logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


Juste après dresseuse d’ours - par Jaddo

Voir aussi :

Politique et citoyenneté
- L’usage de la parole - politique du « Winckler’s Webzine »
- Si cet enfant avait été entendu, la face du monde aurait été changée !
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- L’avenir menaçant de l’industrie pharmaceutique
- Sélection des étudiants en médecine : comparaison entre France et Québec
- Quand l’éducation nationale fabrique des handicapés…
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Réflexion sur l’euthanasie en France : de Jacques Ricot au Comité national d’Ethique
- Violence en « prime time »
- Les hommes et les femmes : des sites et des réflexions

Santé
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Qu’est-ce qu’un patient "responsable" ? Qu’est-ce qu’un soignant respectueux ?
- Humbles réflexions d’un médecin généraliste sur l’IVG
- Pour prendre la pilule, examen gynécologique, examen des seins et prise de sang ne sont pas nécessaires...
- Santé : la fin du modèle français
- Que "vaut" une IVG ?
- "La santé en questions", une collection pour tous
- Une maladie méconnue : le trouble dysphorique du lundi matin (TDLM)
- "Je viens encore bêtement de faire perdre 800€ à la sécu pour une connerie"

Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... > La médecine, les patients, les soignants >

Appel
Pour une formation médicale indépendante au service de tous
par Philippe Foucras
Article du 5 avril 2004

Philippe Foucras, médecin généraliste, vient de lancer il y a quelques jours le Formindep, un collectif en faveur d’une formation des médecins qui soit indépendante de tous les groupes d’intérêt privés. Il a recueilli déjà cent cinquante adhésions parmi ses confrères... mais il n’est pas interdit aux citoyens d’adhérer au mouvement.
Voici son appel.
MW


A toutes les étapes de la formation des professionnels de santé et en particulier des médecins, depuis la formation initiale des étudiants jusqu’à la formation continue professionnelle, l’influence d’organismes porteurs d’autres intérêts que celui des patients se fait lourdement sentir. En particulier celle de l’industrie pharmaceutique pour qui l’intervention dans la formation des professionnels est déterminante sur les plans stratégique et commercial.

Ces interventions portent essentiellement sur le financement de différentes activités de formation (soirées de formation, congrès, diffusion de livres et de revues, etc.) mais également sur le contenu et le thème même de ces formations.

Dans ces formations la part commerciale et publicitaire est donc toujours sous-jacente, et l’information délivrée est souvent biaisée, parfois mensongère, en tous les cas toujours sujette à caution et sous le contrôle permanent direct ou indirect du "sponsor" ou de l’organisateur, donc jamais objective. C’est d’ailleurs logique : comment un fabricant ou un vendeur de médicament pourrait-il laisser dire spontanément du mal de son produit ?

Pour soigner au mieux de l’intérêt des patients, les soignants doivent être formés de la façon la plus honnête, indépendante et objective possible, uniquement à partir des faits prouvés et selon les meilleures connaissances scientifiques du moment. C’est d’ailleurs écrit explicitement dans le code de déontologie des médecins.

Comment réagirions-nous si nous savions que l’ordonnance que nous a remis le médecin a été rédigée non pas dans le seul intérêt de notre santé mais également pour des raisons commerciales et publicitaires, du fait d’une formation médicale sous influence ?
Eh bien, c’est malheureusement très souvent le cas.

C’est dans ce contexte que le 26 janvier dernier le ministre de la santé a instauré les "conseils nationaux de la formation médicale continue". Il faut noter entre parenthèse qu’à cette occasion la formation médicale continue devient maintenant légalement obligatoire, ce qui est la moindre des choses, mais que les professionnels qui ne respecteront pas cette obligation ne seront soumis à aucune sanction.

Ces conseils nationaux sont au nombre de trois, un pour les médecins libéraux, un pour les médecins salariés, un pour les professionnels de santé des hôpitaux. Ils auront pour but de mettre en place les critères de qualité qui permettront l’agrément des actions de formation médicale continue. Or, avant même le début des travaux de ces conseils, des déclarations se font entendre pour ne pas oublier l’industrie pharmaceutique et dire que toute formation médicale est bonne a priori.

C’est ainsi que s’est constitué le collectif FORMINDEP "Pour une formation médicale indépendante au service des seuls professionnels de santé et des patients", qui regroupe des professionnels de santé, et des patients, soucieux de favoriser une formation professionnelle indépendante, dégagée de toute influence d’organismes pouvant avoir d’autres finalités que l’intérêt seul des patients.

Les membres du FORMINDEP ne peuvent accepter l’idée que les décisions que prendront ces conseils ne puissent se faire en toute indépendance, liberté et transparence, dans le seul et unique intérêt des professionnels et des patients, à l’exclusion de tout autre.

Le FORMINDEP lance donc en ce mois de mars 2004 un appel solennel aux membres des nouveaux conseils nationaux de formation médicale continue, pour qu’ils déclarent officiellement les liens, également appelés "conflits d’intérêts", qu’ils peuvent avoir avec l’industrie pharmaceutique ou d’autres organismes et qui seraient susceptibles d’interférer dans les décisions qu’ils prendront.

Dans de nombreux pays où de telles structures se mettent en place, la déclaration des "conflits d’intérêts " de chacun des membres est une évidence qu’il n’y a pas à réclamer. En France aujourd’hui on n’en est pas encore là, hélas !

C’est cet élémentaire souci d’indépendance et de transparence qui sera le premier garant de la crédibilité des futurs travaux de ces conseils et donc de la confiance des professionnels. C’est un des éléments qui permettra au patient d’avoir un minimum de garantie que le professionnel à qui il confie sa santé ne le soigne qu’en fonction de cette dernière.

La confiance ça se mérite.

L’APPEL du FORMINDEP peut être cosigné par tout professionnel de santé, usager, ou patient en envoyant ses coordonnées à :

formindep@yahoogroupes.fr

ou à :

Docteur Philippe FOUCRAS
32 rue de la Vigne
59100 ROUBAIX
fax : 03 20 26 31 86
p.foucras@wanadoo.fr

Et si l’on veut suivre l’évolution de l’appel, on peut cliquer ICI

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé