logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


Petit éloge des séries télé

Voir aussi :

Politique et citoyenneté
- L’usage de la parole - politique du « Winckler’s Webzine »
- Si cet enfant avait été entendu, la face du monde aurait été changée !
- Plaidoyer pour une autre radiologie
- L’avenir menaçant de l’industrie pharmaceutique
- Sélection des étudiants en médecine : comparaison entre France et Québec
- Quand l’éducation nationale fabrique des handicapés…
- "Ce n’est pas le DIU qui perfore, c’est le médecin !" (et certains médecins mériteraient un procès...)
- Réflexion sur l’euthanasie en France : de Jacques Ricot au Comité national d’Ethique
- Violence en « prime time »
- Les hommes et les femmes : des sites et des réflexions

Mes Bouquins > On en parle >


"Laïcité : liberté, égalité ?"
Un texte de Zahra Ali, lycéenne musulmane
Article du 5 janvier 2004

J’ai découvert ce texte sur le site "Les mots sont importants" et je pense qu’il mérite d’être lu largement.

Texte de présentation sur le site :

Zahra Ali, lycéenne portant le foulard, et élue au Conseil de la vie lycéenne de Rennes, fait part dans ce texte de son expérience du rejet, et des raisons de fond qui la poussent à refuser la loi qui est anoncée et qui vise à interdire le port de signes religieux "ostensibles" dans les établissements scolaires.

L’instruction doit être ouverte à tous sans aucune distinction, l’école doit enseigner le respect et être elle-même respectueuse. Il est inadmissible qu’une loi puisse légitimer l’exclusion de jeunes filles de l’école laïque et républicaine pour la simple raison qu’elles portent un signe exprimant leur conviction. La loi de 1905 garantit avant tout " la liberté de conscience " (article 1), par conséquent une neutralité restrictive comme celle proposée par le gouvernement, à savoir l’interdiction de tous signes distinctifs exprimant une conviction politique ou religieuse aux élèves, n’est pas une application juste et égalitaire du principe de laïcité. Bien au contraire, accepter tous les élèves y compris ceux qui arborent des signes religieux, c’est aussi faire preuve de neutralité.

Suite de l’article

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé