logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


L’éthique dans les séries télé : une émission radio hebdomadaire en ligne sur Radio Créum

Voir aussi :

Politique et citoyenneté
- L’usage de la parole - politique du « Winckler’s Webzine »
- Si cet enfant avait été entendu, la face du monde aurait été changée !
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- L’avenir menaçant de l’industrie pharmaceutique
- Sélection des étudiants en médecine : comparaison entre France et Québec
- Quand l’éducation nationale fabrique des handicapés…
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Réflexion sur l’euthanasie en France : de Jacques Ricot au Comité national d’Ethique
- Violence en « prime time »
- Les hommes et les femmes : des sites et des réflexions

Séries télévisées
- Les téléfictions sont plus libres, plus engagées, plus subversives que les émissions d’actualité
- Les Séries TV et le Soap Opera
- L’école de médecine
- "Boomtown" : De la vérité comme puzzle
- J’irais pas me faire soigner par Francis Huster
- La télévision française est d’une extrême vulgarité
- "Friends " : une encyclopédie exhaustive... et en français
- De la formation des soignants aux séries télévisées
- Les Miroirs Obscurs - Grandes séries américaines d’aujourd’hui
- Les miroirs de la vie
- Les séries TV et le soap opera - Conférence en ligne

Radio et télévision > Télévision : la censure dans tous ses états >

"Hitler - La naissance du mal" :
Rigoureusement historique et terriblement contemporain
A gauche : portrait de Fritz Gerlich (1883-1934)
Article du 31 janvier 2004

Le sempiternel reproche que font les "élites intellectuelles" françaises aux téléfilms historiques américains est leur soi-disant "manque de rigueur historique". Hitler - The Rise of Evil n’échappe pas à la règle. A tort ! Cet article détaille quelques exemples du travail minutieux qu’ont effectué les auteurs de ce téléfilm... mais qui après avoir été censuré par TF1, a été de plus méprisé ou passé sous silence par la presse et les participants au débat (pré-enregistré deux jours avant la diffusion...).


Le mépris des "intellectuels" français (presse incluse) à l’égard des oeuvres venues d’ailleurs et leur ignorance historique n’ont d’égal que le silence ou l’absence de questionnement qu’ils ont manifesté face à la censure éhontée de Hitler - The Rise of Evil.

Démonstration :

Deux des scènes coupées montrent la mère d’Hitler soignée par un médecin juif (il porte ostensiblement une kippa et la barbe, ce qui explique sans doute qu’on l’ait fait disparaître...). Ces scènes m’ont étonné, mais voici le message qu’un visiteur du site m’a envoyé à ce sujet :

Bonjour,
Le médecin de la mère d’Hitler était bien juif : il s’appelait Bloch. L’histoire est connue. Hitler l’a d’ailleurs sauvé de la chambre à gaz (Voir la biographie de J. Toland) ;C’est bien le seul moment d’humanité de ce monstre. (Bernard Davous)

Vérification faite, la consultation du site consacré au téléfilm par CBS montre que Eduard Bloch, personnage parfaitement historique n’a pas été inséré par hasard dans les premières séquences du film par les scénaristes. Mais sa présence a disparu de la VF.

Il en va de même des personnages de Friedrich Hollander, satiriste juif, patron de cabaret berlinois, compositeur (rien que ça !) des chansons de L’Ange Bleu, le film de Fritz Lang avec Marlène Dietrich - et de sa première femme Blandine Ebinger que l’on voit chanter la fameuse "chanson antisémite" (en réalité satirique et anti-nazie) qui a tant choqué Etienne Mougeotte.

Mais ces personnages-là non plus, vous ne les avez pas vus. Pas assez intéressants pour le public, d’après TF1 ! Pas assez intéressants non plus pour la majorité des journalistes, qui n’ont pas cru bon d’exiger de TF1 d’expliquer leur disparition.


Plusieurs commentateurs (dans un article paru le 27 janvier dans "La Croix", en particulier mais aussi les participants au débat) ont reproché au film d’avoir "inventé" le personnage de Fritz Gerlich, journaliste nationaliste qui combat Hitler. A ma connaissance, personne, ni dans la presse ni pendant le débat, ne les a détrompés.

Ils étaient bien mal informés ! : comme toutes les figures du film (y compris Emil, le chauffeur d’Hitler !) , Fritz Gerlich est un personnage historique dont on peut trouver des notices biographiques sur le net.

(C’est son portrait qui figure en tête de cet article.)

La séquence de la fin du film, où l’on voit sa femme recevoir ses lunettes ensanglantées dans une boîte est elle aussi historique !

Mais sous prétexte qu’ils ne connaissaient pas l’existence de Gerlich, les "intellectuels" français en ont conclu qu’il avait été inventé, sans faire l’effort de vérifier leur préjugé !!!

S’ils étaient allés consulter le site très documenté que CBS a consacré au téléfilm, précisément pour insister sur l’authenticité des personnages (ce site renvoie aussi à un document pédagogique destiné aux enseignants, excusez du peu...).

Ils auraient pu voir de leurs yeux que Hitler - The Rise of Evil ne correspondait pas aux préjugés si courants en France à l’égard des "vulgaires téléfilms américains" mais qu’il s’agit d’une oeuvre extrêmement documentée. Plus documentée que les "élites" françaises...

Quelle terrible ignorance, quel terrible mépris pour le téléfilm, pour le travail de ses auteurs, pour la mémoire de Gerlich et pour les spectateurs à qui l’on avait la vanité, par un débat, d’"expliquer" la montée du nazisme ! ! ! !)


Enfin, un mot sur les échos contemporains et éminemment politiques du film.

On a pu lire dans la presse française que l’un des producteurs de Hitler The Rise of Evil avait été licencié pour avoir clairement établi, au cours d’un entretien, un parallèle entre les conditions de la montée du nazisme et la situation politique en Amérique. C’est exact. La chose est racontée en détail sur CBSnews.com.

Un article de l’AP y précise (la traduction est de moi) :

"(...) Et la liste des contributeurs doit inclure Ed Gernon, l’un des executive producers [(producteurs-scénaristes)] du film. Tout récemment, TV Guide l’a cité déclarant que l’acceptation par le public allemand de la politique d’Hitler était induite par la peur. Il fit ensuite l’erreur de comparer cette peur à l’atmosphère actuelle aux Etats-Unis. Pour cela, il fut dénoncé par un journal new-yorkais. Ses opinions furent condamnées conjointement par CBS et par la société de production pour laquelle il travaillait. Il fut alors licencié.

L’opinion de Gernon fut ainsi confirmée de manière plus brutale qu’il n’aurait pu l’imaginer. Et quoique plus légère, sa punition fait écho à celle que dut subir Fritz Gerlich qui, emprisonné à Dachau à la fin du film, implore sa femme d’ "exhorter d’autres voix à s’élever, même quand ce qu’elles ont à dire n’est pas populaire."

Une raison de plus de regarder ce film important."(1)

... Et une raison de plus sans doute, pour TF1 de le censurer, et pour la très grande majorité de la presse française de le mépriser et de sous-estimer ses mérites.

Martin Winckler

L’édition de Hitler la naissance du mal en DVD, sous le label TF1 Vidéo est non, seulement, malgré le format, dépourvue de version originale et de sous-titres, elle est aussi amputée des mêmes scènes que la version diffusée à l’antenne. Encore une manifestation du mépris souverain de la chaîne (également distributeur) pour les spectateurs. En France, les citoyens qui veulent voir ce téléfilm n’ont droit qu’à la version TF1 ! Nous sommes le seul pays au monde où pareille censure a été exercée. Même l’Allemagne a eu droit à une diffusion intégrale.

Pour commander Hitler - The Rise of Evil en version intégrale (Zone 2, langue anglaise + sous-titres anglais) cliquez ici


(1)"And the list of credits must also include Ed Gernon. One of the film’s executive producers, he was recently quoted in TV Guide, where he said that fear was behind the German public’s acceptance of Hitler’s policies. Then he made the mistake of likening that fear to the atmosphere in the United States today.

For that, he was denounced by a New York newspaper. Then his views were jointly condemned by CBS and the production company he worked for. Then he lost his job.

Thus was Gernon’s point confirmed more forcefully than he might have imagined. And, though comparatively slight, his punishment is underscored by that of Fritz Gerlich, who, imprisoned at Dachau prison near the film’s conclusion, implores his wife to "urge others to speak out, even when what they have to say is not popular."

"It becomes one more reason to watch this important film."

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé