logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


L’éthique dans les séries télé : une émission radio hebdomadaire en ligne sur Radio Créum

Les séries TV et le soap opéra

Conférence donnée à l’université de tous les savoirs le 17/04/2004.


Voir aussi :

Politique et citoyenneté
- L’usage de la parole - politique du « Winckler’s Webzine »
- Si cet enfant avait été entendu, la face du monde aurait été changée !
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- L’avenir menaçant de l’industrie pharmaceutique
- Sélection des étudiants en médecine : comparaison entre France et Québec
- Quand l’éducation nationale fabrique des handicapés…
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Réflexion sur l’euthanasie en France : de Jacques Ricot au Comité national d’Ethique
- Violence en « prime time »
- Les hommes et les femmes : des sites et des réflexions

Séries télévisées
- Les téléfictions sont plus libres, plus engagées, plus subversives que les émissions d’actualité
- Les Séries TV et le Soap Opera
- L’école de médecine
- "Boomtown" : De la vérité comme puzzle
- J’irais pas me faire soigner par Francis Huster
- La télévision française est d’une extrême vulgarité
- "Friends " : une encyclopédie exhaustive... et en français
- De la formation des soignants aux séries télévisées
- Les Miroirs Obscurs - Grandes séries américaines d’aujourd’hui
- Les miroirs de la vie
- Les séries TV et le soap opera - Conférence en ligne

Radio et télévision > Séries télé >

Florilège
Le bêtisier de la production télévisée
par le Groupe 25 Images
Article du 15 février 2004

Le Groupe 25 images, association française de réalisateurs de télévision créée en 1999, a pour objectif de d’organiser et structurer les contacts entre réalisateurs de films de fiction diffusés en exclusivité à la télévision, de favoriser les rencontres, d’organiser des débats et des colloques, de susciter des espaces de réflexion, d’accompagner la promotion et la création des oeuvres de fiction à la télévision, de défendre les droits matériels et moraux des réalisateurs et promouvoir leur statut d’auteur tel qu’il est défini par la loi. Ambitieux programme, dont on mesure la difficulté quand on lit sa lettre confidentielle.

Sous le titre " Ce qu’on aimerait ne plus entendre en 2004 " la lettre de janvier 2004 décline un bêtisier des commentaires entendus par les réalisateurs. Le voici :

- "Mets donc un peu de musique là. Ca sera moins mou, puisque tu as fait un plan séquence qu’on ne peut pas raccourcir. "

- "On a fait un bon audimat, mais le taux de pénétration sur la tranche des quatre-huit ans n’a pas été bon, fais gaffe la prochaine fois ! "

- "Tu coupes la première demi-heure qui est trop lente et tu remontes tout en flash-back ! Ca fera cinoche, les jeunes ils aiment ça, et d’ailleurs on veut rajeunir l’image de la chaîne. Alors rajoute une chanson branchée pour le générique. "

- "D’accord, cette fille c’est peut-être pas ton personnage, mais au moins, avec elle, on a toutes les couvertures de magazine ! "

- "Ton scénario est magnifique, mais malheureusement il ne rentre pas dans notre ligne éditoriale. "

- "Ton sujet est formidable, mais je verrais mieux une femme pour le réaliser. "

- "Tu vas quane même pas la mettre dans un appartement de pauvre sous prétexte qu’elle est pauvre ? "

- "Quoi ? Le casting ? Te casse pas la tête, prends ce que veut la chaîne ! "

- "Avec le steadycam (1), t’as plus besoin de découper, plus de montage... Comme ça, tu enchaines sur un autre épisode déjà écrit ! "

- "Ton casting est artistiquement parfait, mais il a un défaut : il n’est pas assez paillette ! "

- "OK, ton film qui se passe à Lyon, on va te le produire. Mais tu nous le fais en 15 jours, en Roumanie, avec des acteurs du cru. On emmène quand même ta vedette et son maquilleur. Heureux ? "

- "Ça va, tu vas pas te plaindre, c’est la Roumanie, c’est pas la mine, quand même ! Y’a des jolies filles ! "

- "Pas besoin de réalisateur. Tu l’as écrit, tu peux le tourner ! "

- "Tu ne vas quand même pas prendre cet acteur ! Il est trop le personnage ! "

- "Tranquille ! Fais tout caméra à l’épaule ! T’emmerde pas ! "

- "C’est pas parce que c’est une histoire d’amour qu’il faut nous coller une musique romantique ! Change ton musicien et fais nous une musique "thriller ". Tu verras, ton film y gagnera en suspense ! "

- "25 Images ? Ah, ouais, tu fais partie de ce groupe de grandes gueules ? "

Surtout, surtout, continuez à ouvrir vos gueules, les gars !

Martin W.

(1) Steadycam : caméra spéciale équipée d’un système stabilisateur permettant à l’opérateur de suivre les personnages dans tous leurs déplacements avec une très grande fluidité et sans à-coups. C’est elle qui nous permet de galoper derrière Mark Greene et John Carter dans les couloirs d’Urgences.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé