logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


Juste après dresseuse d’ours - par Jaddo

Voir aussi :

Politique et citoyenneté
- L’usage de la parole - politique du « Winckler’s Webzine »
- Si cet enfant avait été entendu, la face du monde aurait été changée !
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- L’avenir menaçant de l’industrie pharmaceutique
- Sélection des étudiants en médecine : comparaison entre France et Québec
- Quand l’éducation nationale fabrique des handicapés…
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Réflexion sur l’euthanasie en France : de Jacques Ricot au Comité national d’Ethique
- Violence en « prime time »
- Les hommes et les femmes : des sites et des réflexions

Santé
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Qu’est-ce qu’un patient "responsable" ? Qu’est-ce qu’un soignant respectueux ?
- Humbles réflexions d’un médecin généraliste sur l’IVG
- Pour prendre la pilule, examen gynécologique, examen des seins et prise de sang ne sont pas nécessaires...
- Santé : la fin du modèle français
- Que "vaut" une IVG ?
- "La santé en questions", une collection pour tous
- Une maladie méconnue : le trouble dysphorique du lundi matin (TDLM)
- "Je viens encore bêtement de faire perdre 800€ à la sécu pour une connerie"

Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... > La médecine, les patients, les soignants >


Des remèdes pires que le mal
par Marie-Christine Morandy
Article du 16 avril 2004

Marie-Christine Morandy a beaucoup affaire aux médecins en ce moment. Elle ne le supporte pas très bien. Et elle m’a écrit ce qu’elle en pense. Je la remercie d’avoir accepté de le partager avec les lectrices et lecteurs du site.
MW


Les médecins m’ont toujours fait peur. Mais surtout, je supporte mal cette relation de dominant-dominé qui s’établit bien souvent entre le praticien
et le "patient". Le patient est celui qui subit, le médecin est celui qui
sait.

Dès que l’on est malade, on ne fait plus partie de la société comme
un être normal, on se retrouve infantilisé, diminué, dépossédé de sa
volonté, de son libre-arbitre et on se retrouve "tout nu" au sens propre
comme au figuré. En situation d’infériorité. C’est rédhibitoire pour moi !

Et puis, la médecine a ses limites, ce qui est parfaitement normal. Or,
bien souvent on propose aux grands malades des remèdes parfois pires que le mal ! On s’acharne ! Il faut "sauver" à tout prix, prolonger la vie à tout
prix ! Même pour quelques semaines parfois !

En infligeant des souffrances
physiques et des humiliations inutiles aux pauvres "patients" qui n’ont
plus rien à dire et ne peuvent que subir, ligotés qu’ils sont, perfusés de
partout, sur leur lit d’hôpital, privés de liberté ! Quelle horreur !

J’ai vu et entendu, sur France 2, il y a environ 3 mois au journal de 20
heures, un médecin qui expliquait très sérieusement que grâce aux progrès
de la génétique, on pouvait dépister les femmes "à risques" susceptibles de
développer un cancer du sein, et intervenir avant.

Solution proposée :
l’ablation des seins avant que le cancer ne se développe ! Il y a de quoi
sauter au plafond quand on entend ça ! Il paraît que ça se pratique déjà
aux Etats-Unis ! Eh bien, si c’est tout ce que la médecine a trouvé comme
solution au cancer du sein, j’applaudis, bravo ! Et je propose l’ablation
du cerveau en remède à la connerie !"

Marie-Christine Morandy

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé