logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

Age et Contraception
- Un bébé à 44 ans ? (Contraception : Questions/Réponses 101)
- HPV et désir de grossesse (Contraception : Questions/Réponses 94)
- A quelle vitesse les spermatozoïdes grimpent-ils ? (Contraception : Questions/Réponses 93)
- Désir de grossesse et gynéco terroriste (Contraception : Questions/Réponses 90)
- Est-il possible de se retrouver enceinte en prenant la pilule ? (Contraception : Questions / Réponses 60)
- Peut-on continuer à utiliser Jasmine après 45 ans ? (Contraception : Questions / Réponses 54)

DIU : Généralités
- Migraine avec aura et contraception (Contraception : Questions/Réponses 87)
- Contraception et endométriose (Contraception : Questions/Réponses 86)
- Taille de DIU et taille de l’utérus (Contraception : Questions/Réponses 82)
- DIU et Streptocoques B (Contraception : Questions/Réponses 76)
- Que faire quand on est un homme et porteur du HPV ? (Contraception : Questions / Réponses 74)
- Pourquoi le DIU Sertalia est-il toujours en vente ? (Contraception : Questions / Réponses 53)
- La pilule du lendemain est-elle dangereuse pour l’organisme ? (Contraception : Questions / Réponses 52)

DIU et Anti-Inflammatoires
- Peut-on abîmer son implant ? (Contraception : Questions/Réponses 100)

Duphaston
- La pilule est-elle dangereuse pour le foetus ? (Contraception : Questions/Réponses 71)
- Pilule en continu et pertes blanches (Contraception : Questions/Réponses 67)

Implant Contraceptif
- Témoignage sur Nuvaring (Contraception : Questions/Réponses 105e et dernier)
- Touche pas à ma grossesse ! (Contraception : Questions/ Réponses 104)
- DIU et épilepsie (Contraception : Questions/Réponses 103)
- Fibrome et saignements (Contraception : Questions/Réponses 98)
- Qui pose les implants ? (Contraception : Questions/Réponses 97)
- Pour ou contre la vaccination anti-HPV ? (Contraception : Questions/Réponses 96)
- Fertilité et maladie de Crohn (Contraception : Questions/Réponses 95)
- Allaitement et pilule du lendemain (Contraception : Questions/Réponses 91)
- Grossesse sur DIU (Contraception : Questions/Réponses 89)
- Malade avec Nuvaring ? (Contraception : Questions/Réponses 88)

Interruption Volontaire de Grossesse
- IVG et attente d’une grossesse (Contraception : Questions/Réponses 85)
- IVG : les humiliations que subissent les femmes
- Pourquoi utilise-t-on tant Minesse et Mélodia chez les adolescentes ? (Contraception : Questions/Réponses 79)
- Est-ce que toutes les femmes sont de mauvaise humeur quand elles ont leurs règles ? (Contraception : Questions/Réponses 75)
- Efficacité et sécurité de Microval face à l’acné et aux GEU (Contraception : Questions/Réponses 69)
- Après une IVG, quand faut-il commencer sa pilule ? (Contraception : Questions / Réponses 65)
- Quand arrêter la pilule prise en continu pour avoir des règles ? (Contraception : Questions / Réponses 51)

Oromone

Stérilisation
- Premiers rapports sexuels sans préservatifs (Contraception : Questions/Réponses 83)

Contraception et gynécologie >


Désir de Grossesse après IVG (Contraception : Questions/Réponses 73)
Article du 16 avril 2006

Les sujets abordés cette semaine :
- Désir de grossesse après IVG
- Taille de l’utérus et DIU
- Etre enceinte sous Duphaston ?
- Implant et perte de poids
- Ectropion
- Peut-on se faire poser un DIU quand on prend de l’aspirine au long cours ?
- Peut-on prendre une pilule contenant des oestrogènes jusqu’à 50 ans ?



- Désir de grossesse après IVG

J’avais arrêté la pilule avec l’intention de faire un bébé (avec la pilule je prenais également un demi comprimé par jour d’acétate de cyprotérone pour une histoire d’acné et ma gynécologue m’avait recommandé d’attendre 2 mois afin d’éliminer toute trace du médicament). Je n’ai pas pris toutes les précautions nécessaires et je suis tombée enceinte dès la première ovulation. J’ai fait un test de grossesse qui n’a probablement pas fonctionné parce que le résultat annoncé était négatif. Ne me croyant pas enceinte, j’ai eu au cours de la 4ème et 5ème semaine de grossesse l’occasion de boire beaucoup trop d’alcool.

Comme je n’avais toujours pas de règles, j’ai fait une prise de sang qui m’a révélé que j’étais enceinte...
J’ai lu beaucoup de rapports sur l’alcoolisme au cours de la grossesse (sans compter les effets nocifs de l’acétate de cyprotérone) et c’est donc très documentée que j’ai décidé de ne pas prendre de risque et ne pas garder ce bébé. J’ai donc subit un IVG médicamenteux ... mes déboires (si je peux me permettre le jeu de mots ...) ne s’arrêtent pas là, je fais partie des 1 °/. de femmes sur qui le médicament qui permet "d’expulser l’oeuf" ne marche pas . Donc 2 semaines plus tard je suis allée à l’hôpital pour une IVG par aspiration (le 2 février 2006) !

J’ai depuis eu mes règles et pris de bonnes résolutions (plus d’alcool et plus de médicaments !)
Et J’aimerais cependant toujours faire un bébé.
Y a-t-il des risques (pour le bébé et pour moi) à concevoir un enfant juste après un IVG ?
Pour des raisons évidentes il est difficile de trouver quoi que se soit concernant un "désir de grossesse après un IVG" sur internet, je vous serais très reconnaissante de bien vouloir me répondre.
S.

Je suis désolé de ce qui vous est arrivé, mais pour avoir travaillé pendant 15 ans dans un centre d’IVG, et avoir croisé plusieurs femmes qui avaient été obligées d’interrompre une grossesse désirée à la suite d’incident similaires, je peux vous rassurer très vite : il n’y a aucun risque à débuter une nouvelle grossesse quand vous le voudrez. Simplement : ne soyez pas trop angoissée si cela ne démarre pas tout de suite : le fait que vous ayez été enceinte très vite est (comme toujours) un hasard, le produit d’une heureuse rencontre entre un spermatozoïde viable et un ovocyte viable. Cela n’arrive pas forcément tous les mois, même quand on est jeune et en bonne santé.

Si vous n’êtes enceinte de nouveau que dans 3 ou 6 mois, n’en tirez aucune conclusion. Les grossesses viennent quand elles viennent. Mais soyez sans crainte, votre fécondité n’a pas été altérée par l’IVG et qu’une nouvelle grossesse vienne tout de suite ou plus tard, le bébé ne risque rien.



- Taille de l’utérus et DIU

J’ai deux enfants et je porte depuis 4 ans le stérilet Nova T. Je vais donc le changer prochainement. Ma gynéco m’a prescrit le TT 380  ; or la longueur de mon utérus ne fait que 6,2 cm.
J’ai lu que le
TT380 était pour les utérus mesurant au moins 7 cm.
Qu’en pensez-vous ?
C.

C’est probablement une erreur de mesure. Un utérus ayant un fond de 6,2 cm chez une femme ayant deux enfants... et portant déjà un DIU...
Il m’arrive d’en poser à des femmes sans enfant. Donc, vous pouvez vous faire poser le TT380 sans crainte...



- Etre enceinte sous Duphaston ?

J’ai 36 ans : ma gynécologue ma prescrit Oromone + Duphaston afin d’avoir des cycles réguliers après arrêt de ma pilule (désir de grossesse). Ma question est simple : puis je tomber enceinte sous ce traitement ?? Sachant que j’ai mes règles tous les 3 mois ce traitement me semble intéressant afin de cibler mon ovulation...qu’en pensez vous ?
S.

Euh... les "règles" que vous aurez sous traitement seront artificielles, mais évidemment votre médecin a omis de vous le dire. "Calculer" votre date d’ovulation est donc illusoire car la prise de Duphaston et d’Oromone va probablement la bloquer, d’autant plus que votre cycle est habituellement irrégulier.
A l’arrêt d’une contraception hormonale, tout traitement hormonal complémentaire tend à prolonger le blocage de l’ovulation...

La meilleure manière de procéder c’est de ne rien prendre et d’avoir des rapports sexuels au moins tous les 5 jours (ce qui n’est pas "trop"), puisque les spermatozoïdes vivent 5 jours. Ainsi, quand une ovulation se produira, quelle que soit ça date, il y aura des spermatozoïdes pour l’accueillir...



- Implant et perte de poids

J’ai un implant qu’il faudra que je change au mois de septembre 2006 (3 ans d’efficacité).
J’ai eu recours à cet implant car la pilule ne me convenait plus pour plusieurs raisons :
- très forts maux de tête à chaque début de cycle (migraine)
- oublis réguliers de prendre la pilule,
- prise de pilule depuis de nombreuses années
- jambes lourdes et douloureuses après changement plusieurs fois de pilule.
Donc j’avais opté pour l’implant.

MAIS : depuis un an maintenant je suis suivie par un endocrinologue, j’ai perdu 20 kg, il m’en reste quelques uns à perdre avant la stabilisation, mais depuis le début de mon régime il n’est pas pour que je continue à avoir un implant.
Il m’a dit qu’il était préférable d’opter pour un stérilet ou tout autre moyen de contraception.
Qu’en pensez-vous ??

J’ai lu aussi qu’il existait maintenant la méthode Essure pour contraception définitive, est ce mieux, moins bien, pareil à l’implant comme résultat ?
- J’ai 48 ans je ne désire plus d’enfant et en fait je désire avoir recours à une contraception uniquement pour être sûre de ne pas avoir de risque d’être enceinte, car peut être je suis déjà en préménopause...
- S.

Dans la mesure où vous tolérez bien l’implant et où il ne vous a pas empêchée de maigrir, je ne vois pas pourquoi votre endocrinologue est "contre". Il n’a pas à être pour ou contre, il doit seulement vous dire s’il y a un inconvénient. Je n’en vois pas, d’autant que vous le portez depuis 3 ans sans problème.

Oui, le DIU au cuivre est une autre option, ainsi que la méthode Essure, très efficace et pas du tout lourde (lisez ceci http://www.essure.ch/french/consumer/c_homepage.aspx)
Mais en tout état de cause c’est à vous de choisir, pas au médecin.



- Ectropion

Je suis une jeune maman depuis 5 mois, j’ai été faire ma consultation de contrôle chez un gynéco ce jour, et elle m’a dit que j’avais un ectropion.
Pouvez-vous me renseigner sur ce que c’est, est-ce grave ou pas ? Y a t’il un traitement ? Cela sera t’il gênant pour une nouvelle grossesse ?
Je suis très inquiète.
M.

Dommage qu’elle ne vous l’ait pas expliqué, tant c’est bénin et fréquent. C’est seulement le fait que le tissu de l’endomètre (la paroi intérieure de l’utérus) "déborde" sur le col (l’entrée) de l’utérus. C’est très fréquent chez une jeune maman, à cause de la déformation subie par le col de l’utérus au moment de l’accouchement. Ca n’a aucune importance, ni pour vous ni pour une grossesse ultérieure, c’est absolument bénin. Dormez et vivez tranquille.



- Peut-on se faire poser un DIU quand on prend de l’aspirine au long cours ?

J’ai 33 ans, je n’ai jamais été enceinte, et, l’année dernière, une IRM a révélé que j’avais fait un petit AVC qui ne m’a laissé, heureusement, aucune séquelle.
Pour information, je prenais la pilule depuis l’âge de 18 ans (
Diane, puis, il y a deux ans, Varnoline puis Mélodia). Je n’avais aucun antécédent personnel ni familial et je n’ai jamais fumé. Le bilan approfondi que j’ai fait ne révèle pas de cause nette, mais on a découvert un minime FOP à l’écho cardiaque) et j’ai eu des anticorps anticardiolipides et antiphospholipides (mais cela varie dans le temps, et les taux sont à la limite de la normalité). Bref, rien de patent mais mon médecin interniste me surveille de près car elle soupçonne une maladie auto-immune non encore déclarée, étant donné un fort contexte auto-immun : j’ai une thyroidite de Hashimoto, et il y a plusieurs maladies auto-immunes dans ma famille.

Depuis mai dernier, je suis donc sous contraception micro-progestative et je prends de l’aspirine tous les jours à titre préventif (75mg). Cérazette m’a donné pas mal de soucis : non seulement j’ai continué à avoir mes règles (en tout cas, je le crois, car j’ai vu revenir un léger syndrome pré-menstruel qui avait disparu avec la prise de la pilule oestro-progestative), mais les saignements entre les règles sont abondants et fréquents (il m’est arrivé de n’avoir que 4-5 jours sans saignement dans le mois !). J’ai persévéré, mais le problème ne s’est pas résolu. Je suis passé il y a quinze jours à Milligynon. Le point positif : ma libido, qui avait baissé avec Cérazette, est revenue (mais ma gynéco croit plutôt à une cause psychologique, vues les circonstances dans lesquelles j’ai dû prendre Cérazette). Hélas, de légers spottings réapparaissent, notamment après les rapports sexuels. Je vais voir si cela persiste au bout de 3-4 mois, mais j’avoue que je suis tentée par le DIU.

J’en viens (enfin) à ma question : la prise d’aspirine en continu est-elle une contre-indication, relative ou absolue, à la pose d’un DIU ? En effet, j’ai lu que le DIU augmentait les saignements, et, évidemment, je crains que le phénomène ne soit accentué par l’aspirine.
D’autre part, je peux prendre certains anti-inflammatoires non stéroidiens (peu et avec prudence, à cause des effets digestifs), mais pas d’ibuprofène, car j’ai déjà fait une réaction cutanée en en prenant, et au cas où j’aurais une maladie auto-immune qui le contre-indique.

Enfin, je sais que le DIU augmente le risque inflammatoire, et l’on m’a dit qu’en raison de mon FOP, il faut être prudent et prendre des antibiotiques dès que ce risque augmente.
Qu’en pensez-vous ? Puis-je tenter le DIU au cuivre sans crainte ?
J’envisage peut-être une grossesse d’ici un ou deux ans, mais je ne le souhaite pas tout de suite, et j’avoue que j’aimerais trouver une contraception qui me permette de vivre ma vie un peu tranquillement !
M.

L’interdiction d’utiliser des AINS (anti-inflammatoires) avec un DIU est une légende. Un DIU n’augmente en rien un risque inflammatoire, c’est une légende également. S’il le faisait, les femmes auraient mal chaque fois qu’elles ont des rapports sexuels (un utérus inflammatoire, ça fait très mal...)

L’aspirine pourrait, à la rigueur, augmenter un peu vos saignements sur un DIU au cuivre (ce n’est pas constant, mais c’est possible, cela dit j’ai croisé des femmes qui avaient un DIU et un traitement par aspirine au long cours après AVC ou thrombose et qui n’avaient aucun problème), mais si vous utilisez un DIU hormonal Mirena (qui est souvent mieux toléré que Cérazette, et ne s’accompagne pas de spotting, voire diminue les règles), la prise d’aspirine n’aura aucune importance.



- Peut-on prendre une pilule contenant des oestrogènes jusqu’à 50 ans ?

Je prenais depuis bientôt 15 ans la pilule, et ma pilule actuelle était : « désogestrel/ethinylestradiol », dosée à 150ug/20ug. Mais suite à ma dernière consultation avec ma gynéco, elle m’a conseillé vu mon âge, (43 ans), d’arrêter la pilule, et de me faire poser un DIU. Je ne me sens pas prête actuellement pour me faire poser un DIU, mais ma gynéco, n’a guère pris en compte, ni mes craintes envers le DIU, ni mes désirs, de continuer encore quelques temps la pilule, pour me préparer éventuellement à la pose d’un DIU.

Je dois vous préciser que j’ai fait un bilan de santé complet, un examen sanguin complet, ainsi qu’une mammographie, tout cela le mois dernier, et que les résultats sont bons dans l’ensemble, mis à part des jambes lourdes, une légère hypertension, et un peu de surpoids, 1m62 pour 78 kg. Nous allons traiter tout cela avec mon généraliste, en rééquilibrant mon alimentation dans un premier temps.

Etant en désaccord avec ma gynéco, et n’ayant même plus confiance en elle, qui est de plus la seule dans mon village, j’ai pris la dernière pilule de ma dernière plaquette, le 24 février. J’ai eu mes règles le 28, et elles ont duré quatre jours, et c’est ainsi, que cela se passait depuis 15 ans, sans douleurs particulières, ni pertes abondantes, avec juste des maux de tête pendant 1 ou 2 jours, que je soignais avec de l’ibuproféne.

Or, depuis lundi 13 mars, je ressens de légères douleurs dans le bas ventre, ainsi qu’une tension des seins, avec des bouts un peu douloureux, comme si mes règles allaient revenir. Je sais très bien qu’après de nombreuses années sous contraception, les premiers cycles peuvent être anarchiques, mais je ne sais pas trop quoi faire. Y a-t-il lieu que je m’inquiète, ou est il possible que mes règles reviennent plus tôt que prévu, suite à l’arrêt de la pilule ? Je n’ai pas souvenir que mes règles étaient, ni particulièrement douloureuses, ni irrégulières avant que je ne prenne la pilule. Est il possible que cela ait changé ?

Pensez vous, que je doive envisager de consulter dans l’immédiat, ou prendre mon mal en patience, le temps que tout cela se stabilise ? Si j’étais l’une de vos patientes, et en fonction des données que vous avez sur moi, me prescririez vous encore la pilule, une pilule qui puisse être adaptée à mon âge, ainsi qu’à mes petits problèmes. J’ai lu que certaines femmes prenaient la pilule jusqu’à la cinquantaine, et en ce qui me concerne, ce type de contraception me convenait très bien. Mais, si je dois l’arrêter, il faudra bien m’y résoudre, et envisager la pose d’un DIU.
L.

Ce que vous décrivez est fréquent : sous pilule, votre corps ne se comporte pas comme lorsque vous ne la prenez pas. Les hormones synthétiques diminuent les contractions de l’utérus, et les sécrétions naturelles. Les femmes qui ont les seins sensibles se remettent à avoir des sensations rythmées au moment de l’ovulation (il y a une décharge naturelle d’estrogènes) qui est absente sous pilule. De même, l’utérus est sensible aux hormones...

Et aussi : bien sûr que votre corps a changé (et la perception que vous en avez) entre 15 et 43 ans. C’est un corps humain, et non une machine, et il peut se comporter (et parler) différemment...

A mon avis, la seule chose à faire consiste à prendre de l’ibuprofène (ça calme aussi les douleurs utérines) et attendre quelques jours. Il est très possible que vous soyiez en période ovulatoire, et non en période de règles, et que cela s’estompe d’ici deux ou trois jours. Assurez-vous aussi que vous n’êtes pas enceinte (ça arrive...) en faisant un test, car ces symptômes peuvent aussi évoquer une grossesse (et quand on est sûre qu’on ne l’est pas, on a l’esprit plus tranquille). Mais surtout retenez bien ceci : vous allez devoir réapprendre à vivre avec les signaux que vous envoie votre corps lorsque votre cycle est naturel. Sous pilule, tout était endormi.

Quant à continuer à prendre une pilule combinée (contenant des estrogènes) : les femmes qui ne fument pas, et qui n’ont pas de facteurs de risque vasculaire, peuvent la prendre jusqu’à 50 ans. Mais une hypertension, même légère et un surpoids, sont des facteurs de risque qui contre-indiquent les estrogènes. Si votre tension baisse après que vous aurez perdu du poids (c’est souvent le cas), rien n’interdit que vous repreniez la même pilule. Mais à l’heure actuelle, si j’étais votre médecin, je vous prescrirais plutôt une pilule progestative, Microval ou Cérazette, qui sont parfaitement efficaces à votre âge, et qui ne vous font pas courir de risque vasculaire, et je reverrais le problème au bout de quelques mois.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé