logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


Petit éloge des séries télé

P.O.L Editeur

Le site de P.O.L, maison d’édition de littérature contemporaine (poésie, roman, théâtre, essais), présente ses nouveautés, des biographies et bibliographies d’auteurs, des lectures vidéos, des premières pages, un agenda, des feuilletons.

Les livres de Martin Winckler chez P.O.L : La Vacation (1989), La Maladie de Sachs, 1998 ; Légendes, 2002 ; Plumes d’Ange, 2004 ; Les Trois Médecins, 2004 ; Histoires en l’air, 2008 ; Le Choeur des femmes, 2009.

La page consacrée à Martin Winckler sur le site POL

Les autres éditeurs de Martin Winckler :
L’Amourier (Le Mystère Marcoeur)
Le Diable Vauvert (Contraceptions mode d’emploi et Les Miroirs Obscurs ;
Baleine et Librio (Touche pas à mes deux seins ;
Fleuve Noir (Mort in Vitro, Camisoles)
Calmann-Lévy (Un pour Deux)
Fleurus (Les droits du patient ;Choisir sa contraception, TOut ce que vous vouliez savoir sur les règles)
et aussi Stock, EPA, La Martinière, Zulma...


Voir aussi :

A la Une
- Dix idées reçues sur la contraception
- Les DIU ("stérilets") provoquent-ils des GEU (grossesses extra-utérines) ? Mise au point.
- Pilule, cancer, tabac et âge des utilisatrices - quels sont les risques, exactement ?
- Femmes, genre et santé (brouillon de la conférence)
- Pour un annuaire national des praticien.ne.s français.es pratiquant des stérilisations conformément à la loi
- Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")
- Refus de contraception : un témoignage de conséquences graves
- Le refus de contraception est un acte criminel !
- Une jeune femme peut choisir un DIU comme premier contraceptif !
- Ma cataracte

Mes Bouquins >


Pourquoi je publie chez P.O.L
par Marc Zaffran et Martin Winckler
Article du 5 août 2010

Il y a quelques jours, lors d’une conversation en ligne, Adélaïde (elle-même éditrice) m’a demandé de lui expliquer comment j’étais arrivé chez P.O.L
J’avais commencé à lui répondre et j’ai été interrompu. Je suis resté sur ma lancée. J’ai écrit le texte qui suit.


En 1978 (je suis étudiant en médecine mais j’écris depuis longtemps), je tombe dans un roman-puzzle fascinant, La Vie mode d’emploi. Je le dévore plusieurs fois, et je me mets à lire tout ce que son auteur, Georges Perec, avait écrit à ce jour et publie par la suite. W ou le souvenir d’enfance, Espèces d’espace, Je me souviens, prennent bientôt dans mon panthéon intérieur une place aussi importante que La Vie... Et j’associe intimement Georges Perec à son éditeur, Paul Otchakovsky-Laurens, dont les initiales figurent dans le logo de la collection Hachette-POL.

Un jour, je lis dans un numéro de la revue "L’Arc", qui lui est entièrement consacré, un entretien dans lequel G.P. déclare (je le cite de mémoire) : "Je pensais que je ne pourrais jamais être écrivain parce que je préférais lire Agatha Christie plutôt que Roger Martin du Gard, et quand j’ai appris que Le Quatuor d’Alexandrie de Lawrence Durrell était inspiré par la théorie de la relativité, ça m’a foutu une pétoche pas possible." En lisant ça, je me suis dit : "Ce type est un type bien." Et j’ai eu envie de l’embrasser. Car, parce que j’avais surtout lu Agatha Christie et Conan Doyle et Maurice Leblanc et Isaac Asimov, j’étais persuadé que je n’avais pas le droit d’être écrivain....

La suite sur le blog "Chevaliers des Touches"

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé