logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


L’éthique dans les séries télé : une émission radio hebdomadaire en ligne sur Radio Créum

Voir aussi :

Partage de la connaissance
- La naissance du Martin Winckler’s Webzine, histoire d’une amitié.
- Playing for change | Song Around the World
- Liaison fatale : l’industrie pharmaceutique et les médecins
- Relation de soin, témoignage et confidentialité
- Doit-on laisser breveter les idées ?
- Qu’est-ce qu’un logiciel libre ?
- LES CHRONIQUES DE FRANCE INTER DONT ON NE PARLERA JAMAIS SUR FRANCE INTER....

Radio et télévision > Odyssée >


Quand on a accès au savoir, que faut-il en faire ?
Odyssée, Epilogue
Article du 29 juillet 2003

Ce texte concluait la chronique "Odyssée", diffusée sur l’antenne de France Inter de septembre 2002 à juillet 2003.
Il résume les intentions de ce site et de son auteur.
Pour en savoir plus : Odyssée, une chronique radiophonique.

Dans un ghetto, il y a longtemps, le rabbin va voir la guérisseuse et lui dit : « J’ai besoin d’une potion pour soulager mes rhumatismes. Ecris-moi une recette que je puisse me faire tout seul, sans avoir besoin de venir te la demander. »

La guérisseuse écrit quelques lignes sur un morceau de papier ; le rabbin la lit, il hoche la tête et dit : « Il y a des ingrédients qui ne sont pas kasher, là-dedans. J’ai besoin d’une potion que je puisse préparer sans pécher. »

La guérisseuse lui répond : « Non, je ne peux pas te la donner. C’est un secret. »

Le rabbin insiste : « Je fais l’office, je m’occupe des malades et des mourants, je ne le ferai pas bien si je souffre. Donne-moi la formule d’une potion que je puisse prendre sans offenser Dieu. »

Et, comme il insiste, la guérisseuse lui dit : « D’accord, mais tu dois me jurer devant Dieu que tu ne la révèleras à personne. » Le rabbin réfléchit une seconde, puis il jure solennellement. Le samedi suivant, il monte sur l’estrade et, à haute voix, lit la recette à tous les fidèles.

Pourquoi ? Parce qu’il pense que c’est un moins grand péché de se parjurer que de garder pour soi un secret pareil.

Quand on a accès à un savoir qui peut soulager ou libérer les autres, on n’a que deux choix possibles :

Ou bien on veut garder le pouvoir, et on se tait.

Ou bien on partage.

Marc Zaffran, alias
Martin Winckler

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé