier, des rencontres, des émissions.

C’est grâce à l’internet que je corresponds chaque jour avec plusieurs dizaines de lectrices et de lecteurs qui me gratifient de leur confiance et de leur amitié.

Un site internet, quand il sert à partager et à échanger, n’est pas un jouet ou un hobby. C’est un véritable instrument d’information. Je n’en veux pour preuve que la description des séquences censurées par TF1 de Hitler, la naissance du mal.

L’écho qu’en ont donné les visiteurs du site (cette seule page a reçu 20 000 visites depuis sa mise en ligne !) a attiré l’attention de médias (RTL, RMC Info, Canal +) qui, autrement, n’en auraient pas parlé et a ainsi permis de faire savoir à des milliers de personnes que la première chaîne française mentait et les traitait comme des demeurés.

Ce n’est évidemment qu’une escarmouche face à la puissance d’un bulldozer comme TF1, mais pareille escarmouche n’était pas pensable il y a quelques années.

Parmi les multiples rubriques du Webzine, les plus consultées sont celles qui concernent la contraception, et les journalistes de la presse écrite et audiovisuelle sont de plus en plus nombreuses à consulter les informations que j’y affiche et les témoignages que m’envoient les femmes. N’est-ce pas la preuve que le Net est un outil, une source d’information peu à peu irremplaçable et bien plus fiable - quoi qu’ils en disent que la presse écrite, la télévision et la radio, médias pyramidaux de plus en plus rigides et, pour certains, de plus en plus anti-démocratiques ?

La prolifération des sites obéit à une logique diamétralement opposée à celle des médias. Si les médias " classiques " sont trop souvent le royaume du conformisme et de l’imitation servile, de la mode et des promotions commerciales, le Web est celui de points de vue individuels et collectifs originaux, provocateurs, corrosifs, anticonformistes. Et gratuits !

Quant à ceux qui affirment qu’on " ne peut pas vérifier ce qu’on trouve sur l’internet ", je leur répondrai qu’il est beaucoup plus facile de vérifier une information sur le web (en trouvant rapidement confirmation, recoupement ou contradiction par le biais, tout aussi rapide, de quelques clics de souris) que de " contrôler " la véracité des articles des médias nationaux... tous abreuvés par les mêmes agences de presse ! S’ils ne le croient pas, c’est parce qu’ils ne savent pas utiliser cet outil qu’ils sont si prompts à décrier. Tant pis pour eux. Tant mieux pour nous !

Je rêve que l’information soit de plus en plus massivement partagée par le biais de sites comme celui-ci. Des sites sur lesquels des personnes et des groupes de personnes, comme c’est déjà le cas dans de nombreux autres pays, mettent en ligne leur expérience et leur savoir au profit et à l’usage de tous.

Lorsqu’on dispose d’un outil comme celui-ci, lorsqu’on a accès à des savoirs et à des expériences qui peuvent être bénéfiques pour soi et pour les autres, croyez-moi - j’en suis le témoin et l’acteur chaque jour gratifié - il fait bon partager !

Merci, bien sûr, aux inventeurs/concepteurs/bricoleurs de SPIP et de tous les logiciels libres qui permettent ce partage ! ! !

Merci à Rezo.net et à tous ceux qui ont me font l’honneur et la confiance d’établir un ou des liens vers ce Webzine, faisant ainsi de lui un site vivant.

Merci à toutes et à toutes.

Martin Winckler/Marc Zaffran


[1Plus précisément : 100007 à 8h44 !

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé