logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


Petit éloge des séries télé
Mes Bouquins > On en parle >

Coup de gueule !!!
France Inter vend Mattéï ! (Mais seulement en solde et - pire - sans le dire !)
par Martine-Elisabeth C.
Article du 18 janvier 2004

Martine-Elisabeth C., auditrice qui en a marre de se faire traiter de conne par le ministre de la santé sur la principale chaîne de radio publique, nous envoie ce tonitruant coup de gueule.


Je me demande bien pourquoi j’écoute France Inter... Pourquoi j’écoute encore France Inter ! Vu que presque tout (pour ne pas dire plus !) ce qui j’y entends me chamboule les neuromédiateurs. Avec sueurs, vapeurs, palpitations de c ?ur, tremblements, et autres suffocations qui s’ensuivent. Où vont donc se nicher le besoin de stress, le poids des habitudes, les propensions masochistes ! ! !

France Inter ? Les journalistes serviles et complaisants qui s’y succèdent (à de plus en plus rares exceptions près) ont beau faire des efforts, ils sont battus.
Leur challenger ? Les publicitaires et, surtout, leurs clients/annonceurs, en l’occurrence, pour ce qui m’anime, l’éminent ministère de la Santé.

Il est passé sur cette radio (mais peut-être aussi sur d’autres) tri ou quadri quotidiennement, depuis la rentrée des classes jusqu’aux fêtes de fin d’année, un message publicitaire d’une rare infamie.
C’est bien simple : dès la première diffusion, les sangs m’ont tourné, comme on dit chez moi ! Devant tant de saloperie. Pourtant, Dieu sait si on en entend,des saloperies, non ?

MAIS, L’AVIEZ-VOUS ENTENDU COMME MOI JE L’AI ENTENDU ? C’EST À DIRE EN RAVALLANT MA HARGNE TOUS LES MATINS ! QUATRE-VINGT-DIX MATINS - AU BAS MOT ! ! !

La scène (sonore bien sûr) est la suivante :

Un jeune adulte - ou pas jeune (après tout on ne voit pas sa tête) se plaint de ne plus être guéri... par les antibiotiques !

Et pourquoi donc ne l’est-il plus ? ? ? Je vous le donne en mille !

Sa maman l’en avait trop gavé quand il était petit ! Ben voyons ! Et voilà pourquoi votre fils est muet ma bonne-dame ! ! !

Or, je ne sais pas vous, mais moi, je n’ai jamais pu me procurer ce genre de médication sans l’ordonnance estampillée d’un médecin ! Sans son injonction incontestable ! Sa science en somme ! Si intimidante pour beaucoup.

Et là, non seulement c’est un médecin - un homme, d’ailleurs - qui donne la leçon de morale, mais ce sont les mères - souvent des femmes remarquez-le ! - qui ne font pas bien leur boulot, qui sont, disons-le, des connes ! Des connes ne sachant pas s’occuper de la santé et de l’avenir de leurs rejetons et qui sont, circonstance aggravante, de mauvais médecins !

C’est très fort ! très très fort !

Deux catégories de citoyens (au moins !) sont ici pris en otage (*) : les parents d’enfants patraques (mais seulement les femmes, remarquons-le) et les toubibs (et seulement des hommes, remarquons-le) mais dont on se moque aussi. Ainsi que tout auditeur, sans distinction de m ?urs, de culture, de préférence, de profession, de sexe, de génération bref !

Sans parler des médias ! Qui sont, en l’occurrence, tenus de " fourguer " cette marchandise hautement frelatée, tissée de mensonges et d’imposture de la tête jusqu’aux pieds ! Ce qui m’insupporte, c’est que la nature venimeuse de ce type de message, asséné mille fois et durablement, n’est pas nécessairement perceptible ni analysable par le commun des auditeurs d’une radio généraliste et (relativement) populaire, en tout cas très écoutée. Le venin fait rage.

C’est " grave " !

Il s’agit là de haute, de très haute toxicité. La domination et l’intox gagnent sur tous les tableaux : Savant/ignorant, homme/femme, parent/enfant, auditeur/diffuseur, etc.

Martine-Élisabeth C.

(*) Soyons pas chiens : rendons hommage à un terme qui fait fortune et qui, c’est sûr, va poursuivre son ascension... Comme les antibios des mauvaises mères !

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé